Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Publié le 11/04/2024 - 16:45
Mis à jour le 11/04/2024 - 16:48

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

Dans la matinée, la séance a été brièvement interrompue quand des conseillers RN ont tenu à bout de bras des affiches avec le message "Violeurs étrangers dehors" en soutien à des militantes d'un collectif "féministe identitaire" de Besançon. "Il faut arrêter avec ces amalgames nauséabonds. Les affiches qui ont été brandies et les propos répétés associant immigrés et viols sont intolérables en tous lieux et encore plus dans une enceinte républicaine", a déclaré solennellement la présidente Marie-Guite Dufay, avant la pause méridienne.

"J'ai donc décidé de saisir le procureur de la République (...) J'ai également l'intention de déposer plainte pour incitation à la haine", a souligné l'élue, dont la décision a été accueillie par des applaudissements dans l'hémicycle.

Deux militantes du collectif Némésis avaient brandi le même message lors du carnaval de Besançon dimanche, ce qui avait entraîné un dépôt de plainte de la maire écologiste de la ville, Anne Vignot.

L'une d'elles, âgée de 19 ans, a été placée en garde à vue mardi pendant quelques heures, dans le cadre d'une enquête préliminaire pour "provocation à la haine ou à la violence à l'égard d'un groupe de personnes en raison de leur origine ou d'une prétendue race".

Lors de la session du conseil régional, le président de groupe RN Julien Odoul, par ailleurs député et porte-parole du parti, a adressé son soutien à ces deux femmes au nom, selon lui, de la "liberté d'expression". C'est à ce moment que les conseillers RN ont brandi leurs pancartes, selon la vidéotransmission de l'assemblée.

© Groupe RN BFC

"Il est interdit de faire ce que vous êtes en train de faire", a lancé Marie-Guite Dufay, qui a suspendu la séance, A la reprise des débats, elle a "rappelé l'article 48 concernant la police de l'assemblée: tout comportement des élus, attitude vestimentaire ou introduction d'objets sans rapport avec le processus délibératif est strictement prohibé".

(AFP)

2 Commentaires

Est il normal qu'à Besançon, plusieurs de mes amiEs seules n'osent plus sortir le soir dès la tombée de la nuit...? terminé les sorties cinéma et autres activités en soirée... assez de cette nouvelle normalité !
Publié le 12 avril à 09h30 par jill Logo • Membre
Entièrement d'accord avec vous Madame sur les excès de langage, mais ras le bol du prétendu humanisme de la plupart de nos dirigeants qui favorise la loi criminelle coranique, alors que la plupart des citoyens autour de nous en ont assez de cette immigration massive incontrolée et de ce qui en résulte, je me demande si vous nous représentez... ?... et votre inaction entraine des "extrémités" ...!!!???
Publié le 12 avril à 09h14 par jill Logo • Membre

2 commentaires

  • jilogo6141@kahase.com dit :

    Est il normal qu’à Besançon, plusieurs de mes amiEs seules n’osent plus sortir le soir dès la tombée de la nuit…? terminé les sorties cinéma et autres activités en soirée… assez de cette nouvelle normalité !

  • jilogo6141@kahase.com dit :

    Entièrement d’accord avec vous Madame sur les excès de langage, mais ras le bol du prétendu humanisme de la plupart de nos dirigeants qui favorise la loi criminelle coranique, alors que la plupart des citoyens autour de nous en ont assez de cette immigration massive incontrolée et de ce qui en résulte, je me demande si vous nous représentez… ?… et votre inaction entraine des “extrémités” …!!!???

Laisser un commentaire

Pancartes anti-migrants

La maire de Besançon harcelée en ligne après sa plainte contre les pancartes anti-migrants

La maire de Besançon Anne Vignot a annoncé vendredi 12 avril 2024 porter plainte après avoir été la cible d'un cyber-harcèlement "d'une extrême violence" faisant suite à une première plainte de l'élue contre des pancartes anti-migrants brandies dimanche lors du carnaval de sa ville.
 

Pancartes brandis par les élus RN en conseil régional : les réactions s’enchaînent…

+ Plainte du MRAP • Suite aux pancartes "Violeurs étrangers dehors" brandis par les élus du Rassemblent nationale en soutien au collectif Némésis durant le conseil régional du 11 avril 2024, les réactions s’enchainent… Pour rappel, Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région, a indiqué son intention de porter plainte.

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

”Violeurs étrangers dehors” : les élus du RN brandissent des pancartes en conseil régional de Bourgogne Franche-Comté

En soutien au collectif Némésis dont l’une des militantes avait brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors” lors du Carnaval de Besançon le 7 avril, chacun des élus du Rassemblement national ont, à leur tour, affiché cette même pancarte lors de l’assemblée plénière au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté ce jeudi 11 avril.

Pancartes anti-migrants à Besançon : le collectif Némésis soutenu par le Rassemblement national et Reconquête

Une militante d'un collectif "féministe identitaire" soupçonnée d'avoir brandi des pancartes anti-migrants dimanche 7 avril 2024 pendant le carnaval de Besançon a été placée en garde à vue mardi 9 avril pendant plusieurs heures, selon le procureur.

Pancartes et affiche anti-migrants : ”Le moment est grave pour toutes les femmes françaises” selon le collectif Némésis

Suite au dépôt de plainte et pendant a garde à vue de l’une de ses militantes ayant brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors" et installé une affiche sur une façade, le collectif Némésis a publié un communiqué le 9 avril 2024 dans lequel il parle de ”véritable persécution”.

Politique

Émeutes en Nouvelle-Calédonie : rencontre avec des étudiants kanaks à Besançon

Depuis le 17 mai 2024, la Nouvelle-Calédonie fait face à de violentes émeutes. A l'origine, une proposition de loi constitutionnelle qui modifierait le corps électoral instauré en 1998 avec les accords de Nouméa. Le peuple kanak, exprime son désaccord envers cette réforme. Pour mieux comprendre ces insurrections néocalédoniennes, nous avons rencontré quatre jeunes kanaks, venus à Besançon pour leurs études.

Européennes 2024 : Territoires de progrès appelle à voter pour la liste Besoin d’Europe

Dans un communiqué du mois de mai 2024, Jean-Jacques Bougault, délégué régional de Territoires de Progrès, appelle "sans restriction" à voter pour Besoin d'Europe, liste commune Renaissance, Modem, Horizons, Parti Radical et UDI, conduite par Valérie Hayer et comptant notamment le député européen terriforatain, Christophe Grudler.

Audiovisuel public en grève : la maire de Besançon soutient les grévistes

Dans un communiqué du vendredi 24 mai 2024, alors que le projet de loi sur la fusion des médias audiovisuels du service public devait être examiné l’Assemblée nationale jeudi, ce qui a été reporté, la maire de Besançon Anne Vignot exprime son soutien au mouvement de grève et appelle les député(e)s à voter contre cette réforme.

Européennes : Jacques Ricciardetti, candidat sur la liste de Jordan Bardella 

Jacques Ricciardetti, délégué départemental du Rassemblement National du Doubs et conseiller régional de Bourgogne-Franche-Comté est officiellement candidat en 51e position sur la liste du Rassemblement National menée par Jordan Bardella pour les élections européennes du 9 juin 2024.

Effondrement rue de Vesoul : Laurent Croizier demande la mise en place “d’un mécanisme d’aide financière pour les commerces en difficultés”

Suite à l’effondrement de la chaussée survenu le 25 février dernier rue de Vesoul à Besançon, le député du Doubs alerte ce mois de mai 2024 sur l’avenir des commerces. A ce titre, il demande qu’une aide soit mise en place…

La ministre Fadila Khattabi se rendra au Breuil et à Chalon-sur-Saône ce vendredi 17 mai

Fadila Khattabi, ministre chargée des personnes âgées et des personnes handicapées, sera, ce vendredi 17 mai 2024, en visite en Saône-et-Loire, pour visiter l’ESAT du Breuil, faire une déambulation dans le centre-ville de Chalon-sur-Saône, participer à une table ronde sur le Fonds territorial d’accessibilité et assister à un match de playoff de basket fauteuil.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 14.37
légère pluie
le 27/05 à 21h00
Vent
0.52 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
76 %