Municipales: où en est-on des tractations à Besançon pour le second tour ?

Publié le 24/03/2014 - 20:18
Mis à jour le 24/03/2014 - 20:18

En obtenant plus de 10% des suffrages, trois listes accèdent au second tour des élections municipales à Besançon : celle du maire sortant Jean-Louis Fousseret (PS PC Verts 33,63% / 12.191 voix), la liste d'union UMP Modem UDI de Jacques Grosperrin (31,64% / 11.470 voix) et enfin la liste FN  "Besançon Bleu Marine" de Philippe Mougin (11,76% / 4.263 voix) qui fera cavalier seul. Mais les deux listes qui ont obtenu plus de 5% des voix peuvent fusionner avec une liste qualifiée pour le second tour. Depuis dimanche soir, les "discussions" vont bon train avec Jean-Louis Fousseret. Et il faut faire vite, tout doit-être déposé en préfecture avant mardi soir, 18h. Voici les positions de chaque candidat.

2013-10-01_lancement_campagne_fousseret.jpg
©

Comprendre

PUBLICITÉ

Pourquoi le seuil des 5 % est-il  important ?

 C’est tout d’abord la condition pour pouvoir fusionner avec une liste qualifiée pour le second tour.

Accessoirement, c’est aussi, dans les communes de plus de 1.000 habitants, le seuil à atteindre pour obtenir le remboursement des frais liés à l’impression et à l’affichage des documents de la campagne (affiches, circulaires, bulletins de vote, etc.)

Les deux listes qui peuvent prétendre à une fusion à Besançon sont orientées à gauche. Les négociations se dirigent logiquement vers le maire socialiste sortant. On imagine mal Frank Monneur, ancien conseiller municipal PS sous Jean-Louis Fousseret, négocier avec Jacques Grosperrin…

Que disent les candidats ?

  •  Frank Monneur (Divers gauche) : « Besançon Génération Citoyennes »
  • 6,22% (2.255 voix) 

Frank Monneur est issue de la majorité sortante. Suite à son éviction commune avec Didier Gendraud de la liste Fousseret, il a décidé de prendre la tête de « Besançon Génération Citoyennes » en se voulant  « en dehors des appareils politiques« . 

« Notre liste citoyenne a la possibilité d’être représentée au conseil municipal afin de porter notre voix indépendante… et a évidemment un  rôle à jouer pour le second tour. Des discussions sont en cours, celles-ci sont menées sur la base de projets issus de notre programme dans l’intérêt de la ville et des Bisontins« .

Frank Monneur reste muet sur les discussions qu’il entretient, même si l’on sait qu’il a eu Jean-Louis Fousseret au téléphone dimanche soir. Il doit encore discuter avec ses colistiers et s’accorder avec le maire sortant sur un nombre de places rréservées sans pour autant passer pour le fils prodigue aux yeux des Bisontins. Exercice délicat pour asseoir son indépendance vis-à-vis du maire sortant qui ne pensait pas que son « ami » Frank dépasserait les 5%.

Monneur est-il vraiment en position de force ? « En tout cas, nous ne sommes pas en position de faiblesse » a-t-il rétorqué dimanche soir. Jean-Louis Fousseret ne peut plus négliger le poids de la liste citoyenne. Reste pour lui à savoir, si en cas d’accord ou non, les 2.255 voix basculeront automatiquement en sa faveur.

  • Emmanuel Girod (Front de gauche) : « A Gauche toute place au peuple »
  • 7,12% (2.582 voix)

« La balle est dans le camp de Jean-Louis Fousseret » a déclaré Emmanuel Girod ce lundi après-midi.  Sans les communistes qui, tout comme les verts, se sont liés au maire sortant dès le premier tour, le front de gauche veut affirmer son autonomie. « Fort » de ses 7,12% Emmanuel Girod souhaite que son parti soit représenté au sein d’un groupe autonome et indépendant et ouvertement hostile aux politiques d’austérité. « Nous revendiquons une représentation proportionnelle dans le strict respect de notre score du premier tour » soit 8 sièges. Le Front de gauche en réclame six en position éligible.

 Et que dit Jean-Louis Fousseret ?

Le maire sortant qui brigue un troisième mandat ne souhaite pas se précipiter. Il dit attendre les déclarations d’intention officielles de Frank Monneur et d’Emmanuel Girod. « Je souhaite d’abord savoir si nous sommes vraiment sur les mêmes valeurs« . Il semble évident  que Jean-Louis Fousseret ne voudra pas entrer dans des tractations trop alambiquées. Il n’en a tout d’abord pas le temps puisque les listes pour le second tour doiventêtre déposées avant mardi soir en préfecture. Mais surtout, il est conscient que chacun doit trouver l’équilibre complexe dans ce type de négociation entre calcul électoral et ambition politique. 

De qui Jean-Louis Fousseret a-t-il le plus besoin ? Les voix de Frank Monneur lui sont-elle vraiment moins acquises que celles du Front de gauche ? Le maire sortant sait aussi que Girod et Monneur ont besoin de la fusion s’ils veulent exister et peser sur la politique de la ville. La réponse à cet équilibre se comptera en nombre de sièges proposés… ou pas ! Selon le maire, on devrait en savoir plus dès ce mardi matin. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Municipale 2020 : les grandes propositions pour le transport et la mobilité d’Eric Alauzet

Municipale 2020 : les grandes propositions pour le transport et la mobilité d’Eric Alauzet

Eric Alauzet, député du Doubs et candidat LREM à l'élection municipale à Besançon en 2020, annonce ce samedi 19 octobre 2019 ses premières "grandes propositions" dans le domaine des transports et de la mobilité. Il souhaite notamment réaliser un projet sur l'axe ferroviaire nord-sud de Mamirolle aux Auxons avec un transport inspiré du tramway. Il souhaite également rendre gratuit le stationnement entre midi et 14 heures au centre-ville...

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Entretien • Officiellement candidat depuis le 31 janvier 2019 et investi fin mars par le parti socialiste, Nicolas Bodin rejoint finalement "l'Équipe" qui rassemble déjà EELV, le parti communiste, Génération(s) et À Gauche citoyen avec Anne Vignot en tête de liste...

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

MUNICIPALE 2020 • Dans un communiqué de jeudi 17 octobre 2019, Eric Alauzet, candidat En Marche à l'élection municipale de Besançon réagit suite à la décision du Parti socialiste de se rallier à l'Equipe, unissant les gauches, menée par Anne Vignot. Selon le candidat, "le choix effectué par la section socialiste de Besançon signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon." Notons que 86% des militants du PS de Besançon ont voté "pour" se rallier à l'Equipe.

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Le président du groupe RN au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté Julien Odoul, qui avait demandé vendredi 11 octobre 2019 à ce qu'une femme dans le public retire son voile, a dénoncé jeudi une "opération de victimisation" après que cette dernière a annoncé porter plainte.

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Contactée ce jeudi 16 octobre 2019 par téléphone, nous avons fait le point avec Alexandra Cordier, référente départementale En Marche et éventuelle candidate à l'élection municipale à Besançon en 2020. Si une rupture s'est créée entre elle et Eric Alauzet, candidat officiel d'En Marche, Alexandra Cordier n'a pas pour autant l'objectif de se rallier à Ludovic Fagaut, candidat pour Les Républicains. Entretien.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.89
pluie modérée
le 19/10 à 15h00
Vent
0.94 m/s
Pression
1006.91 hPa
Humidité
96 %

Sondage