Mort de quatre lycéens : "Une immense tristesse et une douleur incommensurable"

Publié le 20/01/2022 - 20:48
Mis à jour le 21/01/2022 - 12:08

Champagnole et ses 10.000 habitants se sont réveillés jeudi matin saisis par l’effroi au lendemain de la mort de quatre élèves du lycée de la ville dont la voiture s’est abîmée dans les eaux glacées du lac de Chalain, à Doucier.

 ©
©

"Nous faisons face pour pouvoir accueillir l’ensemble des élèves qui ont besoin de notre soutien", a confié devant la presse le proviseur du Lycée Paul-Émile-Victor, Ronald Grec. "Certains d’entre eux ont souhaité rentrer dans leurs familles dès hier soir (mercredi), d’autres ont préféré rester dans l’établissement pour bénéficier de cette cellule d’écoute qui a été mise à leur disposition et pouvoir échanger ensemble, se soutenir", a-t-il expliqué. "Nos pensées vont vers les familles qui sont si durement touchées", a encore souligné le proviseur.

Le drame s’est produit mercredi en fin d’après-midi lorsque la voiture a vraisemblablement dérapé sur la petite route touristique qui surplombe le Lac de Chalain, transformée en une "véritable patinoire" par le gel intense, selon Lionel Pascal, procureur de la République de Lons-le-Saunier.

Cinq lycéens, âgés de 15 à 19 ans, dont quatre internes originaires du Jura, tous scolarisés au Lycée Paul-Émile-Victor, étaient à bord du véhicule. Probable conductrice, l’aînée de 19 ans était la seule majeure du groupe, détentrice du permis de conduire, a précisé le procureur. Parmi les occupants de la Peugeot 206, un seul est parvenu à s’extraire miraculeusement de l’habitacle presque totalement immergé et à donner l’alerte auprès d’une passante, avant d’être hospitalisé.

"Sous le choc"

"Le jeune rescapé va bien physiquement" mais "sur le plan psychologique, la situation est difficile", a confié jeudi matin au cours d’une conférence de presse le préfet du Jura, David Philot, la voix étranglée par l’émotion. Comble de malchance, la voiture a quitté la route dans le seul secteur non boisé, ne rencontrant pratiquement aucun obstacle dans sa chute d’une dizaine de mètres dans les eaux du lac.

Des gendarmes arrivés très rapidement sur place se sont jetés à l’eau pour tenter de sauver les lycéens restés prisonniers du véhicule, tout comme les pompiers, arrivés peu après. En vain.

Au lycée Paul-Émile-Victor, qui compte près de 750 élèves, la nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre via les réseaux sociaux. Tous ont en tête les visages de leur camarade, Natacha, Nathan, Noé et Sarah. "On est tous sous le choc", a confié jeudi matin Lucas, un élève de l’établissement, parlant d’une "ambiance très compliquée". Philippine, une lycéenne de terminale générale qui partageait des cours de sport avec l’une des victimes, a évoqué le "très grand vide" laissé par la mort de cette jeune "fille très dynamique, toujours avec le sourire".

"Sentiment d'injustice"

"On sent tous un sentiment d’injustice, on se dit, pourquoi nous, pourquoi des amis, pourquoi des jeunes qui avaient tout un avenir devant eux et on est tous sidérés par cette nouvelle", a-t-elle poursuivi. "Ça va être très compliqué dans les prochains jours", a ajouté cette élève qui peine à réaliser la disparition de ses camarades dont deux étaient en terminale et deux autres en seconde, selon elle.

 "Tout le monde est atterré", avait déclaré de son côté le maire de Champagnole, Guy Saillard. Les quatre corps ont été acheminés à l’hôpital de Lons-le-Saunier pour que les proches puissent les identifier. Une enquête de gendarmerie a été ouverte afin de déterminer les circonstances exactes du drame, selon le procureur qui précise qu’elle devra notamment déterminer si la vitesse pourrait être en cause.

"Après ce drame qui touche toute la communauté éducative et tout particulièrement l’académie de Besançon, je veux exprimer ma peine et adresser toutes mes pensées aux familles et aux proches des lycéens", avait tweeté mercredi soir le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Education

Vie étudiante en Bourgogne Franche-Comté : 87.000 étudiants interrogés pour créer " une véritable boussole "

Dans le cadre de la première conférence territoriale de la vie étudiante en Bourgogne Franche-Comté qui s’est déroulée lundi 30 janvier à Dijon, les résultats d’une vaste concertation inédite en France réalisée auprès de 11.500 étudiants dans un premier temps (sur les 87.000 étudiants) ont été dévoilés par Nathalie Albert-Moretti, rectrice de la région académique de Bourgogne Franche-Comté.

Nouvelle formation, remise des diplômes, nouveau site… Quoi de neuf dans les écoles ESTM et Pigier à Besançon ?

PUBLI-INFO • L’année 2023 rime avec nouveautés dans les écoles ESTM et Pigier rue Gambetta à Besançon ! L’ouverture du BTS Comptabilité-Gestion rejoint la carte des 18 formations proposées par l’établissement et le relooking du site internet ESTM avec tous les parcours de formations, les offres d’emploi en alternance et les actualités de la vie étudiante.

Académie de Besançon : 121 postes supprimés dans les 1er et 2nd degrés pour la rentrée 2023

Le rectorat a annoncé lors d’un point presse la suppression de 52 postes dans les écoles de l’académie et 69 dans les collèges et lycées généraux pour la rentrée 2023. Un chiffre qu’a tenté d’atténuer la rectrice d’académie Nathalie Albert-Moretti en mettant en avant le fait que le taux d’encadrement sera pour autant meilleur. Un argument qui n’a pas semblé convaincre les syndicats qui ont décidé de boycotter le comité social d’administration de l’académie pour lequel ils sont élus en signe de protestation. 

Besançon : les élèves de l’École de la deuxième chance à la rencontre de la Société des membres de la Légion d’Honneur

Le préfet du Doubs Jean-François Colombet a organisé une rencontre entre les élèves de l’École de la deuxième chance du Doubs (E2C) et plusieurs membres de la Société des membres de la Légion d’Honneur et de l’Association des membres de l’Ordre national du Mérite dans les locaux de la préfecture à Besançon ce mercredi 18 janvier.

Éducation : les syndicats élus boycottent le comité social d’administration de l’académie de Besançon

Les syndicat FSU, SGEN CFDT, SNALC et UNSA, soit l’ensemble des organisations syndicales qui y sont élues, ont décidé de boycotter le prochain comité social d’administration (nouvelle instance qui remplace le comité technique académique) qui devait se dérouler ce mercredi 18 janvier. Un courrier a été envoyé à la rectrice de l’académie pour en expliquer les raisons.

Grève dans les écoles de Besançon le 19 janvier : un service minimum est prévu

Un prévis de grève a été déposé par les organisations syndicales des personnels de l’Éducation nationale contre la réforme des retraites pour la journée du 19 janvier 2023. Un service minimum sera mis en place, est-il expliqué dans un courrier de la Ville de Besançon aux parents d’élèves en date du 17 janvier.

Formations, diplômes, certificats… L’IRTS de Franche-Comté ouvre ses portes le 21 janvier à Besançon

PUBLI-INFO • L’IRTS de Franche-Comté (Institut régional du travail social) à Besançon est l’établissement d’enseignement supérieur et de formation professionnelle, spécialisé dans l’intervention sociale, en Franche-Comté. L'organisme ouvrira ses portes samedi 21 janvier pour faire connaître ses formations et découvrir les locaux…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 3.29
couvert
le 03/02 à 3h00
Vent
1.19 m/s
Pression
1035 hPa
Humidité
87 %