Moscovici: "pas de transfert de légitimité automatique" après l'abandon de Hollande

Publié le 03/12/2016 - 08:13
Mis à jour le 03/12/2016 - 18:56

Le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici a estimé vendredi qu'il n'y avait "pas de transfert de légitimité automatique" après le renoncement de François Hollande, disant vouloir choisir son candidat à la primaire PS sur la base de son programme.

dsc_3819.jpg
©damien poirier
PUBLICITÉ

« François Hollande a une légitimité particulière parce qu’il est le président de la République (…) Il avait une ligne politique, il avait un bilan », a assuré sur RTL l’ancien ministre de l’Économie du gouvernement Jean-Marc Ayrault. ` 

Après lui, « il n’y a pas de transfert de légitimité automatique », a ajouté ce proche du chef de l’État, disant vouloir attendre les programmes des candidats à la primaire PS avant d’indiquer celui sur lequel portera son choix. « Ce qui va m’intéresser, c’est notamment le contenu européen des programmes. Car pour moi, on ne peut pas être socialiste si on n’est pas à la fois profondément réformiste (…) et européen », a-t-il expliqué.

Interrogé sur Manuel Valls, M. Moscovici a assuré connaître « ses qualités ». « Je vois son énergie. Mais ce qui va m’intéresser c’est le contenu du débat politique. Ce qui compte c’est qu’il y ait des idées », a-t-il répété. Après le coup de tonnerre du renoncement de François Hollande à briguer un second mandat, le Premier ministre a fait comprendre qu’il allait rapidement officialiser sa candidature à la primaire d’une gauche en miettes.

« Nous devons défendre le bilan, nous devons défendre cette action, et je le ferai, comme je le fais inlassablement dans les fonctions qui ont été les miennes depuis 2012 », a-t-il déclaré.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

hollande présidentielle 2017

François Hollande renonce à la présidentielle de 2017 : « Je n’y vois pas seulement de la lucidité mais de la noblesse »

François Hollande renonce à la présidentielle de 2017 : « Je n’y vois pas seulement de la lucidité mais de la noblesse »

François Hollande a mis fin au suspense ce jeudi 1er décembre 2016 en renonçant à briguer sa succession à l'Élysée en 2017. Claude Jeannerot, ex-président PS du département du Doubs et actuel délégué du gouvernement au Bureau international du travail, "salue François Hollande pour son engagement de tous les instants au seul service de la France."

François Hollande ne sera pas candidat à la présidentielle 2017 : « une décision sage et digne »

François Hollande ne sera pas candidat à la présidentielle 2017 : « une décision sage et digne »

François Hollande a mis fin au suspense ce jeudi 1er décembre 2016 en renonçant à briguer sa succession à l'Élysée en 2017, une annonce inédite dans l'histoire de la Ve République. Pour Nicolas Bodin, premier secrétaire de la fédération du PS du Doubs, le président de la République "a fait preuve d'humilité et de lucidité quant à la décision très compliquée à prendre".

Hollande : la gauche salue une décision « digne »… mais pas toute la gauche !

Hollande : la gauche salue une décision « digne »… mais pas toute la gauche !

De nombreux responsables politiques de gauche ont salué jeudi la dignité et le courage du président de la République après son renoncement pour 2017. "François Hollande a su trouver une issue digne à une situation qui ne l'était pas", estime notamment l'ancien ministre de l'Intérieur Jean-Pierre Chevènement, dans une pique sans doute au Premier ministre Manuel Valls. La gauche de la gauche, elle, se veut beaucpoup plus critique...

François Hollande renonce à la présidentielle de 2017

François Hollande renonce à la présidentielle de 2017

François Hollande a mis fin au suspense ce jeudi 1er décembre 2016 en renonçant à briguer sa succession à l'Élysée en 2017, une annonce inédite dans l'histoire de la Ve République, qui ouvre le bal de la succession à gauche, au terme d'un quinquennat marqué par une persistante impopularité.

Dans la catégorie

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

MUNICIPALE 2020 • Dans un communiqué de jeudi 17 octobre 2019, Eric Alauzet, candidat En Marche à l'élection municipale de Besançon réagit suite à la décision du Parti socialiste de se rallier à l'Equipe, unissant les gauches, menée par Anne Vignot. Selon le candidat, "le choix effectué par la section socialiste de Besançon signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon." Notons que 86% des militants du PS de Besançon étaient 86% à voter pour se rallier à l'Equipe.

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Le président du groupe RN au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté Julien Odoul, qui avait demandé vendredi 11 octobre 2019 à ce qu'une femme dans le public retire son voile, a dénoncé jeudi une "opération de victimisation" après que cette dernière a annoncé porter plainte.

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Contactée ce jeudi 16 octobre 2019 par téléphone, nous avons fait le point avec Alexandra Cordier, référente départementale En Marche et éventuelle candidate à l'élection municipale à Besançon en 2020. Si une rupture s'est créée entre elle et Eric Alauzet, candidat officiel d'En Marche, Alexandra Cordier n'a pas pour autant l'objectif de se rallier à Ludovic Fagaut, candidat pour Les Républicains. Entretien.

Annie Genevard sur l’incident du voile : « la méthode était détestable, mais sur le fond… »

Annie Genevard sur l’incident du voile : « la méthode était détestable, mais sur le fond… »

La députée du Doubs Annie Genevard (LR), invitée du « petit déjeuner politique » de Sud Radio ce lundi 15 octobre 2019, a réagi à « l’incident du voile » du conseil régional de Bourgogne Franche-Comté. Et a globalement suivi la ligne directrice des Républicains, avec son président Christian Jacob demandant l’interdiction du voile durant les sorties scolaires…

Voile : Édouard Philippe ne souhaite pas de loi sur les accompagnants scolaires

Voile : Édouard Philippe ne souhaite pas de loi sur les accompagnants scolaires

En prenant à partie une mère voilée accompagnatrice d'une sortie solaire, le conseiller régional RN Julien Odoul a relancé vendredi dernier à Dijon la polémique sur le voile islamique lors d'une séance du conseil régional Bourgogne Franche-Comté. Après les réactions au plus haut niveau de l'État, notamment du ministre de l'Éducation nationale, le Premier ministre Edouard Philippe a semblé vouloir clore le débat en déclarant ne pas vouloir de nouvelle loi sur les accompagnants scolaires.

Voile au conseil régional : les réactions en Bourgogne Franche-Comté

Voile au conseil régional : les réactions en Bourgogne Franche-Comté

Mise à jour le 15 octobre à 10h50 • Suite à l'attitude de l'élu RN qui avait pris à partie vendredi 11 octobre 2019 au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté une mère voilée accompagnatrice d'un groupe d'enfants, le groupe d'Europe Écologie - Les Verts Bourgogne Franche-Comté mais aussi France Insoumise condamnent la réaction de l'élu du Rassemblement National.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.23
légère pluie
le 18/10 à 0h00
Vent
3.14 m/s
Pression
1014.45 hPa
Humidité
96 %

Sondage