Parcoursup : plus que 24 heures pour faire vos voeux !

Publié le 12/03/2018 - 12:04
Mis à jour le 12/03/2018 - 12:04

Parcoursup, la nouvelle plateforme post-bac, a été lancée lundi 22 janvier 2018 pour que les lycéens de terminale s’inscrivent et listent leurs 10 vœux. La procédure est relativement simple, mais il faut veiller à respecter les échéances…

 ©
©

Orientation

Jusqu'au 13 mars

Lundi à 11h00 s'ouvrent les inscriptions pour les élèves de terminale désireux d'entamer des études supérieures et les étudiants souhaitant se réorienter. Sur le site www.parcoursup.fr, ils doivent saisir une adresse mail qui restera valide jusqu'à la fin de la procédure et rentrer leur numéro INE (il figure sur les bulletins scolaires, on peut aussi le demander à son lycée). Ils peuvent aussi donner les adresses mail de leurs parents et télécharger l'application Parcoursup sur leur téléphone mobile.
Ils inscrivent leurs vœux, 10 au maximum, sans les classer par ordre de préférence. Les candidats peuvent inscrire jusqu'à 20 sous-vœux (plusieurs licences informatiques sur un même territoire par exemple).

  • Cette première étape s'achève le mardi 13 mars à 18h00.

Jusqu'au 31 mars

Passé le délai du 13 mars, les aspirants étudiants ont encore jusqu'au 31 mars pour finaliser leurs dossiers en écrivant, sous chaque vœu, quelques lignes pour motiver leur souhait. Ils doivent aussi joindre les pièces éventuellement demandées par les formations et, étape cruciale, confirmer leurs vœux une fois le dossier complet.

Du 22 mai au 21 septembre

Contrairement aux années précédentes (époque APB), les réponses seront transmises aux candidats au fil de l'eau, à partir du 22 mai, et non pas à une date précise. Le dispositif est cependant suspendu pendant les épreuves écrites du bac. Le ministère de l'Enseignement supérieur a pour objectif qu'au moins deux-tiers des réponses tombent avant le bac.

Pour les filières sélectives (prépas, BTS, IUT, double-licences etc.), les réponses possibles sont "oui", "non" et "en attente". Pour les filières non-sélectives (licences générales), ce sera "oui", "en attente" ou "oui, si". Cette dernière, nouveauté de cette année, signifie que le jeune est accepté dans la filière choisie si et seulement s'il s'engage à suivre un parcours d'accompagnement : une année de remise à niveau ou des cours supplémentaires.

Si le jeune reçoit un seul "oui", il peut accepter (ou renoncer) et demander à conserver tout ou partie de ses souhaits "en attente". Il aura une semaine pour répondre, trois jours à compter du 26 juin, puis 24 heures à partir du 21 août.

Plusieurs "oui" ? Il accepte une des propositions, mais peut là encore conserver ses vœux en attente. Uniquement des "en attente" ? Il attend qu'une place se libère. "Non", "non" et "non" (si le lycéen n'a postulé qu'à des filières sélectives) ? C'est à la commission d'accès à l'enseignement supérieur, pilotée par le recteur dans chaque académie, de lui faire des propositions les plus proches possibles de ses vœux initiaux.

  • Les lycéens doivent effectuer leur inscription administrative dans l'établissement qui les a acceptés, en veillant, là encore, à respecter les dates limites décidées par chaque école ou université.

À partir du 26 juin

Démarrage de la phase complémentaire, en parallèle de la procédure "classique". Un lycéen sans proposition peut consulter les formations qui affichent encore des places vacantes et émettre une nouvelle salve de vœux.

21 septembre

"Tous les bacheliers qui le souhaitent sont inscrits" dans l'enseignement supérieur, prédit le ministère.
Des questions ? Des tutos vidéos sont disponibles sur la plateforme, de même qu'une foire aux questions les plus fréquentes. Le candidat peut aussi contacter un numéro gratuit (0800 400 070) de 10H00 à 16H00 du lundi au vendredi ou envoyer un message à son académie avec le formulaire "contact", accessible en se connectant sur son dossier Parcoursup.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Education

Un accompagnement spécifique pour les projets d’installation agricole en Bourgogne-Franche-Comté

L’AFOCG du Doubs, le CIVAM le Serpolet, Terre de Liens et le collectif InPACT proposent le parcours "de l’idée au projet", en partenariat avec le Grand Besançon Métropole et la région Bourgogne Franche Comté. Celui-ci vise à accompagner "l’émergence de tous types de projets" en lien avec l’installation agricole durant un parcours de 11 jours qui débutera en octobre prochain à Besançon. 

Le taux de réussite au brevet en baisse dans l’académie de Besançon

Comme au niveau national, le taux de réussite au brevet est en baisse dans l’académie de Besançon avec un taux, toutes séries et tous candidats confondus qui s’élève à 85,4 % pour la session 2024. Soit une baisse de 2,8 points par rapport à 2023. Voici les résultats plus en détail communiqués par le rectorat de Besançon.

L’Université de Franche-Comté recherche des patients standardisés pour les examens de médecine

Afin d’aider les étudiants en médecine à développer leurs capacités cliniques et relationnelles, l’université de France-Comté réitère sa recherche de volontaires afin de jouer le rôle de patients standardisés lors des examens des étudiants en 4e, 5e et 6e année de médecine.

Législatives 2024 : la présidente de l’université de Franche-Comté appelle à ”rejeter” le Rassemblement national

La présidente de l’université de Franche-Comté, Macha Woronoff, a partagé un communiqué le 1er juillet 2024 signé de France Universités, de la Conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs (CdeÞ), de la Conférence des grandes écoles (CGE) et de la Conférences des directeurs des écoles françaises de management (CDEFM) appelant à dire ”non” au Rassemblement national au deuxième tour des élections législatives anticipées le 7 juillet.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 23.89
couvert
le 14/07 à 15h00
Vent
0.99 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
54 %