Nous Rassemble : une start-up citoyenne arrive à Besançon

Publié le 11/07/2016 - 12:30
Mis à jour le 11/07/2016 - 12:30

Nous rassemble est une start-up citoyenne ayant pour projet d'ouvrir une plateforme web de participation citoyenne pour l'ensemble des villes françaises. Besançon vient rejoindre les 7 premières villes de France équipées ...

nous-rassemble-logo-light-wibg.png
© Nous Rassemble. https://www.nousrassemble.com/fr

Démocratie 2.0

PUBLICITÉ

Fondé par Grégory Bertrand, Nous Rassemble est une entreprise de l’économie sociale et solidaire (en cours d’agrément) qui a pour objectif de connecter la démocratie locale. Cette initiative indépendante de tout parti dépeint une démocratie passant par une politique « connectée » dans laquelle les citoyens contribuent davantage. En recueillant les projets et attentes des habitants et associations locales d’une ville, le site de participation devient un outil au service des élus locaux pour leur permettre de mieux connaître les attentes de la population et communiquer en retour sur l’action municipale. 

La citoyenneté 2.0

Nous rassemble est une start-up non militante qui a pour objectif de faciliter l’action des citoyens et des associations locales impliquées dans leur vie dans le but de lutter contre l’abstention et le désintérêt pour la chose publique. Pour cela, Nous rassemble a mis en place 8 plates formes participatives :

  • Bagnolet
  • Béziers
  • Brioude
  • Fort de France
  • Marseille
  • Nie
  • Saint Laurent du Var

Besançon vient rejoindre ces villes choisies pour leur diversité (taille, sociologie, orientation partisane). Pour l’instant, aucunes d’entre elles n’ont sollicité les services de Nous Rassemble mais elles ont néanmoins accès aux données collectées (notamment les adresses mails). Cet accès leur permettra de devenir acteurs dans la relation numérique aux citoyens. Elles sont aussi invitées à participer en publiant la page Nous Rassemble sur leur site, page facebook ou twitter. Plus de 300 plateformes seront crées d’ici la fin de l’année et 3000 d’ici les élections présidentielles. L’objectif final est d’offrir ce service à l’ensemble de la population française. 

Un service gratuit avec des options payantes

Nous Rassemble crée les plateformes et en assure la modération et l’hébergement gratuit. La participation est gratuite de même que les services essentiels aux élus. L’offre de base comprend : 

  • Publier des propositions
  • Publier des demandes de participation (et enrichir votre base de contacts)
  • Consulter les sujets importants pour les habitants
  • Publier les réponses de la municipalité aux propositions populaires

La formule payante propose l’intégration d’un widget sur le site des associations locales, l’intégration de la page Nous Rassemble sur le site de la ville et l’analyse fine de l’activité. Les collectivités locales peuvent aussi avoir accès à un tableau de bord de la participation et une analyse fine de sujets sensibles. 

Cette initiative à l’image de grenoble.nousrassemble.com cherche à répondre à un idéal démocratique dans lequel les citoyens seraient participants égaux aux propositions, aux créations et à l’application des lois. Le web est – il l’avenir de la démocratie ? L’avenir nous le dira mais la cyberdémocratie est en route …

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

PSA va bien quitter son usine historique d’Hérimoncourt

PSA a confirmé le transfert à Vesoul en Haute-Saône des productions de son usine d'Hérimoncourt, synonyme de fermeture de ce site historique du Doubs sauf à lui retrouver d'autres activités, a-t-on appris mardi 9 avril 2018 de sources syndicales. Le député LREM Frédéric Barbier réclame que l'objectif de réindustrialisation du site et sur la compensation de 200 emplois soient contractualisé avec PSA.

Éducation : nouvelle mobilisation jeudi contre les réformes Blanquer

Opposés aux réformes du ministre de l'Éducation, des syndicats enseignants entendent battre le fer tant qu'il est chaud: après des manifestations samedi, ils appellent à une nouvelle journée de mobilisation ce  jeudi 4 avril 2019. À Besançon , une manifestation est prévue place Granvelle à partir de 10h30. Dans le Doubs plusieurs écoles annoncent 100% de grévistes...

Doubs : cette année, l’Opération Brioches de l’Adapei se déroulera dès ce lundi…

L'Opération Brioches se déroule depuis quelques années au mois d’octobre, en accord avec le calendrier national réservé aux manifestations d’appel à la générosité du public. De nombreux bénévoles ont souhaité que cette opération soit organisée à nouveau au printemps. Cette année, ce sera chose faite suite à l’autorisation accordée par le préfet du Doubs. Ainsi, l'Opération Brioches de l'Adapei se déroulera du 1er au 7 avril 2019.

800 Gilets Jaunes dans la rue à Besançon pour leur acte 20

En marge de la nouvelle mobilisation des Gilets Jaunes ce samedi 30 mars 2019, plusieurs syndicats CGT éduc'action, FO, FU, SGEN/CFDT, SUD éduc et UNSA éducation avait appelé à manifester à 13h30 devant le rectorat de Besançon contre le projet de loi Blanquer, mais aussi contre la réforme du lycée (Ils étaient 500 selon les chiffres officielles). Concernant la mobilisation des Gilets Jaunes à 14h00 place de la Révolution à Besançon, les manifestants étaient 800 selon la Préfecture qui a détecté la présence de 20 à 30 casseurs. Le préfet a ordonné la dislocation et demande aux manifestants pacifiques de quitter immédiatement l’attroupement.

Manifestations non déclarées des Gilets jaunes : le préfet du Doubs rappelle la réglementation

Depuis le 17 novembre 2018, premier jour de mobilisation des Gilets jaunes en France y compris à Besançon, les manifestations de ce mouvement ne sont pas déclarées en préfecture. Le préfet du Doubs rappelle "les obligations légales qui incombent aux participants à ces manifestations" dans un communiqué ce vendredi 29 mars.

« On est là, on est là !… » Plus de 600 manifestants pour l’acte XIX des Gilets Jaunes à Besançon

Sous le soleil et dans un esprit relativement bon enfant, entre 600 et 750 manifestants ont déambulé dans les rues de Besançon en début d'après-midi. Voulant rejoindre le quartier des Vaites, ils ont été bloqués à plusieurs reprises par les forces de l'ordre. Vers 18h, les manifestants se sont retrouvés vers 18h sur le secteur de Chamars à proximité de la préfecture du Doubs.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi
 5.76
ciel dégagé
le 24/04 à 21h00
Vent
3.76 m/s
Pression
1006.89 hPa
Humidité
72 %

Sondage