Mineurs à la rue à Besançon : Solmiré tire la sonnette d'alarme

Publié le 29/03/2021 - 12:03
Mis à jour le 29/03/2021 - 12:05

Dans un communiqué du 27 mars, l'association Solmiré (Solidarité, Migrants Réfugiés) à Besançon tire la sonnette d'alarme suite à trois mineurs qui se retrouvent sans solution d'hébergement.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

Les 16, 24 et 25 mars derniers, l'association a contacté le 114 afin d'alerter sur la situation de trois mineurs âgés de 15 et 16 ans à la rue. "Ces appel à l'aide sont restés sans réponse positive indiquant par téléphone que leurs consignes hiérarchiques ne leur permettaient pas de proposer de solutions d'hébergement d'urgence à ces adolescents", rapporte Solmiré.

Selon elle, "la préfecture et le 115 en charge de l'hébergement des adultes sans abris les considèrent comme mineurs et justifient ainsi leurs refus". De son côté, le "Département du Doubs en charge de l'a protection de l'enfance en danger, les considère comme majeurs et justifie ainsi son refus de prise en charge."

Enfin, la maire de Besançon "par l'intermédiaire de ses services sociaux, se dit démunie et sans solution à leur proposer."

Ni majeurs ni mineurs

Considérés ni comme majeurs ni comme mineurs, ces jeunes gens ne trouvent de place nulle part "alors que leur jeune âge devrait constituer un critère supplémentaire dans la prise en compte de leur vulnérabilité, cela leur ferme au contraire l'accès à toute possibilité d’hébergement", souligne l'association qui rappelle que "le dernier bilan d'activité du SIAO, gérant l'hébergement d'urgence et d'insertion, indique que « les mineurs sont systématiquement orientés vers les services adéquats ». En réalité, aucune orientation ne leur est proposée et les différents acteurs institutionnels se renvoient dos à dos la responsabilité de la prise en charge de ces jeunes qui, par ce mécanisme, sont condamnés à l’errance."

Pour Solmiré, "la situation n'est pas nouvelle". Elle raconte côtoyer des adolescents et mettre en œuvre pour ceux qu'elle rencontre des solutions solidaires d'hébergement d'accompagnement, mais "Ces solutions sont faites de débrouille et de dépannages, souvent au jour le jour ou à la petite semaine."

"Nous n’y arrivons plus !"

Aujourd'hui, l'association tire la sonnette d'alarme : "Si la situation de ces jeunes est loin d’être sans issue, le constat est fait de notre impossibilité à pallier plus longtemps les dysfonctionnements des pouvoirs publics. Nous n’y arrivons plus ! "

L'association demande à l'État, au Département du Doubs et à la municipalité de Besançon "de prendre leurs responsabilités et de trouver de toute urgence une solution à ces trois jeunes en détresse, comme ceux qui suivront." Elle rapporte par la même occasion que "des solutions sont possibles : dans certains départements, conformément aux recommandations du Défenseur des Droits, le 115 héberge les adolescents dès lors que leur minorité est contestée. Dans certaines villes comme Toulouse, la municipalité finance un lieu d’hébergement qui leur est spécifiquement destiné…"

Bonjour, de nouveau nous avons été sollicité hier pour un jeune non reconnu mineur qui se trouvait à la rue. Pour...

Publiée par SOLidarité MIgrants REfugiés Besançon sur Jeudi 25 mars 2021

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Social

Grand Besançon Métropole reçoit près de 2 millions d’euros pour Besançon

Pour la deuxième année consécutive, Grand Besançon Métropole va recevoir une nouvelle Dotation politique de la Ville (DPV) pour l’année 2022 dont le montant s’élève à 1.813.985 millions d’euros. Les projets prévus avec cette dotation seront soumis au vote des élus de l’agglomération lors du prochain conseil communautaire le 11 mai.

Bourgogne Franche-Comté : un dispositif d’accueil personnalisé à destination des étudiants ukrainiens 

Les étudiants ukrainiens bénéficiaires de la protection temporaire, dispositif mis en place par l’Union européenne, sont accueillis au sein des résidences du Crous Bourgogne-Franche-Comté qui a mis en place un accompagnement personnalisé de ces étudiants, a-t-on appris dans un communiqué du 5 mai 2022. A ce jour, 14 étudiants ukrainiens sont accueillis à Dijon.

En détresse financière, un artisan du Doubs en grève de la faim depuis plus de 15 jours

Artisan sellier à Rouhe près de Quingey, André Mathey a entamé une grève de la faim il y a plus de 15 jours. Pourquoi ? Il souhaite alerter sur sa situation financière et faire valoir ses "droits à l'égalité dans les droits sociaux et aux aides covid pour sauver mon entreprise née en 2011". André Mathey a perdu 13 kilos, son état de santé se dégrade progressivement.

Menacée d’excision dans son pays, une fillette de 5 ans et sa famille demandent l’asile en France

Le collectif bisontin Solidarité Migrants Réfugiés (SolMiRé) a lancé un appel à l’aide au préfet du Doubs afin que Mariama, une petite fille âgée de 5 ans et sa famille, ne soit pas renvoyées au Sierra Leone, son pays d’origine où elle risque une mutilation sexuelle qui est couramment pratiquée.  

France : des aides personnelles s’ouvrent aux déplacés d’Ukraine

Afin d’aider les Ukrainiens réfugiés en France à accéder au logement, une fois passée la phase de l’hébergement d’urgence, le gouvernement a décidé de leur ouvrir droit, d’une part aux aides personnelles au logement majorées du complément familial, d’autre part à des prestations familiales d’entretien, apprend-on dans un communiqué officiel du 15 avril 2022.

Nouvelle mobilisation des accompagnants des élèves en situation de handicap le 5 avril à Besançon

Après deux journées de grève, les 19 octobre et 27 janvier, l'intersyndicale nationale appelle à une nouvelle journée de grève et de mobilisations le mardi 5 avril pour continuer à peser sur "la prise en compte de la précarité des AESH" et "des conditions indignes dans lesquelles elles et ils sont maintenu(e)s".

Taxis en colère contre la hausse des carburants : nouvelle opération escargot à partir de 15h au départ de Besançon

Les parcours • Les taxis repartent à 15h pour rejoindre la place Leclerc via le pont Canot et l'avenue Siffert. Toujours à  l'allure coccinelle, les taxis rejoindront la place Flore puis la rue de Belfort pour emprunter l'A36 à Marchaux. Ils sortiront ensuite à la sortie Besançon Ouest n°3 Chemaudin.  
Offre d'emploi

Foire Comtoise 2022

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.66
nuageux
le 17/05 à 6h00
Vent
1.15 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
92 %

Sondage