Alerte Témoin

"Pas de sujet à polémique" sur l'assurance chômage, répond Castex aux syndicats

Publié le 23/07/2020 - 17:04
Mis à jour le 23/07/2020 - 15:07

Il n'y a "pas de sujet à polémique" sur l'assurance chômage, a estimé jeudi 23 juillet 2020 Jean Castex après les critiques de syndicats mécontents que le retour aux règles d'avant le 1er novembre ne soit pas total ni ne s'applique aux personnes ayant perdu leur emploi avant le 1er août.

Castex
Visite de Jean Castex ce 23 juillet 2020 © Alexane Alfaro

"Le sujet de la date de rétroactivité de l'application des dispositions que nous avons prises, on n'en a pas discuté le jour de la conférence sur le dialogue social", vendredi dernier, a assuré le Premier ministre à l'issue de la présentation du "plan jeunes" à Besançon. "L'essentiel de l'engagement pris est respecté et nous nous y tiendrons", a-t-il martelé, en réponse à une question de la presse. "Il n'y a pas de sujet à polémique là-dessus", a-t-il tranché. "On a tous à coeur que les chômeurs soient bien indemnisés", a ajouté la ministre du Travail, Elisabeth Borne, soulignant que "le sens des engagements qui ont été pris" est "mis en oeuvre".

Le projet de décret envoyé aux syndicats met en application la suspension, jusqu'au 1er janvier, de la réforme de l'assurance chômage, y compris de la première partie en vigueur depuis le 1er novembre sur le durcissement de l'ouverture des droits. Mais ce retour aux règles antérieures ne s'appliquera que pour les "travailleurs privés d'emploi dont la fin du contrat de travail intervient entre le 1er août et le 31 décembre 2020", selon le texte.

Il ne concernera donc pas les personnes ayant perdu leur emploi entre novembre 2019 et août 2020, ce qui aurait contraint Pôle emploi à recalculer leurs droits. En outre, le retour aux quatre mois pour l'ouverture des droits sera calculé sur les 24 derniers mois et non 28.

Enfin, le seuil permettant un rechargement des droits, lorsqu'on travaille pendant sa période de chômage, restera aligné sur les conditions d'affiliation et sera donc de quatre mois (au lieu de six) alors qu'il n'était que d'un mois avant le 1er novembre. "C'est une mauvaise nouvelle et ce n'est pas conforme aux annonces du Premier ministre vendredi dernier", a dénoncé mercredi Marylise Léon, numéro deux de la CFDT.

"On commence mal en termes de confiance", avait renchéri le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, "très en colère".

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Ludovic Fagaut appelle l’adjoint à la sécurité à « endosser le costume »

"L’insécurité ne doit pas devenir la norme..."  Suite aux récentes violences et incivilités dans le secteur de la Cité des Arts, le leader de l'opposition au conseil municipal de Besançon, le LR Ludovic Fagaut, appelle dans un communiqué Benoit Cyprinani à endosser le costume d'adjoint à la sécurité.

Acte de violence commis par un policier : Anne Vignot salue la décision immédiate du préfet de saisir l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN. Une décision que salue la maire de Besançon Anne Vignot dans un communiqué.

Macron débloque 10 millions d’euros pour les policiers travaillant la nuit

Au cours d'une visite surprise dans un commissariat parisien dans la soirée du lundi 27 juillet 2020, Emmanuel Macron a annoncé le versement d'une "indemnité spécifique" pour les policiers travaillant de nuit, pour un montant total de 10 millions d'euros. Il s'agit d'une des revendications exprimées par les syndicats de police lors de leur rencontre avec le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, le 20 juillet.

Climat : des mesures concrètes au menu du Conseil de défense écologique

La Convention citoyenne pour le climat trouve un début de traduction concrète : avant les lois prévues pour 2021, le gouvernement a annoncé lundi 27 juillet 202 de premières mesures "réglementaires" inspirées des propositions des 150 citoyens à l'issue du Conseil de défense écologique présidé par Emmanuel Macron, mais jugées timorées par les écologistes et des ONG.

« Concerts debouts » : plus de 1.500 structures signent une lettre ouverte au gouvernement

Depuis le 17 mars dernier, les festivals, les salles de concerts et de spectacles sont toujours fermés au public. Aujourd'hui, personne ne sait quand ils pourront rouvrir, le gouvernement reste vague sur ce sujet. Plusieurs dizaines de milliers d'emplois sont menacés. 1.500 structures et artistes ont signé une lettre ouverte au gouvernement pour demander "des perspectives claires et cohérentes en vue de la réouverture des salles de concerts".
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     14.87
    ciel dégagé
    le 07/08 à 3h00
    Vent
    1.32 m/s
    Pression
    1018 hPa
    Humidité
    91 %

    Sondage