Alerte Témoin

Pas de sex-toys sur le marché de Noël de Nancy !

Publié le 26/11/2011 - 09:34
Mis à jour le 26/11/2011 - 09:34

La vente de sex-toys au marché de Noël de Nancy a provoqué de nombreuses réactions indignées, dont celle de la députée UMP locale Valérie Rosso-Debord, conduisant le commerçant visé à fermer son stand. 

"Nous n'y avions pas vu de mal, parce qu'il fallait avoir beaucoup d'imagination pour y trouver quelque chose de suggestif, mais devant la pression et les nombreux appels reçus, j'ai demandé à ce commerçant de partir", a expliqué Jean-Pierre Lehmann, président des Vitrines de Nancy, qui organise le marché de Noël chaque année.

Les objets litigieux, principalement des carottes ou des courgettes en céramique, étaient placés depuis deux jours sur un stand en bois du centre-ville.

"Il n'y a rien de vulgaire, les enfants ne peuvent pas être choqués", se défend l'artisan, Sébastien François, qui se plaint du préjudice économique lié à son départ précipité, bien que les organisateurs l'aient remboursé.

"Lorsque j'avais envoyé les photos pour m'inscrire, il n'y avait pas eu de problèmes. C'est depuis que des gens se sont plaints que les choses ont basculé", a-t-il par ailleurs déploré.

La mairie de Nancy a confirmé à avoir reçu des appels téléphoniques qui désapprouvaient l'initiative, mais rappelle qu'elle ne participe pas à l'organisation du marché de Noël, géré par l'association des Vitrines de Nancy.

La députée UMP Valérie Rosso-Debord, par ailleurs adjointe au maire de Nancy, a toutefois estimé vendredi dans un communiqué que "les objets à caractère érotique ne sont pas à leur place dans un marché de Noël".

"Un marché de Noël est avant tout un lieu de promenades familiales et de festivités pour les enfants. Sans faire de moralisme, je regrette que cette dimension soit ici oubliée", a-t-elle poursuivi.

M. Lehmann, qui se dit "désolé pour le commerçant", avance une décision destinée à "apaiser les choses". "Je ne veux pas me mettre à dos l'ensemble de la population, même si quelque part, on tombe des nues", a-t-il expliqué.

(source : AFP) 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

16 % des ménages de Bourgogne-Franche-Comté se chauffent au fioul

Alors que le gouvernement vient d'annoncer qu'à partir de 2022, les Français ne pourraient plus installer chez eux de chaudière à fioul ou charbon, l'Insee Bourgogne Franche-Comté explique que 206.300 ménages se chauffent au fioul, soit 16,1% des ménages de la région. La Bourgogne Franche-Comté se place devant les régions Grand-Est et Bretagne (15 %) bien loin devant l'île-de-France (6%) et la Corse (3%).

Acte de violence commis par un policier : Anne Vignot salue la décision immédiate du préfet de saisir l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN. Une décision que salue la maire de Besançon Anne Vignot dans un communiqué.

Sécurité à Planoise : le préfet du Doubs saisit l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     19.49
    légère pluie
    le 04/08 à 18h00
    Vent
    2.13 m/s
    Pression
    1016 hPa
    Humidité
    46 %

    Sondage