Mobilisation ce samedi pour la journée des droits des migrants à Besançon

Publié le 18/12/2021 - 18:29
Mis à jour le 19/12/2021 - 09:08

La journée internationale des droits des migrants s’est déroulée ce samedi 18 décembre 2021. À Besançon, le rendez-vous était donné à 17h00 place Pasteur. Des élus bisontins de la Majorité municipale de Gauche et Ecologistes étaient sur place afin de mettre en lumière les difficultés rencontrées par les migrants en rappelant leurs coopérations avec les porteurs de la Charte ANVITA1, et le renforcement des dispositifs d’accueil en lien avec l’Etat à travers le CTAIR2 .

À Besançon, des associations agissent pour que les droits élémentaires soient mis en œuvre par les institutions (État, département, ville), mais expliquent que "les droits des personnes migrantes, femmes, enfants et hommes de tous âges continuent d'être bafoués par les autorités, et le racisme, les préjugés, les discours anti-immigrés gangrènent le débat politique."
"Parce que sur cette terre, personne n'est illégal, parce que nous sommes tous enfants d'immigrés, pour que, à Besançon aussi, plus aucune famille, plus aucun jeune, plus aucune personne vulnérable ne soit rejeté.e par les dispositifs de mise à l'abri d'urgence (115 géré par l'Etat, Protection de l'Enfance du Département, CCAS de la Ville)".

Mobilisation des élus bisontins de la Majorité municipale de Gauche et Ecologiste

"Besançon, notre Ville, s’est, elle aussi, construite avec la venue de personnes aux parcours de migration aussi divers que douloureux. Il est un peu facile de s’en féliciter lorsqu’ils représentent la main d’œuvre qui nous manque et de les fustiger lorsque le contexte notamment économique devient plus difficile, faisant le jeu des populistes", expliquent les élus de la Majorité dans un communiqué commun.

Ils poursuivent : "A chaque crise migratoire, les élus se mobilisent afin de trouver des solutions concrètes. Le CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) en lien avec les bailleurs au premier rang desquels LOGE.GBM se sont mobilisés pour accueillir, dans de bonnes conditions, les réfugiés issus de la crise afghane. On citera également l’aide apportée, à l’occasion de la crise sanitaire et sociale, notamment des étudiants étrangers. Au-delà des actions ponctuelles, des actions de fond sont soutenues au long cours avec par exemple l’aide permanente aux nombreuses mobilisations associatives qui se coordonnent chaque semaine en Préfecture pour répondre aux situations délicates. Le CCAS agit au quotidien pour les migrants avec notamment un partenariat actif avec La Boutique Jeanne Antide, par sa veille mobile par les actions conduites par le SAAS, par l’hébergement qu’il met en œuvre via le 115, nous sommes donc véritablement engagés par l’accueil des migrants… "

Les élus tiennent toutefois à préciser : "Nous soutenons la démarche, désormais ancienne des parrainages républicains, mais ne souhaitons pas y associer des personnes dont le dossier a été débouté par la justice, ce qui se traduit par une OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français) car il nous importe, comme élus, de respecter les décisions de justice et d’agir politiquement pour modifier les lois qui y conduisent". 

Les jeunes écologistes, expliquent avoir voulu "marquer leur empreinte" avec cette "action coup de poing". Ils avaient en effet déjà organisé fin novembre une opération visant à éteindre les enseignes des commerçants bisontins allumés entre 1h et 6h du matin alors qu’une loi l’interdit.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Bourgogne Franche-Comté : La retraite progressive ou comment se préparer au départ à la retraite

PUBLI-INFO • Le départ en retraite effraye, c’est un fait. Les futurs retraités redoutent de se retrouver sans activités pour occuper leurs journées. Ainsi, la retraite progressive permet, à partir de 60 ans, de recevoir une part de sa re­traite tout en réduisant son temps de travail. À travers, le témoignage de Pierre-Jean, salarié de 62 ans, décou­vrez ce qu’est concrètement la retraite progressive et les motivations qui l’ont poussé à en faire la demande.

Violences faites aux femmes : depuis Dijon, Emmanuel Macron appelle à ne pas " relâcher l’effort "

Le président de la République, qui a rencontré vendredi 25 novembre à Dijon des victimes, a appelé à ne "pas relâcher l'effort" dans la lutte contre les violences faites aux femmes, estimant qu'il fallait améliorer formation et prévention malgré d'importants "progrès collectifs".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.97
légère pluie
le 29/11 à 3h00
Vent
0.81 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
97 %