Un « manifeste pour l’Ecole publique » contre la non-gratuité du temps périscolaire à Besançon

Publié le 01/06/2016 - 12:24
Mis à jour le 16/04/2019 - 15:30

À partir de la rentrée 2016, la Ville de Besançon propose l'accueil périscolaire en échange d'un droit d'entrée de 2 à 10 euros pour les élèves bisontins. Un manifeste "pour l'Ecole publique" a été rédigé par une cinquantaine de parents d'élèves, enseignants, psychologues, travailleurs précaires… pour dénoncer la non-gratuité du temps périscolaire. Yves-Michel Dahoui, adjoint au maire délégué à l'Education répond...

dsc_6524.jpg
image d'illustration © damien poirier
PUBLICITÉ

Sur le site internet de la Ville de Besançon, il est écrit :

« Dans un souci d’une plus grande équité, la tarification des repas des élèves bisontins a été modifiée depuis la rentrée 2010-2011. Tout en maintenant un tarif plancher à 1,50€ pour les familles ayant peu de ressources et un tarif maximum à 5,80€ pour les familles ayant des revenus plus élevés, la tarification prend désormais en compte l’ensemble des ressources des familles, revenus, prestations et allocations sociales, à l’exception de l’indemnité de rentrée et de la prime de déménagement. Le prix du repas est établi en fonction du quotient familial de la CAF, avec application de deux taux d’effort.

À compter de la rentrée 2016-2017, l’accueil de l’après-midi est soumis à un droit d’entrée de 2 à 10 € pour les élèves bisontins et 15 € pour les élèves des autres communes. Cette tarification reprend les modalités ci-dessus, à savoir un tarif déterminé en fonction des ressources de la famille. »

« Annuler cette décision du conseil municipal »

Le manifeste pour l’Ecole publique est rendu public ce mercredi 1er juin 2016 dans le cadre d’une grande campagne d’information « destinée à faire annuler cette décision » nous indique Benoît Maillard-Salin, membre de cette initiative citoyenne et co-rédacteur du manifeste. « Cette décision a été adoptée lors du conseil municipal du 4 avril 2016 ; conséquence directe de la réforme Peillon dite des rythmes scolaires de 2014 et contre laquelle nous nous étions déjà battus », ajoute-t-il. 

Ce manifeste rappelle les lois Ferry de 1881 et 1882 qui ont fait suite à la révolution de 1789, pour rendre l’École publique « laïque, gratuite et obligatoire », ainsi que la confirmation de cet engagement par la Constitution de la Ve République le 4 octobre 1958 : « l’organisation de l’enseignement public obligatoire gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l’Etat ». 

« La majorité municipale valide ainsi le désengagement de l’État »

Le manifeste reproche, entre autres, à la Ville de Besançon d’avoir « sans consultation ni information préalable de la communauté éducative et des parents d’élèves de faire payer les ménages désireux de permettre à leurs enfants d’avoir accès aux activités organisées dans le cadre du temps périscolaire (écoles élémentaires et maternelles). La majorité municipale valide ainsi le désengagement de l’État et tourne le dos aux principes fondateurs de l’obligation scolaire », est-il précisé.

« Comparer un stock de dettes à la richesse dégagée par le pays en un an n’a aucun sens »

Sur le sujet de la baisse de la dotation de l’État pour les communes, le document explique que « les peuples ne sont pas responsables du creusement de la dette publique et les dépenses publiques, outils au service de la mission de l’Etat, ne sont pas à remettre en cause ». Et malgré une dette publique française représentant 100% de son PIB, cet indicateur n’est pas « pertinent » pour les rédacteurs du manifeste : « comparer un stock de dettes à la richesse dégagée par le pays en un an n’a aucun sens. (…) Le matraquage sur la dette est une ruse du capital pour opérer de nouveaux prélèvements sur le travail. »

La réaction de Yves-Michel Dahoui, adjoint au maire en charge de l’Education à la Ville de Besançon

En réponse, Yves-Michel Dahoui, se dit « surpris » de l’existence de ce manifeste « qui n’est pas signé, ce qui est très grave sur le plan déontologique ». En ajoutant, « alors que les interlocuteurs (CPE, PEEP, Conseil d’école, parents d’élèves) avec qui je suis en relation toute l’année n’ont émis aucune objection à cette proposition votée en conseil municipal. (…) On parle du temps périscolaire et non scolaire, donc l’école publique reste gratuite. » Les rédacteurs de ce manifeste « sont en décalage complet avec 98% de l’opinion », dit-il.

Selon lui, il est « important » de rappeler que ces tarifs serviront « à améliorer considérablement le contenu du temps périscolaire, la sécurité des enfants, le recrutement de 50 animateurs et l’augmentation de leur temps de travail ».

M. Dahoui explique également que « ces 2 à 10 euros par an et par enfant permettront de débloquer plus de 600 000 euros de l’allocation familiale, ce qui n’est pas négligeable pour améliorer la qualité du temps périscolaire et la sécurité, qui je crois, est importante pour les parents« .

« On compte 9 000 élèves à Besançon, 4 500 inscrits en périscolaire, 9 000 parents. Et là, 50 personnes écrivent ce manifeste », constate l’adjoint pour conclure.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Jean-Marc Mormeck à l’Université de Franche-Comté pour parler « Culture, Sport et Éducation »

À l'occasion de la seconde édition de Culture, Sport et Éducation à l'Université de Franche-Comté, l'ancien champion de boxe et actuel délégué ministériel à l'égalité des chances des Français d'outre-mer et parrain de l'événement Jean-Marc Mormeck était à Besançon jeudi 11 avril 2019. Près de 400 lycéens de l'Académie étaient réunis autour de 12 ateliers thématiques…

La future métamorphose du campus de la Bouloie à Besançon

Synergie campus • Réuni ce lundi 8 avril 2019, le comité de pilotage de la rénovation du campus de la Bouloie a acté les grands axes du projet, synonyme du top départ de la transformation du site avec les premières réalisations : un nouveau site pour l’école d’ingénieurs en biomédical (ISIFC), le nouveau campus AREA Sport, le Jardin des Sciences ainsi que des nouveaux espaces de vie et de circulation. Des projets visibles dès 2021.

Ecole de la confiance : « Un certain nombre d’inexactitudes grossières ont été véhiculées » selon F. Charvier

La députée exprime son mécontentement dans un communiqué de presse ce jeudi 4 avril 2019 concernant un "certain nombre d’inexactitudes grossières" véhiculées sur les réseaux sociaux ainsi que dans "dans certains médias d’opinion, aux abords des établissements scolaires, voire même dans les carnets de correspondance des élèves". Ce matin, 250 personnes étaient mobilisées dans les rues de Besançon contre le projet de loi.

Éducation : nouvelle mobilisation jeudi contre les réformes Blanquer

Opposés aux réformes du ministre de l'Éducation, des syndicats enseignants entendent battre le fer tant qu'il est chaud: après des manifestations samedi, ils appellent à une nouvelle journée de mobilisation ce  jeudi 4 avril 2019. À Besançon , une manifestation est prévue place Granvelle à partir de 10h30. Dans le Doubs plusieurs écoles annoncent 100% de grévistes...

Réplique en vidéos du collectif interlycée : le droit de réponse du rectorat

Réponse à la réponse... • Il s'agit du droit de réponse aux réponses du collectif interlycées. Suite aux vidéos de Jean-François Chanet expliquant la réforme du lycée, les membres du collectif interlycée ont décidé durant la semaine du 25 au 25 mars 2019 d'apporter en vidéos leurs visions de la réforme . Le rectorat tient à apporter de nouveaux éléments... 

Contre le projet de loi Blanquer, une manifestation et un pique-nique samedi 30 mars à Besançon

Plusieurs syndicats CGT éduc'action, FO, FU, SGEN/CFDT, SUD éduc et UNSA éducation appelle à manifester samedi 30 mars 2019 à 13h30 devant le rectorat de Besançon contre le projet de loi Blanquer, mais aussi contre la réforme du lycée. Un pique-nique organisé par les syndicats d'enseignants du premier et second degré est également prévu à Granvelle à partir de midi.

Agression d’un proviseur adjoint au lycée Pergaud de Besançon : les réactions des élus

Dans la matinée de jeudi 28 mars 2019, un élève de seconde du lycée Pergaud à Besançon a agressé un proviseur adjoint de l'établissement. Une enquête est ouverte. Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté (dont l'une des compétences est la gestion des lycées), Jean-François Chanet, recteur de l'académie de Besançon et Jean-Marie Renault, inspecteur d’académie, directeur académique des services de l’éducation nationale du Doubs réagissent vendredi 29 mars.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi
 7.52
ciel dégagé
le 19/04 à 0h00
Vent
0.52 m/s
Pression
1022.407 hPa
Humidité
86 %

Sondage