Renvoi du procès de colistiers FN de Sophie Montel accusés d'abus de faiblesse

Publié le 02/04/2015 - 12:04
Mis à jour le 02/04/2015 - 18:11

Le procès de quatre anciens colistiers FN aux municipales à Montbéliard en 2014, suspectés d'avoir abusé de deux personnes vulnérables pour obtenir leur candidature sur la liste frontiste, a été renvoyé par le tribunal  Montbéliard. L'audience a été fixée au 2 juillet 2015.

1268998489.jpg

Municipales de Montbéliard

Le président du tribunal correctionnel de Montbéliard a accordé ce jeudi 2 avril 2015 le renvoi aux quatre prévenus, qui demandaient un délai pour mieux préparer leur défense. Les mis en cause sont quatre anciens colistiers de Sophie Montel, candidate FN à la mairie de Montbéliard en 2014 et candidate à la législative partielle du Doubs en février dernier.

"C'est une affaire politique, mise en marche par l'UMP qui craignait la présence de Sophie Montel dans la campagne municipale de Montbéliard", a affirmé l'un des prévenus, Robert Sennerich, satisfait du renvoi. Ils sont poursuivis dans deux affaires distinctes, toutes deux renvoyées au 2 juillet.

Dans la première affaire, Idriss Hamitou et Martine Véjux sont suspectés d'avoir abusé de la vulnérabilité psychologique d'une femme de 67 ans pour obtenir sa candidature.

La plaignante affirme qu'elle ignorait avoir signé un acte de candidature, pensant avoir signé une pétition. Elle avait déposé plainte le 22 mars 2015, la veille de l'élection, après avoir découvert son nom sur la liste FN.

La seconde affaire concerne Robert Sennerich, l'époux de Mme Montel, et Catherine Piotrowski. Ils sont poursuivis pour avoir obtenu la candidature d'une femme de 90 ans psychologiquement très fragile.

Cette situation avait été signalée à la justice par trois candidats UMP.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Allégement du confinement : ce qu'il faut retenir de l'allocution présidentielle...

Trois phases • Saluant la mobilisation de la population, Emmanuel Macron a desserré l'étau du confinement  s'est félicité que la circulation du virus ait été "freinée", mais le Covid-19 "demeure très présent" en France comme dans le reste de l'Europe. De ce fait, Emmanuel Macron a annoncé que l'allègement des restrictions ne se ferait pas du jour au lendemain mais en trois phases jusqu'au 20 janvier. Sa mise en oeuvre dépendra de l'évolution de l'épidémie, a-t-il averti.

Commerces, vacances de Noël… Quelles mesures Emmanuel Macron devrait-il annoncer mardi soir ?

Le chef de l'Etat s'exprimera lors d'une allocution mardi 24 novembre 2020 à 20h pour annoncer le "cap" de ces prochaines semaines, de ces prochains mois et les premières mesures "d'allègement des contraintes" qui devraient prendre effet à partir du 1er décembre. Quelles seront-elles ?

Région Bourgogne Franche-Comté : 126 M€ en faveur de l’emploi, de l’écologie, de la solidarité et des territoires

Réunis en commission permanente, vendredi 20 novembre 2020, les élus régionaux ont voté près de 126 millions d’euros d’aides en faveur de l’emploi, de l’écologie, de la solidarité et des territoires. Une partie de ces crédits concerne le Plan d’accélération de l’investissement régional mis en place par la Région pour faire face à la crise sociale et économique provoquée par l’épidémie de Covid-19.

La loi Recherche définitivement adoptée au Parlement

Face au risque de "décrochage" de la recherche française, le Parlement a définitivement adopté ce vendredi 20 novembre 2020 le projet de loi de programmation (LPR), "un investissement historique" selon le gouvernement confronté à la défiance accrue de la communauté universitaire et scientifique. Fannette Charvier, députée du Doubs se félicite de cette décision (elle avait été désignée responsable de ce texte pour le groupe LaREM).
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.34
ciel dégagé
le 28/11 à 3h00
Vent
1.34 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
82 %

Sondage