Pancartes anti-migrant : Anne Vignot condamne "des actes criminels" commis durant le carnaval

Publié le 08/04/2024 - 18:16
Mis à jour le 11/04/2024 - 14:37

Le dimanche 7 avril 2024, alors que la fête du carnaval de Besançon battait son plein, deux jeunes femmes se sont immiscées au milieu du cortège et ont brandi des pancartes anti-immigration. Un acte "immonde" pour la maire, Anne Vignot qui a dès ce lundi 8 avril déposé plainte pour incitation à la haine et condamné une fois de plus ce genre d’action lors d’une conférence de presse ce lundi après-midi dans les bureaux de la Ville. 

L’action a eu lieu sur l’espace public, lors d’une journée qui se voulait pourtant "festive et populaire" comme l’a rappelé la maire de Besançon. Alors lorsque ces deux jeunes filles, issues du mouvement d’extrême droite Némésis s’identifiant comme "féministe identitaire", sont apparues au sein du cortège avec leurs pancartes "violeurs étrangers dehors" et "libérez nous de l’immigration", cela a tout bonnement "gâché la fête" pour Anne Vignot. Non loin de là, une banderole avec un message similaire a également été suspendue sur une façade de la Grande rue.

Une action portée à visage découvert qui démontre pour la maire, une manière "décomplexée d’enfreindre la loi, le respect et nos valeurs républicaines". La maire de Besançon condamne donc fermement cet acte et lance un appel à prendre en compte "des signaux qui sont très clairement les mêmes que ceux vécus dans les années 30". Des "actes immondes, insupportables et insoutenables" et contre lesquels "je me battrai toute ma vie".

Comme elle l’explique dans notre vidéo, Anne Vignot ne souhaite pas voir se normaliser "des actes xénophobes et qui laissent penser que nous aurions trouvé un bouc émissaire idéal, celui du migrant".

Comme elle l’avait indiqué sur X (ex Twitter) dimanche 7 avril après les faits et comme elle l’avait déjà fait à la suite de tags antisémites apparus dans les rues de la Ville en novembre dernier, la maire de Besançon a déposé une plainte contre X pour provocation à la haine ce lundi 8 avril. Elle entend également porter plainte contre des commentaires faisant mention d'appel au viol à son encontre suite à ce même post publié sur le réseau social.

Soyez le premier à commenter...

3 commentaires

Laisser un commentaire

Pancartes anti-migrants

La maire de Besançon harcelée en ligne après sa plainte contre les pancartes anti-migrants

La maire de Besançon Anne Vignot a annoncé vendredi 12 avril 2024 porter plainte après avoir été la cible d'un cyber-harcèlement "d'une extrême violence" faisant suite à une première plainte de l'élue contre des pancartes anti-migrants brandies dimanche lors du carnaval de sa ville.
 

Pancartes brandis par les élus RN en conseil régional : les réactions s’enchaînent…

+ Plainte du MRAP • Suite aux pancartes "Violeurs étrangers dehors" brandis par les élus du Rassemblent nationale en soutien au collectif Némésis durant le conseil régional du 11 avril 2024, les réactions s’enchainent… Pour rappel, Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région, a indiqué son intention de porter plainte.

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

”Violeurs étrangers dehors” : les élus du RN brandissent des pancartes en conseil régional de Bourgogne Franche-Comté

En soutien au collectif Némésis dont l’une des militantes avait brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors” lors du Carnaval de Besançon le 7 avril, chacun des élus du Rassemblement national ont, à leur tour, affiché cette même pancarte lors de l’assemblée plénière au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté ce jeudi 11 avril.

Pancartes anti-migrants à Besançon : le collectif Némésis soutenu par le Rassemblement national et Reconquête

Une militante d'un collectif "féministe identitaire" soupçonnée d'avoir brandi des pancartes anti-migrants dimanche 7 avril 2024 pendant le carnaval de Besançon a été placée en garde à vue mardi 9 avril pendant plusieurs heures, selon le procureur.

Pancartes et affiche anti-migrants : ”Le moment est grave pour toutes les femmes françaises” selon le collectif Némésis

Suite au dépôt de plainte et pendant a garde à vue de l’une de ses militantes ayant brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors" et installé une affiche sur une façade, le collectif Némésis a publié un communiqué le 9 avril 2024 dans lequel il parle de ”véritable persécution”.

Faits Divers

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 19.02
peu nuageux
le 19/05 à 15h00
Vent
2.99 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
59 %