Planoise : des universitaires pour évaluer le dispositif "Police de sécurité du quotidien"

Publié le 13/11/2018 - 18:03
Mis à jour le 16/04/2019 - 14:38

VIDEO • C’est une première en France. Une convention de partenariat a été signée ce mardi 13 novembre 2018 par Joël Mathurin, préfet du Doubs, Benoît Desferet, directeur départemental de la sécurité publique du Doubs (DDSP) et Jacques Bahi, président de l’université de Franche-Comté, afin d’évaluer la PSQ.
 

©Hélène Loget ©
©Hélène Loget ©

L'évaluation externe de la PSQ a été confiée au laboratoire de sociologie et d'anthropologie (Lasa) de l'UFR de Franche-Comté.

Cette convention permettra d'"évaluer" pendant deux ans la mise en œuvre de la Police de Sécurité du Quotidien  sur le quartier de reconquête républicaine (QRR) de Planoise. Afin de l'évaluer, des étudiants de laboratoire mèneront une étude qui débutera début 2019. Cette dernière, qui consistera à faciliter l'échange, se déroulera en trois phases :

  • Des entretiens pour élaborer des scénarii de crise (sur une période de six mois)
  • Une analyse des capacités d'ajustement des acteurs sur la base de scénarii de crise (sur 12 mois)
  • Restitution des résultats et création des fiches actions (sur six mois) afin d'accompagner les acteurs concernés "dans de nouvelles pratiques professionnelles" (pouvant être une aide pour certaines formations) "Il s'agira de savoir comment réagir dans des situations d'incertitudes", précise Lucie Jouvet-Legrand, maître de conférence en sociologie, anthropologie à l'université de Franche-Comté.

Qui est concerné par cette "expérimentation" ?

Les acteurs publics seront mobilisés (police, secours, municipalité) ainsi que les acteurs du privé (commerçants, associations) du quartier de Planoise. L'objectif est de "voir ce que les habitants de Planoise attendent de nous", explique Benoît Desferet. "Il faut que nous ayons une évaluation externe pour avoir une bonne appréhension sur l'évolution dans laquelle, à partir du temps zéro, a pu être observé l'insécurité sur ce quartier". 

Ainsi, cette expérimentation se traduira par des rencontres, des échanges et réponses à des sondages. Un groupe de réflexion comprenant des policiers et des acteurs locaux (élus, associatifs, riverains du quartier) se retrouvera chaque semestre afin de faire le point sur la mise en oeuvre de la PSQ et d'évaluer sa mise en place.

"Les études statistiques ne suffisent pas, il faut aussi du social", souligne le président de l'université. Le préfet du Doubs  évoque un "cercle vertueux" de la politique publique. Nous avons l'ambition d'une politique territoriale pour faire en sorte que la promesse républicaine soit présente partout et pour tous. Et l'une des premières promesses, c'est la Liberté", explique Joël Mathurin. Et d'ajouter : "cette démarche sera une évaluation de notre politique publique".

Info +

Le 18 octobre 2017, le président de la République Emmanuel Macron avait évoqué la police de sécurité du quotidien devant les représentants des forces de l’ordre à l’Élysée. Il avait notamment déclaré qu’il ne s’agissait pas d’un « retour de la police de proximité » qui avait été instaurée par Lionel Jospin puis supprimée par Nicolas Sarkozy.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

“La question n’est pas uniquement la défense des droits, mais aussi leur promotion” (Amnesty International)

Du 17 au 20 mai 2024, l’hôtel de Ville de Besançon accueille l’exposition "We want to break free*". Elle sera ensuite déplacée à la médiathèque Pierre Bayle jusqu’au 1er juin. Sébastien Tüller, responsable de la commission orientation sexuelle et identité de genre d’Amnesty International, nous en parle…

Le tourisme et le commerce bisontin au coeur du prochain conseil municipal de Besançon

Au coeur des sujets du prochain conseil municipal, le tourisme et l'activité commerciale de la Ville de Besançon seront abordés comme thème principaux ce jeudi 15 mai 2024. En conférence de presse, la Ville a dressé le bilan des derniers chiffres de la saison touristique et du commerce bisontin. 

À Besançon la boutique “L’air de rien” ferme ses portes

Ce mercredi 15 mai 2024 les autocollants "déstockage massif" et "avant cessation d’activité" sur la vitrine de la boutique bisontine L’air de rien interpellent. Située au 8 rue des Granges, la boutique avait reçu en 2023 le prix du meilleur commerce indépendant de Bourgogne – Franche-Comté mais s'apprête pourtant à baisser définitivement le rideau.

Journée prison morte : mobilisation des agents pénitentiaires après l’attaque mortelle d’un convoi

L’intersyndicale appelle ce mercredi 15 mai à un blocage national après l’attaque d’un convoi pénitentiaire hier dans l’Eure dans laquelle deux agents sont morts et trois autres ont été gravement blessés. Une minute de silence sera également observée à 11h. 

Sondage – Allez-vous assister au passage de la flamme olympique dans le Doubs ?

Alors que les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 débuteront le 26 juillet prochain, la flamme olympique elle, a d’ores et déjà fait son arrivée le 8 mai dernier sur le sol français. Son parcours s’accompagne généralement d’événements et autres animations dans les villes étapes. Dans le Doubs et plus particulièrement à Besançon, son arrivée est prévue le 25 juin 2024, avez-vous prévu de vous déplacer pour voir le passage de la flamme olympique ? C’est notre sondage de la semaine.

La marche militante des fiertés, c'est ce samedi dans les rues de Besançon

À l’occasion de la journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie, le Collectif 17 mai, dont l'assocaition Nouvel Esprit, organise cette année encore une marche militante qui se tiendra samedi 18 mai à Besançon. Après avoir atteint la barre des 1.000 manifestant(e)s en 2023, l'organisation veut passer celle des 1.500 personnes mobilisées.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.39
peu nuageux
le 18/05 à 6h00
Vent
0.45 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
93 %