Police de sécurité au quotidien : Planoise fait partie des 30 quartiers retenus

Publié le 08/02/2018 - 15:32
Mis à jour le 08/02/2018 - 17:31

Comme nous vous en informions en avant-première le 25 janvier 2018, la Ville de Besançon a été sélectionnée par le ministère de l'Intérieur pour tester le dispositif de police de sécurité au quotidien. Le quartier Planoise testera le dispositif à partir du mois de septembre 2018. Gérard Collomb l'a annoncé officiellement ce jeudi 8 février. En Bourgogne-Franche-Comté, les villes de Vesoul (70), Charolles, Chalon-sur-saône et Autun (71) déploieront également une PSQ. En revanche, à Dijon, les quartiers Grésilles et Fontaine d'Ouche n'ont pas été retenus dans le dispositif. 

Le ministre de l'Intérieur a énuméré les 30 quartiers en France  qui mettront en place la police de sécurité au quotidien dès 2018. Le quartier de Planoise à Besançon en fait partie... et ce dès la rentrée de septembre 2018.

Quels moyens déployés dans le quartier Planoise ?

Les nouveaux moyens alloue?s par le ministe?re au quartier planoise sont :

  • Renforcement des capacite?s d’action judiciaires

  • Ouverture d’un poste de police et cre?ation d’un groupe de contact de?die? au quartier

  • Coope?ration renforce?e avec la police municipale

  • Cre?ation d’un groupe local de traitement de la de?linquance

Qu'est-ce que la police de sécurité du quotidien (PSQ) ? 

Le 18 octobre 2017, le président de la République Emmanuel Macron avait évoqué la police de sécurité du quotidien devant les représentants des forces de l'ordre à l'Élysée. Il avait notamment déclaré qu'il ne s'agissait pas d'un "retour de la police de proximité" qui avait été instaurée par Lionel Jospin puis supprimée par Nicolas Sarkozy. 

Ce jeudi, le ministre de l'Intérieur a indiqué au Monde qu'il s'agissait "surtout d'une méthode de travail, un nouvel état d'esprit pour l'ensemble des forces", promettant une "plus grande présence sur le terrain" pour policiers et gendarmes. 

15 à 30 policiers dans chaque quartier qui testera le dispositif

D'ici à janvier 2019, trente quartiers difficiles bénéficieront ainsi de "moyens supplémentaires" - un renfort de 15 à 30 policiers à chaque fois -, sans pour autant que soient constituées de nouvelles brigades spécialisées. 

Proclamant la "fin de la politique du chiffre", le ministre de l'Intérieur propose même "que ce soient les Français qui évaluent leur police, pas uniquement des séries statistiques". Il évoque ainsi le recours à des enquêtes de satisfaction.

Infos +

  • Un nouveau commissariat ouvrira au cœur du quartier Planoise à Besançon en avril 2018.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Covid-19: Castex au front, nouveaux couvre-feux en perspective

"L'heure est grave", au point que Jean Castex remonte ce jeudi 22 octobre 2020 en première ligne pour annoncer le basculement de plusieurs départements en "alerte maximale" contre le Covid-19, avec de nouveaux couvre-feux à la clef. 54 départements seront à leur tour contraints de respecter un couvre-feu à partir de vendredi minuit. Dans la région, la Côte-d'Or, la Saône-et-Loire et le Jura sont concernés...    

Le groupe RN demande à Marie-Guite Dufay de donner le nom de Samuel Paty à l’un des lycées de Bourgogne Franche-Comté

Dans une lettre du 22 octobre 2020, Julien Odoul, président du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté demande à la présidente de région de donner le nom de Samuel Paty à l'un des 129 lycées de la région et l'organisation d'une exposition des caricatures de Charlie Hebdo à Dijon.  

Permanence vandalisée à Besançon : la fédération du Doubs du Parti communiste porte plainte contre le syndicat UNI

Dans la nuit du dimanche 18 au lundi 19 octobre 2020, la permanence de la fédération du Doubs du Parti communiste à Besançon a été dégradée avec des affiches de l’UNI, le syndicat étudiant connu en région parisienne et qui tente de se réimplanter depuis peu à Besançon. Le PCF a décidé de porté plainte contre ce syndicat pour que "toute la lumière soit faite sur cette événement et que toutes et tous les responsables soient confondus."

Ferrand « souhaite » un report des élections régionales

Le président LREM de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, a dit mercredi "souhaiter" un report des élections régionales prévues en mars, estimant qu'il sera impossible de faire campagne correctement en raison de l'épidémie de Covid-19. La décision doit être prise fin 2020 - début 2021.

Rebond de l’épidémie de Coronavirus : « Il nous reste trois semaines pour agir »

Suite aux annonces gouvernementales, le préfet du Doubs, Joël Mathurin, a précisé l'application locale émanant du décret instaurant l’état d’urgence sanitaire à compter de ce samedi 17 octobre 2020. Masques, rassemblements festifs, interdiction des soirées étudiantes, visites sur rendez-vous dans les Ehpad, registre pour les restaurants... : voici les mesures actuelles et à venir pour ralentir la circulation du virus et éviter un couvre-feu.
EN DIRECT | Conférence de presse sur les mesures de lutte contre la COVID-19.

EN DIRECT | Au lendemain des annonces du président de la République, je m’exprime sur l’application des mesures destinées à lutter contre la COVID-19.

Publiée par Jean Castex sur Jeudi 15 octobre 2020

Covid-19 : un nouveau tour de vis qui concerne toute la France…

Commerces fermés de 21h à 6h dans neuf métropoles, attestations de déplacement et aides aux entreprises... Au lendemain de l'annonce choc d'un couvre-feu par Emmanuel Macron, le gouvernement a détaillé le tour de vis des nouvelles mesures prises pour lutter contre l'épidémie.

Jusqu’à 1000 euros de primes Covid attribuées par le conseil départemental du Territoire de Belfort

Le Département du Territoire de Belfort a connu, en cette année 2020, une crise sanitaire inédite et inattendue. Le président du conseil départemental du Territoire de Belfort, Florian Bouquet, a choisi d’attribuer des primes exceptionnelles aux agents ayant œuvré pendant le confinement. L’attribution de ces primes a été votée à l’unanimité à l’occasion de la séance publique du conseil départemental de mercredi 14 septembre 2020.

Report des régionales ? B. Retailleau réclame une décision fin 2020, A. Genevard invite à être « imaginatif »

Le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau, attaché au "respect du calendrier électoral", a demandé mercredi 14 octobre 2020 qu'une décision soit arrêtée en "fin d'année" ou "tout début" 2021 sur un éventuel report des élections régionales et départementales à cause de la crise du Covid-19. De son côté, la députée du Doubs et vice-présidente LR de l'Assemblée nationale Annie Genevard déclare qu'il est encore trop tôt et met en garde contre de "possibles calculs politiciens" de la majorité présidentielle derrière un éventuel report.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 7.37
nuageux
le 26/10 à 18h00
Vent
2.36 m/s
Pression
1010 hPa
Humidité
96 %

Sondage