Maison d'arrêt de Besançon : pas assez de sécurité pour la nouvelle unité sanitaire de 600 m2 et pour le transport des détenus…

Publié le 25/01/2018 - 11:01
Mis à jour le 16/04/2019 - 10:55

Suite à un mouvement national, après l’agression de plusieurs agents en France, la grogne se poursuit du côté des surveillants pénitentiaires à 100% en grève ce jeudi 25 janvier 2018 et cela depuis le début de la semaine à Besançon. De nombreux problèmes de fonctionnement sont constatés par les surveillants comme la nouvelle unité sanitaire ou encore le transport des détenus. Ce mercredi, les CRS sont intervenus afin de lever le piquet de grève et de faire rentrer des camions de nourriture, d’équipement médical et l’enlèvement des poubelles. Aucun personnel pénitentiaire n’était alors présent dans l’enceinte du bâtiment.

"Nous sommes 87 surveillants à la maison d'arrêts de Besançon alors qu'on devrait être 93. Il manque six agents", explique Roger Sergeant, surveillant pénitentiaire et représentant syndical CGT. Concernant le manque de places en prison, Besançon n'est pas en reste "Nous avons 330 détenus pour 280 places effectives". Les propositions du gouvernement ne correspondent pas aux besoins selon les syndicats : "2.000 personnes devrait être employées en un an en France alors qu'on nous en propose 1.100".

Gendarmes et policiers assurent la surveillance des détenus depuis mardi 16h00 : "nous sommes solidaires de leur cause", lance un agent de police.

Des problèmes de sécurité à Besançon

"Nous ne sommes plus en sécurité. Les détenus ont de plus en plus de droits tandis que nous en avons de moins en moins", nous précise-t-on. "Les agressions, c'est tous les jours que cela soit physique ou verbal…"

Une "prime d'agression"

Annoncé par le gouvernement la "prime d'agression" de 1400 euros révolte les surveillants : "alors pour gagner plus, il faut se faire agresser ?" demande ironiquement un surveillant "Et bien je préfère ne rien toucher".  

Une unité sanitaire de 600m2 à Besançon sans personnel en plus

"Le 14 février prochain, une nouvelle unité sanitaire de 600 m2 va voir le jour. Elle sera deux à trois fois plus grande que celle existante et aucun personnel en plus ne sera recruter", explique Rémy Croissant, représentant SNP FO. Cette unité sanitaire regroupe : les prises de médicaments, les radiographies, le dentiste, l'unité psychologique… Un autre problème s'ajoute à cela. Le personnel médical s'inquiète de du manque de surveillants pour leur sécurité et du matériel médical jugé "inadéquate" : du matériel mobile est fourni au lieu de matériel fixe pouvant éviter certaines agressions.

Du personnel en moins pour l'extraction judicaire

Un agent du pôle régional d'extraction judicaire s'inquiète de "la minimisation du niveau de comportement d'un détenu". En résumé, un détenu est classé en fonction de sa dangerosité. Cette dernière sera donc "minimiser". Un détenu partira donc au tribunal "avec deux agents au lieu de trois. Nous revendiquons le droit du port d'armes", explique un surveillant.

La grève se poursuit se vendredi dans l'attente de nouvelles mesures.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Social

Journée mondiale de solidarité pour la migraine : zoom sur le traitement de la maladie en Bourgogne – Franche-Comté

Le 21 juin 2024, comme tous les ans, c’est la journée mondiale de solidarité pour la migraine. Pour l’occasion, l’association La Voix des migraineux et l’institut de sondage Opnion Way, ont soutenu une initiative de la société pharmaceutique Pfizer. Ainsi, plus de 4.000 personnes en France ont été interrogées sur le thème des migraines, laissant apparaitre des différences selon les régions…

Le Rassemblement national, un programme “au service des plus riches” ?

À dix jours du premier tour des élections législatives, l’intersyndicale a souhaité tenir une conférence de presse jeudi 20 juin 2024 à Besançon afin d’apporter son point de vue sur la situation. Elle a notamment voulu rappeler les mesures contre lesquelles l’extrême droite s’est opposée…

Marche des croquettes à Besançon : un kilomètre parcouru, un repas offert aux animaux des refuges

C’est en soutien aux refuges accueillant les animaux abandonnés que l’association Lianes (Lien avec l’animal et contre l’exclusion sociale), organise une marche solidaire : la Marche aux croquettes. A l’initiative de Solidarité Peuple Animal, ellese déroulera mercredi 3 juillet 2024.

Comité de vigilance, syndicats et associations montent au créneau pour sauver le service d’addictologie d’Héricourt

Le Comité de Vigilance pour les services publics (CV 70) apporte son total soutien aux collectifs, associations, syndicats, et toutes les personnes qui se sont et qui vont se mobiliser contre la fermeture du service d'addictologie du centre de psychiatrie d’Héricourt, apprend-on mardi 11 juin 2024.

En colère, les commerçants mènent une action rue de Vesoul à Besançon

C’en est trop pour les commerçants de rue de Vesoul à Besançon... Ils ont décidé de mener une action pour se faire entendre mardi 4 juin 2024 en couvrant symboliquement le panneau lumineux indiquant la fermeture de la route. Une communication qu’ils déplorent depuis l’effondrement de la rue survenu le 25 février dernier. Ils dénoncent également un manque de concertation "au détriment de la santé financière des entreprises". Le tout sans "qu’aucune aide" ne leur ait encore été accordée…

Problèmes de management : nouvel appel à la grève aux musée des Arts et du Temps à Besançon

Après un premier mouvement de grève le 12 avril dernier, des agents des musées des Arts et du Temps de Besançon se mettront de nouveau en grève vendredi 31 mai 2024. Malgré des signalements à des élues de la maire concernant des problèmes de management de la part de leur directrice, les syndicats déplorent leur inaction.

Opération “portes closes” : de nombreuses pharmacies fermées et une manifestation le 30 mai à Besançon

Un préavis de grève a été déposé par la Fédération syndicale des pharmacies de France (FSPF) et l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) jeudi 30 mai 2024, invitant les officines à participer une opération "portes closes". À Besançon, une manifestation est prévue place de la Révolution.

Audiovisuel public en grève : ”Un danger majeur pour la pérennité de la radio de service public”

Un appel général à la grève a été lancé par les syndicats de l’audiovisuel public jeudi 23 et vendredi 24 mai 2024 contre la réforme de l’audiovisuel public votée au Sénat en juin 2023 qui consiste notamment à faire fusionner les médias publics.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 20.2
légère pluie
le 21/06 à 12h00
Vent
5.81 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
82 %