Mondial féminin de handball : les Bleues se qualifient pour les demi-finales

Publié le 16/12/2021 - 08:30
Mis à jour le 16/12/2021 - 08:30

En s’imposant devant la Suède 31 à 26 mercredi 15 décembre au soir à Granollers (Espagne), les handballeuses françaises se sont hissées dans le dernier carré du Mondial 2021, où les championnes olympiques de Tokyo affronteront le Danemark en demies, vendredi.
 

 © IHF
© IHF

Les handballeuses issues de Franche-Comté dans le groupe des Bleues

  • Catherine Gabriel (gardienne de but) originaire de Montbéliard. Elle a fait partie de l’ESBF avant de rejoindre Nantes puis Paris 92.
  • Laura Glauser (gardienne de but) originaire de Besançon. Elle a fait partie de l’ESBF. Elle est actuellement à Gyor Audi ETO KC.
  • Chloé Valentini, ailière gauche originaire de Morteau et a fait partie de l’ESBF avant de rejoindre Metz
  • Lucie Granier, ailière droite originaire de Marseille en poste à l’ESBF

A noter : Aissatou Kouyate, originaire de Clichy. Elle a fait partie de l’ESBF

Depuis le début du tournoi, qui intervient à peine quatre mois après les Jeux, les Françaises ont donné l’impression de monter en puissance, notamment leur dernière prestation contre la Russie lors de l’ultime match du tour principal, avec une base arrière extrêmement performante au tir.

Mercredi face à la Suède, les Françaises étaient prévenues que ce serait un match compliqué et indécis jusqu’au bout. « Il va falloir un mental d’acier et se préparer à vivre peut-être un money-time chaud dans un match à élimination », avait d’ailleurs prédit le sélectionneur Olivier Krumbholz à la veille du quart de finale.

Le rouleau compresseur tricolore s’est mis en route

Après un début de match compliqué en attaque, les Bleues ont progressivement trouvé l’ouverture dans la défense suédoise, notamment grâce à leurs gauchères Alicia Toublanc (aile), Océane Sercien-Ugolin et Laura Flippes (base arrière). En défense, elles ont eu du mal pendant une mi-temps à museler la gauchère de Nantes Nathalie Hagman, intenable depuis le début du Mondial. Mais l’entrée en jeu de Cléopâtre Darleux dans les buts a fait du bien, pour suppléer Laura Glauser.

Au retour des vestiaires, le rouleau compresseur tricolore s’est mis en route, avec une défense imperméable. Sur une interception de Grace Zaadi et une contre-attaque de la capitaine Coralie Lassource, les Françaises ont pris les commandes et ont fermé la boutique derrière. L’exclusion temporaire contre Estelle Nze Minko a motivé les troupes françaises, alors que l’entrée en jeu d’Orlane Kanor a apporté un vrai plus sur le côté gauche de la base arrière.

C’est donc une vraie bonne habitude, prise depuis les Jeux olympiques de Rio en 2016, que les joueuses d’Olivier Krumbholz ont confirmée en Espagne : elles ont atteint pour la septième fois (sur huit possible) les demi-finales, que ce soit aux JO, à l’Euro ou au Mondial. Une régularité nouvelle pour la France, qui s’inscrit parmi les toutes meilleures équipes au monde.

Les Bleues poursuivent le rêve de réaliser un doublé international

Et sur les six premières expériences dans le dernier carré, elles sont toujours rentrées avec une médaille au final. Le seul accroc s’est déroulé pendant le Mondial 2019 au Japon, avec une élimination dès le 1er tour, vite effacé avec l’argent de l’Euro 2020 et l’or des Jeux à Tokyo. Les coéquipières de Coralie Lassource poursuivent le rêve de réaliser un doublé international en l’espace de quatre mois et demi, que seules les Danoises (1996) et les Norvégiennes (2008) sont parvenues à réaliser par le passé (doublé JO-Euro à l’époque).

Pour une place en finale, les Françaises vont aborder la deuxième étape de leur périple scandinave face au Danemark, invaincu depuis le début du tournoi tout comme les Françaises, et qui arrivent sur ce Championnat du monde fraîches puisqu’elles n’ont pas disputé les Jeux à Tokyo.

Le dernier affrontement entre Françaises et Danoises en compétition officielle remonte à l’Euro 2020. Les Bleues s’étaient imposées 23 à 20 au premier tour, entrouvrant la porte vers le dernier carré.


(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Sport

L’ESBF se révolte, le GBDH n’était pas loin

Côté handball ce week-end, l'ESBF a bien réagi face à Mérignac, tandis que le GBDH s'est incliné d'un rien face à Saran. En revanche, ça ne passe toujours pas pour Palente handball, dernier du classement avec zéro victoire. Côté foot, le Racing Besançon a aisément validé son accés pour le prochain tour de la Coupe de France.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.22
légère pluie
le 02/10 à 0h00
Vent
4.63 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
97 %

Sondage