Alerte Témoin

Pas touche à l'Alsace !

Publié le 12/10/2014 - 10:29
Mis à jour le 12/10/2014 - 10:29

Ils étaient 7.000 personnes selon la police et "entre 10.000 et 20.000" selon les organisateurs à manifester sous le soleil ce samedi 11 octobre 2014 dans les rues de Strasbourg contre la réforme territoriale et le projet de fusion avec la Lorraine et la Champagne-Ardenne.

recemment_mis_a_jour12.jpg
Manifestation du 11 octobre 2014 ©lucas Basso Facebook touche pas à l'Alsace

Confiné sur une grande place au nord de la ville, la rassemblement, dans une forêt de drapeaux régionaux rouge et blanc, faisait figure de test grandeur nature pour la droite locale, UMP en tête, à l'origine de la manifestation avec les chambres consulaires régionales.

La participation a atteint 7.000 personnes maximum au plus fort de l'affluence vers 16h, selon la police. Révisant à la baisse une estimation trop optimiste de 30.000 personnes, le président de la région Philippe Richert (UMP) s'est lui réjoui d'une fréquentation "entre 10.000 et 20.000 personnes", soit au-delà de son objectif d'en réunir 10.000.

 Pétition en ligne contre la fusion

Entre les groupes locaux aux noms bien alsaciens  «Bredelers», les «Kansas of Elsass» ou encore «Mister Bretzel» et dégustations de pommes et de bretzels, les élus ont ensuite pris la parole: "L'Alsace veut participer à son avenir et non se le voir imposé", a dit notamment Philippe Richert, le président (UMP). Le maire de Mulhouse Jean Rottner (UMP), dont une pétition en ligne contre la fusion avec la Lorraine et la Champagne-Ardenne a récolté quelque 55.000 signatures depuis cet été, a dénoncé pour sa part une "réforme du mépris" et regretté que le gouvernement "n'ouvre pas la porte du dialogue".

De son côté la gauche alsacienne, qui continue de plaider pour une union avec la seule Lorraine, avait dénoncé une manifestation partisane et le risque d'alimenter le sentiment identitaire. Car la manifestation était aussi soutenue par le FN, le mouvement d'extrême droite "Alsace d'abord" et le parti régionaliste "Unser Land" (Notre pays).

"Alsaciens oui! Moutons non !" ; "On ne mélange pas Riesling et Champagne", pouvait-on lire sur des affiches dans les rangs des manifestants

 Info + 

Les trois collectivités alsaciennes ont ressuscité le 22 septembre 2014  le projet d'un «conseil unique» d'Alsace, pourtant rejeté lors d'un référendum régional en 2013 en raison notamment d'une trop faible participation au scrutin. L'Alsace s'était résignée à l'idée de fusionner avec la Lorraine. Mais la proposition des députés le 23 juillet de rajouter la Champagne-Ardenne a incité la droite et le centre alsacien à s'opposer désormais à toute fusion.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Ludovic Fagaut appelle l’adjoint à la sécurité à « endosser le costume »

"L’insécurité ne doit pas devenir la norme..."  Suite aux récentes violences et incivilités dans le secteur de la Cité des Arts, le leader de l'opposition au conseil municipal de Besançon, le LR Ludovic Fagaut, appelle dans un communiqué Benoit Cyprinani à endosser le costume d'adjoint à la sécurité.

Acte de violence commis par un policier : Anne Vignot salue la décision immédiate du préfet de saisir l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN. Une décision que salue la maire de Besançon Anne Vignot dans un communiqué.

Macron débloque 10 millions d’euros pour les policiers travaillant la nuit

Au cours d'une visite surprise dans un commissariat parisien dans la soirée du lundi 27 juillet 2020, Emmanuel Macron a annoncé le versement d'une "indemnité spécifique" pour les policiers travaillant de nuit, pour un montant total de 10 millions d'euros. Il s'agit d'une des revendications exprimées par les syndicats de police lors de leur rencontre avec le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, le 20 juillet.

Climat : des mesures concrètes au menu du Conseil de défense écologique

La Convention citoyenne pour le climat trouve un début de traduction concrète : avant les lois prévues pour 2021, le gouvernement a annoncé lundi 27 juillet 202 de premières mesures "réglementaires" inspirées des propositions des 150 citoyens à l'issue du Conseil de défense écologique présidé par Emmanuel Macron, mais jugées timorées par les écologistes et des ONG.

« Concerts debouts » : plus de 1.500 structures signent une lettre ouverte au gouvernement

Depuis le 17 mars dernier, les festivals, les salles de concerts et de spectacles sont toujours fermés au public. Aujourd'hui, personne ne sait quand ils pourront rouvrir, le gouvernement reste vague sur ce sujet. Plusieurs dizaines de milliers d'emplois sont menacés. 1.500 structures et artistes ont signé une lettre ouverte au gouvernement pour demander "des perspectives claires et cohérentes en vue de la réouverture des salles de concerts".
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     30.96
    ciel dégagé
    le 08/08 à 12h00
    Vent
    1.62 m/s
    Pression
    1018 hPa
    Humidité
    32 %

    Sondage