Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l'élu regrette

Publié le 11/04/2024 - 17:04
Mis à jour le 12/04/2024 - 17:58

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté (Archives) © D Poirier
Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté (Archives) © D Poirier

Après avoir brandi des pancartes associant immigrés et viols plus tôt dans la séance, ”le Rassemblement national a une nouvelle fois dépassé les bornes de l’outrance en criant l’expression « untermensch » dans l’hémicycle, mot allemand, appartenant à l'idéologie nazie, signifiant « sous-homme »”, nous rapporte-t-on.

Dans un communiqué, l'élu RN Thomas Lutz a reconnu avoir prononcé ce mot, regrettant une utilisation "inadéquate, inappropriée et très malheureuse" afin de "qualifier le statut des élus de l'opposition". "Il est bien évident qu'à aucun moment je n'ai voulu faire un parallèle avec le martyr du peuple juif", a-t-il ajouté.

”Nous ne devons jamais laisser passer les provocations et les outrances du Rassemblement national sans réagir. Emprunter au vocabulaire nazi est extrêmement grave, et donne un aperçu clair de ceux qui composent aujourd’hui un parti pourtant en quête de respectabilité”, a déclaré Marie-Guite Dufay, qui a annoncé dans la foulée son intention de porter plainte auprès du procureur de la République. 

Droit de réponse de Thomas Lutz :

"Face à l’attitude insupportable et antidémocratique de la présidente socialiste de la Région Bourgogne Franche-Comté qui ne cesse de piétiner les droits des élus du Rassemblement national et au cours d’une séance particulièrement houleuse, j’ai utilisé de manière inadéquate, inappropriée et très malheureuse, le terme de « untermenschen » pour qualifier le statut des élus de l’opposition au conseil régional.

Il est bien évident qu’à aucun moment je n’ai voulu faire un parallèle avec le martyr du peuple juif et de nos amis israéliens qui depuis le 7 octobre 2023 subissent la barbarie des terroristes islamistes du Hamas. Aux personnes qui pourraient être blessées, j’adresse mes regrets d’avoir utilisé ce mot.

Je dénonce avec la plus grande fermeté cette odieuse et sordide exploitation politicienne d’une majorité NUPES aux abois dont il faut rappeler les écœurantes connivences avec l’extrême gauche LFI qui considère les massacreurs de juifs du Hamas comme des résistants sans que cela n’ait jamais choqué Marie-Guite Dufay."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Pancartes anti-migrants

La maire de Besançon harcelée en ligne après sa plainte contre les pancartes anti-migrants

La maire de Besançon Anne Vignot a annoncé vendredi 12 avril 2024 porter plainte après avoir été la cible d'un cyber-harcèlement "d'une extrême violence" faisant suite à une première plainte de l'élue contre des pancartes anti-migrants brandies dimanche lors du carnaval de sa ville.
 

Pancartes brandis par les élus RN en conseil régional : les réactions s’enchaînent…

+ Plainte du MRAP • Suite aux pancartes "Violeurs étrangers dehors" brandis par les élus du Rassemblent nationale en soutien au collectif Némésis durant le conseil régional du 11 avril 2024, les réactions s’enchainent… Pour rappel, Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région, a indiqué son intention de porter plainte.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

”Violeurs étrangers dehors” : les élus du RN brandissent des pancartes en conseil régional de Bourgogne Franche-Comté

En soutien au collectif Némésis dont l’une des militantes avait brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors” lors du Carnaval de Besançon le 7 avril, chacun des élus du Rassemblement national ont, à leur tour, affiché cette même pancarte lors de l’assemblée plénière au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté ce jeudi 11 avril.

Pancartes anti-migrants à Besançon : le collectif Némésis soutenu par le Rassemblement national et Reconquête

Une militante d'un collectif "féministe identitaire" soupçonnée d'avoir brandi des pancartes anti-migrants dimanche 7 avril 2024 pendant le carnaval de Besançon a été placée en garde à vue mardi 9 avril pendant plusieurs heures, selon le procureur.

Pancartes et affiche anti-migrants : ”Le moment est grave pour toutes les femmes françaises” selon le collectif Némésis

Suite au dépôt de plainte et pendant a garde à vue de l’une de ses militantes ayant brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors" et installé une affiche sur une façade, le collectif Némésis a publié un communiqué le 9 avril 2024 dans lequel il parle de ”véritable persécution”.

Faits Divers

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.08
légère pluie
le 27/05 à 21h00
Vent
0.52 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
83 %