Alerte Témoin

Nouvelle affaire Sarkozy: pour Moscovici, si les faits sont avérés, ce sont "des choses graves"

Publié le 10/03/2014 - 11:39
Mis à jour le 10/03/2014 - 11:39

Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a estimé dimanche 9 mars 2014 que les soupçons de trafic d'influence qui pèsent sur Nicolas Sarkozy seraient des faits extrêmement graves, s'ils étaient avérés.

Interrogé sur BFMTV, le ministre s'est montré prudent dans ses réponses au nom du devoir de réserve et de sa confiance dans la justice mais répété que "si ces faits étaient avérés, il y aurait alors des choses extrêmement graves qui se seraient passées".
L'ancien président de la République, placé sur écoutes par la justice, est soupçonné de trafic d'influence et de violation du secret de l'instruction. Selon une source proche du dossier, Nicolas Sarkozy aurait parlé avec son avocat de la possibilité de solliciter un magistrat de la Cour de cassation pour se renseigner sur une procédure en cours relative à une autre affaire dans laquelle est il est cité.

Patrick Buisson, "une sorte de gourou"

Par ailleurs, Pierre Moscovici a qualifié de "gourou" favorable à la fusion de la droite et de l'extrême droite Patrick Buisson, l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy.
"Ce qui m'a étonné est que Nicolas Sarkozy ait laissé pénétrer dans son intimité un homme aussi étrange, aussi sulfureux" que Patrick Buisson, a-t-il expliqué, donnant lieu du coup à "une étrange situation, un étrange pouvoir, une étrange gouvernance".
"Que le président de la République française ait fait confiance à une sorte de gourou qui en plus l'a trahi, ça me met mal à l'aise", a poursuivi M. Moscovici, évoquant sa "colère" à l'idée que "cet homme-là était tous les jours l'homme qui parlait à l'oreille de Nicolas Sarkozy", alors président de la République.
"Les Français sont victimes, car ils ont supporté ces ambiguïtés,
parce qu'ils ont payé les contrats de M. Buisson", a ajouté le ministre qui, citant en substance Machiavel, a rappelé que "c'est par les gens qui l'entourent qu'on juge l'esprit et la prudence du prince".

"Si demain M. Sarkozy devait  revenir avec la ligne Buisson, et pourquoi pas avec M. Buisson, ce serait très grave", a-t-il estimé.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Ludovic Fagaut appelle l’adjoint à la sécurité à « endosser le costume »

"L’insécurité ne doit pas devenir la norme..."  Suite aux récentes violences et incivilités dans le secteur de la Cité des Arts, le leader de l'opposition au conseil municipal de Besançon, le LR Ludovic Fagaut, appelle dans un communiqué Benoit Cyprinani à endosser le costume d'adjoint à la sécurité.

Acte de violence commis par un policier : Anne Vignot salue la décision immédiate du préfet de saisir l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN. Une décision que salue la maire de Besançon Anne Vignot dans un communiqué.

Macron débloque 10 millions d’euros pour les policiers travaillant la nuit

Au cours d'une visite surprise dans un commissariat parisien dans la soirée du lundi 27 juillet 2020, Emmanuel Macron a annoncé le versement d'une "indemnité spécifique" pour les policiers travaillant de nuit, pour un montant total de 10 millions d'euros. Il s'agit d'une des revendications exprimées par les syndicats de police lors de leur rencontre avec le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, le 20 juillet.

Climat : des mesures concrètes au menu du Conseil de défense écologique

La Convention citoyenne pour le climat trouve un début de traduction concrète : avant les lois prévues pour 2021, le gouvernement a annoncé lundi 27 juillet 202 de premières mesures "réglementaires" inspirées des propositions des 150 citoyens à l'issue du Conseil de défense écologique présidé par Emmanuel Macron, mais jugées timorées par les écologistes et des ONG.

« Concerts debouts » : plus de 1.500 structures signent une lettre ouverte au gouvernement

Depuis le 17 mars dernier, les festivals, les salles de concerts et de spectacles sont toujours fermés au public. Aujourd'hui, personne ne sait quand ils pourront rouvrir, le gouvernement reste vague sur ce sujet. Plusieurs dizaines de milliers d'emplois sont menacés. 1.500 structures et artistes ont signé une lettre ouverte au gouvernement pour demander "des perspectives claires et cohérentes en vue de la réouverture des salles de concerts".
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     28.33
    partiellement nuageux
    le 11/08 à 18h00
    Vent
    2.32 m/s
    Pression
    1014 hPa
    Humidité
    47 %

    Sondage