Pancartes anti-migrants : les réactions s’enchaînent à Besançon…

Publié le 09/04/2024 - 17:15
Mis à jour le 11/04/2024 - 14:36

Mise à jour le 10 avril • Suite aux pancartes anti-migrants brandis par deux jeunes femmes lors du carnaval de Besançon le 7 avril 2024, les réactions d’élus s’enchaînent afin de condamner ces actes.

 © Yona_nms /X
© Yona_nms /X

Pour rappel, le parquet à ouvert une enquête.  Ces faits sont passibles d'un an d'emprisonnement et de 45.000 euros d'amende.

Les réactions des élus :

Intervention d’Anne Vignot, maire de la Ville de Besançon

Laurent Croizier, député du Doubs

"Je condamne l’action militante menée par un collectif d’extrême droite lors du défilé du carnaval de?Besançon, ce dimanche 7 avril. Cet acte raciste sous couvert de pseudo-féminisme, à l’occasion de cet événement populaire et familial, n’est que la mise en scène grotesque d’une idéologie haineuse.

Le combat pour l’égalité entre les femmes et les hommes mérite mieux que ces faux-prophètes. Le féminisme auquel je crois, celui qui se bat pour l'égalité et la justice, s’oppose à l’intolérance et à l’obscurantisme des extrêmes, dont le but n’est que de semer la division".

Ludovic Fagaut, pour le Groupe Besançon Maintenant

"La presse relatait ce matin les faits inacceptables qui se sont produits lors du carnaval organisé à Besançon le dimanche 7 avril. Les élus du groupe Besançon Maintenant condamnent fermement les propos et les actes survenus lors de cette manifestation. De tels comportements vont à l'encontre de nos valeurs fondamentales de respect et d'inclusion.

Il est dommage que certains élus ou collaborateurs de la majorité municipale tentent de faire croire que nous ne condamnons pas de tels actes. Il est encore plus dommageable de laisser croire que nous pourrions approuver ce genre d’idéologie. Nous avons appris les faits dans la presse sans autre information de la part de la majorité. Nous encourageons vivement la ville à déposer plainte. Nous condamnons toute forme de menaces ou d’insultes envers les élus, quel que soit leur statut".

Les groupes de la Ville de Besançon : EELV-Société Civile, Socialiste, Communiste et républicain, Ensemble bisontins ! Génération-s, A gauche citoyen !

"Ce dimanche 7 avril, deux jeunes femmes ont brandi deux pancartes associant migrants et violeurs lors du carnaval de la ville, une banderole a également été affichée Grande rue. Des messages haineux incitant la haine raciale que nous dénonçons avec la plus grande fermeté. Anne Vignot, au nom de la Ville de Besançon a porté plainte ce lundi 8 avril. L’ensemble de la majorité municipale et « Ensemble Bisontins ! » soutiennent cette démarche et saluent l’initiative du Parquet d’ouvrir une enquête pour provocation à la haine raciale à l'égard d'un groupe de personnes en raison de leur origine.

Depuis l’annonce du dépôt de plainte, Madame la Maire de Besançon, Anne Vignot, subit une série de commentaires et réactions haineuses et particulièrement violentes à son égard sur les réseaux sociaux en messages publics et privés. Nous lui affirmons tout notre soutien. Ces
messages feront systématiquement l’objet de signalements et nous souhaitons que leurs auteurs soient condamnés.

Dans un contexte de multiplication des actes violents à l’égard des élus et de banalisation des idées xénophobes, nous appelons tous les élus et citoyens attachés aux valeurs humanistes et républicaines à dénoncer d’une même voix ces messages délétères et à combattre la propagation
des idées d’extrême droite. Aucune banalisation ne peut être tolérée. Le poison de la haine de l’autre, de la stigmatisation et du racisme ne s’installeront pas dans notre ville dont l’histoire est profondément humaniste. Fidèles à ces valeurs, nous continuerons à bâtir une ville inclusive et accueillante".

Les président-e-s des groupes politiques de la Ville de Besançon signataires de ce communiqué : Anthony Poulin pour le groupe EELV-Société Civile, Nicolas Bodin pour le groupe Socialiste, Hasni Alem pour le groupe Communiste et républicain, Laurent Croizier pour Ensemble bisontins !, Kévin Bertagnoli Génération-s et Pascale Billerey A gauche citoyen !

Le Parti radical du Doubs

Le Parti Radical de Gauche du Doubs apporte son soutien à Madame la maire de Besançon. "Une vague de haine aux relents misogynes s’est déversée sur elle suite à son dépôt de plainte à l’encontre des militantes identitaires ayant brandi des pancartes aux contenus haineux et racistes lors du défilé du carnaval, ce dimanche 7 avril. Ces messages ciblent  délibérément une catégorie de personnes et créent un odieux amalgame ! Ces personnes violent à la foi la loi et les valeurs de la République. Elles visent à diviser notre société, à stigmatiser les étrangers et les personnes issues de l’immigration et à favoriser les débordements de violences. 
Il n’est pas acceptable que dans notre ville, notre pays de tels actes restent impunis. Nous les condamnons avec la plus grande fermeté". Le PRG appelle "tous les républicains sincères à dénoncer les appels à la haine des identitaires et à soutenir Madame la maire de Besançon."

La Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme Besançon Franche-Comté

La LICRA Besançon Franche-Comté soutient la décision de la maire de Besançon "qui a décidé de porter plainte contre le déploiement devant un public nombreux, d'une propagande haineuse organisée par un collectif identitaire d'extrême droite durant le carnaval de Besançon, dimanche 7 avril.
Les messages diffusés, associant de façon globale immigrés ou étrangers avec le viol, sont des ferments bien identifiés du racisme. Ils conduisent en droite ligne à tous les débordements de haine, de violence et de discrimination. Ils favorisent de part et d'autre le repli identitaire, le communautarisme, la radicalisation des pensées et des actes au détriment des valeurs républicaines qui fondent notre société et le vivre ensemble. Ils doivent être dénoncés et combattus sans relâche."

Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP)

"Suite aux pancartes anti-migrants brandies par deux militantes du groupe d’extrême-droite Némésis lors du carnaval de Besançon. Le comité local du MRAP de Besançon condamne avec la plus grande fermeté les actes odieux commis par ces deux jeunes militantes d’extrême-droite en plein festival du carnaval dans les rues du centre ville le dimanche 7 avril. Actes offensants vis-à-vis de la population attaquée, susceptibles de provoquer un sentiment de crainte, d’hostilité et de rejet à l’égard de cette population.

Actes pouvant caractériser en conséquence le délit de provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence raciste. La maire de Besançon, madame Anne Vignot au nom de la municipalité a porté plainte. Le comité local du MRAP de Besançon soutient cette démarche et se donne la possibilité de s’associer aux poursuites qui pourront éventuellement être diligentées.

Il tient également à dénoncer fermement les messages d’intimidations adressés à madame Anne Vignot à la suite de son dépôt de plainte et lui apporte tout son soutien".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Pancartes anti-migrants

La maire de Besançon harcelée en ligne après sa plainte contre les pancartes anti-migrants

La maire de Besançon Anne Vignot a annoncé vendredi 12 avril 2024 porter plainte après avoir été la cible d'un cyber-harcèlement "d'une extrême violence" faisant suite à une première plainte de l'élue contre des pancartes anti-migrants brandies dimanche lors du carnaval de sa ville.
 

Pancartes brandis par les élus RN en conseil régional : les réactions s’enchaînent…

+ Plainte du MRAP • Suite aux pancartes "Violeurs étrangers dehors" brandis par les élus du Rassemblent nationale en soutien au collectif Némésis durant le conseil régional du 11 avril 2024, les réactions s’enchainent… Pour rappel, Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région, a indiqué son intention de porter plainte.

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

”Violeurs étrangers dehors” : les élus du RN brandissent des pancartes en conseil régional de Bourgogne Franche-Comté

En soutien au collectif Némésis dont l’une des militantes avait brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors” lors du Carnaval de Besançon le 7 avril, chacun des élus du Rassemblement national ont, à leur tour, affiché cette même pancarte lors de l’assemblée plénière au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté ce jeudi 11 avril.

Pancartes anti-migrants à Besançon : le collectif Némésis soutenu par le Rassemblement national et Reconquête

Une militante d'un collectif "féministe identitaire" soupçonnée d'avoir brandi des pancartes anti-migrants dimanche 7 avril 2024 pendant le carnaval de Besançon a été placée en garde à vue mardi 9 avril pendant plusieurs heures, selon le procureur.

Pancartes et affiche anti-migrants : ”Le moment est grave pour toutes les femmes françaises” selon le collectif Némésis

Suite au dépôt de plainte et pendant a garde à vue de l’une de ses militantes ayant brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors" et installé une affiche sur une façade, le collectif Némésis a publié un communiqué le 9 avril 2024 dans lequel il parle de ”véritable persécution”.

Politique

Effondrement rue de Vesoul : Laurent Croizier demande la mise en place “d’un mécanisme d’aide financière pour les commerces en difficultés”

Suite à l’effondrement de la chaussée survenu le 25 février dernier rue de Vesoul à Besançon, le député du Doubs alerte ce mois de mai 2024 sur l’avenir des commerces. A ce titre, il demande qu’une aide soit mise en place…

La ministre Fadila Khattabi se rendra au Breuil et à Chalon-sur-Saône ce vendredi 17 mai

Fadila Khattabi, ministre chargée des personnes âgées et des personnes handicapées, sera, ce vendredi 17 mai 2024, en visite en Saône-et-Loire, pour visiter l’ESAT du Breuil, faire une déambulation dans le centre-ville de Chalon-sur-Saône, participer à une table ronde sur le Fonds territorial d’accessibilité et assister à un match de playoff de basket fauteuil.

Européennes : le ministre Jean-Noël Barrot sera présent à Belfort ce vendredi 17 mai

Dans le cadre des élections européennes, Christophe Grudler, député européen et candidat sur la liste ''Besoin d'Europe'' a invité Jean-Noël Barrot, ministre délégué chargé de l'Europe pour une réunion publique qui se tiendra à Belfort le vendredi 17 mai 2024 à partir de 18h30 à la Maison du Peuple.

Élections européennes : les candidats invités à débattre sur les questions agricoles dans une ferme du Jura

Dans le cadre des prochaines élections européennes qui auront lieu le 9 juin 2024, les Jeunes agriculteurs de la région Bourgogne-Franche-Comté et la FRSEA invitent les candidats à débattre de leur programme autour des questions agricoles au sein d’une exploitation située à Saint-Baraing. 

Demande de protection fonctionnelle à Anne Vignot lors du prochain conseil municipal

Durant le prochain conseil municipal qui aura lieu jeudi 16 mai 2024, les élus seront amenés à délibérer sur l'octroi de la protection fonctionnelle à la Maire de Besançon suite aux propos violents et menaçants reçus personnellement sur les réseaux sociaux à la suite de son dépôt de plainte contre l’action du collectif Némésis menée durant le carnaval de Besançon le 7 avril dernier. 

Anne Vignot sur les relations entre Besançon et Dijon : ”On n’est pas des copains, mais…” 

EXCLUSIVITÉ • Lors de l’inauguration de l’exposition Made in Germany au musée des Beaux-Arts de Besançon le 3 mai dernier, c’était la première fois que l’on voyait les maires de Besançon et Dijon réunis dans un même projet, voire complices, avec des discours positifs et élogieux l’un envers l’autre. On le sait, les relations entre les maires de Besançon et de Dijon n’ont jamais été particulièrement au beau fixe, alors qu’en est-il dans les coulisses ? Les élu(e)s d'une région doivent-ils forcément s'entendre et collaborer ? On a rencontré Anne Vignot pour en parler...

Remplacer la place de la Révolution par la place Charles Quint : la proposition du MFC rejetée

Fin 2023, la Ville de Besançon a mis en place des ”Ateliers citoyens” permettant aux Bisontin(e)s de faire des propositions sur tout sujet concernant la vie locale. Celles ayant obtenu le plus de suffrages, lors d'un vote en ligne du 15 mai au 5 juin, feront alors l'objet d'un vote en conseil municipal. Mais la proposition du Mouvement Franche-Comté est jugée irrecevable.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 17.86
ciel dégagé
le 19/05 à 12h00
Vent
2.63 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
57 %