Alerte Témoin

MG Dufay : "C’est ma responsabilité d’être garante du périmètre franc-comtois"

Publié le 08/07/2014 - 15:00
Mis à jour le 12/04/2019 - 13:38

En soutenant la réforme territoriale du gouvernement Valls et en annonçant, dès le 14 avril 2014 sa volonté d’union avec la Bourgogne, la présidente de la région Franche-Comté est-elle allée trop vite ? Nombre d’opposants à la réforme estiment que Marie-Guite Dufay a cédé à la précipitation. C’est aussi le sentiment de certains de nos internautes qui l’ont interpellé à ce sujet…


Marie Guite Dufay s'est-elle "précipitée"... par macommune_info

Lire les questions des internautes dans l'article

recemment_mis_a_jour138.jpg
recemment_mis_a_jour138.jpg

Précipitation ?

Les questions des internautes

Catherine de Morteau

"Comprenez-vous ceux qui estiment que vous avez été trop vite en besogne ? Et d’avoir été trop rapide à annoncer votre volonté de rapprochement le 14 avril dernier ?"

Thierry de Besançon

"Vous n’avez pas été élue sur ce projet de fusion. Pourquoi alors l’imposer ? Est-ce la pression du gouvernement et de l’état ? 

Pierre de Besançon

Pensez-vous que cette réforme est inéluctable ? Que le gouvernement imposera une carte des nouvelles régions à défaut d’accord conventionnel ? Mais rappelez-vous : le Grand Canal aussi devait être inéluctable. Et pourtant, il ne s’est pas fait…

La réponse de Marie-Guite Dufay (extrait)

"Peut-être, pour beaucoup, suis-je allée vite. C’est parce que j’ai eu le sentiment que l’on touchait une réforme d’importance et qu’il fallait marquer les choses. C’est pour moi une posture de conscience. En même temps, très vite je me suis rendu compte que fusion des régions cela voulait dire pour nous, une des plus petites régions de la carte de France, que l’on ne pouvait pas rester tout seul et que l’on pouvait très bien être éclaté (…)

J’ai très vite senti que, en Franche-Comté, on pouvait avoir un écartèlement ; la preuve on voit très bien les débats qu’il y a aujourd’hui au nord de la Franche-Comté et au sud en direction de Rhône-Alpes ; et il me semblait de ma responsabilité d’être garante du périmètre franc-comtois"

Retrouvez tous les jours de la semaine, et jusqu'à mardi prochain, l'interview de la présidente de la Région Franche-Comté qui aborde, à travers les questions des internautes,  les différentes facettes de la réforme territoriale.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Ludovic Fagaut appelle l’adjoint à la sécurité à « endosser le costume »

"L’insécurité ne doit pas devenir la norme..."  Suite aux récentes violences et incivilités dans le secteur de la Cité des Arts, le leader de l'opposition au conseil municipal de Besançon, le LR Ludovic Fagaut, appelle dans un communiqué Benoit Cyprinani à endosser le costume d'adjoint à la sécurité.

Acte de violence commis par un policier : Anne Vignot salue la décision immédiate du préfet de saisir l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN. Une décision que salue la maire de Besançon Anne Vignot dans un communiqué.

Macron débloque 10 millions d’euros pour les policiers travaillant la nuit

Au cours d'une visite surprise dans un commissariat parisien dans la soirée du lundi 27 juillet 2020, Emmanuel Macron a annoncé le versement d'une "indemnité spécifique" pour les policiers travaillant de nuit, pour un montant total de 10 millions d'euros. Il s'agit d'une des revendications exprimées par les syndicats de police lors de leur rencontre avec le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, le 20 juillet.

Climat : des mesures concrètes au menu du Conseil de défense écologique

La Convention citoyenne pour le climat trouve un début de traduction concrète : avant les lois prévues pour 2021, le gouvernement a annoncé lundi 27 juillet 202 de premières mesures "réglementaires" inspirées des propositions des 150 citoyens à l'issue du Conseil de défense écologique présidé par Emmanuel Macron, mais jugées timorées par les écologistes et des ONG.

« Concerts debouts » : plus de 1.500 structures signent une lettre ouverte au gouvernement

Depuis le 17 mars dernier, les festivals, les salles de concerts et de spectacles sont toujours fermés au public. Aujourd'hui, personne ne sait quand ils pourront rouvrir, le gouvernement reste vague sur ce sujet. Plusieurs dizaines de milliers d'emplois sont menacés. 1.500 structures et artistes ont signé une lettre ouverte au gouvernement pour demander "des perspectives claires et cohérentes en vue de la réouverture des salles de concerts".
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     19.65
    ciel dégagé
    le 05/08 à 9h00
    Vent
    4.17 m/s
    Pression
    1017 hPa
    Humidité
    28 %

    Sondage