Marie-Guite Dufay réclame 3500 € à son ancien directeur général

Publié le 16/12/2008 - 11:22
Mis à jour le 12/04/2019 - 13:37

La présidente du conseil régional avait estimé il y deux mois que Jean-Luc Bœuf avait touché des indemnités indues.

1229422943.jpg
©
PUBLICITÉ
Lors de l’examen du rapport de la chambre régionale des comptes, le vendredi 17 octobre, l’UMP avait mis en cause l’ancien directeur général des services Jean-Luc Bœuf. « Le pire, c’est ce que la chambre n’a pas vu », s’est exclamée l’opposition.
 
«Il y a eu des abus. Je m’engage à demander à l’ancien directeur général des services de rembourser ses frais injustifiés », a rétorqué Marie-Guite Dufay pressée d’en finir avec cette polémique.
 
Elle a tenu parole en envoyant fin novembre à Jean-Luc Bœuf un courrier lui demandant de justifier quelque 3500 € concernant essentiellement des frais d’hébergement à Paris engagés entre fin 2006 et le printemps 2008.
 
Selon L’est Républicain, l’ancien directeur général des services, désormais installé en région parisienne, a récemment fait savoir à Marie-Guite Dufay que tous ces frais avaient été validés par le président Forni et contrôlés sur les plans juridiques et comptables. Pour Jean-Luc Bœuf, la demande de la présidente n’est donc pas fondée et il estime la démarche « déplacée et inappropriée ».
 
L’opposition UMP va-t-elle se contenter de cette réponse de Jean-Luc Bœuf? Réponse jeudi ou vendredi lors de la prochaine réunion du conseil régional en session plénière.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

Alors que nous apprenions ce mercredi 10 juillet 2019 vers 22h16 l'officialisation de l'investiture d'Eric Alauzet par le bureau exécutif La République En Marche, le ton est monté à Paris, selon Le Parisien, qui relate les propos tenus par la secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes…

Investiture « En Marche » : Alauzet veut « rassembler » autour des valeurs « écologistes humanistes et entrepreneuriales »

Investiture « En Marche » : Alauzet veut « rassembler » autour des valeurs « écologistes humanistes et entrepreneuriales »

Après l'annonce officielle de son investiture ce mercredi 10 juillet 2019 dans la soirée , le candidat officiel d'En Marche à Besançon a réagi sur sa  page Facebook. Éric Alauzet a dévoilé une des quatre priorités issues de sa consultation auprès des Bisontins : la santé.

Municipales à Besançon : Nicolas Bodin (PS) dévoile ses priorités et sa méthode

Municipales à Besançon : Nicolas Bodin (PS) dévoile ses priorités et sa méthode

Dans une lettre aux Bisontins, le candidat socialiste, place publique société civile, a souhaité faire part de ses priorités : transition écologique, qualité de vie pour tous et attractivité de Besançon et de sa communauté urbaine. Au-delà, Nicolas Bodin souhaite "ouvrir la voie vers de nouvelles méthodes de gouvernance plus ouvertes et inclusives".

Municipales 2020 : le candidat En Marche « officiellement » désigné le 10 juillet 2019

Municipales 2020 : le candidat En Marche « officiellement » désigné le 10 juillet 2019

Le nom du candidat désigné  par En Marche pour les municipales devait être annoncé ce lundi 1er juillet lors de la seconde vague d'investiture. Mais LREM a fait un pas en arrière et a repoussé l'annonce au 10 juillet. En coulisses, le nom d'Éric Alauzet revient avec force et insistance. Alexandra Cordier quant à elle ne souhaite pas commenter l'imbroglio politique bisontin dans l'attente de la décision du bureau exécutif. Difficile de savoir si le match se joue encore...

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 23.58
ciel dégagé
le 17/07 à 18h00
Vent
2.85 m/s
Pression
1013.21 hPa
Humidité
55 %

Sondage