Poligny : une librairie reprise par des clients

Publié le 30/10/2009 - 19:20
Mis à jour le 30/10/2009 - 19:20

Faute de repreneur, l’unique librairie de Poligny dans le Jura était vouée à la fermeture, mais une soixantaine de clients, attachés à la « proximité du livre », ont créé une société par actions simplifiée (SAS) qui a permis la réouverture de l’établissement.

Entre arrivages de cartons, livres à mettre en rayon, nouvelles commandes et clients bien présents en période de rentrée scolaire, les bénévoles de la "Nouvelle librairie polinoise" s'affairent depuis vendredi dernier, date de réouverture du commerce.
"Notre objectif est de maintenir la proximité du livre", explique Mathilde Vergon, présidente de la boutique née des cendres de la dernière librairie de Poligny (4.377 habitants) et des alentours.
 
En difficulté financière, l'ancienne libraire avait fait part à plusieurs de ses clients, début 2008, de son intention de mettre un terme à son activité.
 
Préoccupés par la disparition d'un énième commerce de proximité dans la commune ou attachés à la pérennité de ce lieu de culture, clients et habitants de Poligny et des environs se sont mobilisés pour sauver leur librairie.
 
"Comme il n'y avait pas de repreneur, nous avons fait le pari de trouver un budget", explique Corinne Dalloz qui a travaillé trois ans en librairie à Paris avant de s'installer dans le Jura.
 
Au mois d'août dernier, tous ensemble, ils ont créé une SAS dont le capital est constitué de plusieurs porteurs de part. Chaque part coûte 500 euros, pour un (budget) total de 55.000 euros.
 
Parmi la soixantaine de personnes impliquées, chacune a acheté une, deux ou trois parts, devenant ainsi actionnaire de la SAS qui fonctionne sur le principe d'"une personne égale une voix".
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Canicule : les déchetteries du Sybert adaptent leurs horaires d’ouverture

Les épisodes de fortes chaleurs se multiplient. Pour le confort des usagers et la sécurité de son personnel, le Sybert informe qu'il adaptera les horaires d’ouverture des déchetteries en fonction des alertes Météo France liées aux épisodes caniculaires. Ce sera la cas ce mercredi 3 et jeudi 4 août 2022. 

Don du sang : l’EFS appelle la population à se mobiliser, une « urgence vitale »

L’EFS publie pour la seconde fois de son histoire, et ce à moins de 6 mois d’intervalle, un bulletin d’urgence vitale. Le niveau des réserves de sang de la France est historiquement bas, une situation critique qui pourrait se révéler dangereuse à court terme pour soigner les patients, selon un communiqué fin juin dernier.

Dernière ligne droite du programme « Plantons des haies ! » en Bourgogne Franche-Comté 

"Plantons des haies !", programme du plan France Relance engagé par l’État, entre dans sa dernière ligne droite cet été 2022. Ce programme du gouvernement soutient financièrement et administrativement les plantations en terres agricoles depuis juillet 2021. Les structures d’appui retenues pour faire partie du programme accompagnent techniquement les bénéficiaires dans la plantation des haies et d’arbres en intraparcellaires.

Bouchons sur l’autoroute des vacances : comment occuper les enfants dans la voiture ?

Bison Futé annoncé un samedi 30 juillet « noir » sur les routes en raison du fameux chassé-croisé entre les juilletistes et les aoûtiens. Il va falloir s’armer de patience dans les bouchons, ce qui n’est loin d’être facile… surtout quand on a des enfants à l’arrière impatients. Voici quelques conseils pour les occuper.

Protoxyde d’azote à Besançon : près de 1.500 cartouches retrouvées sur la voie publique en 7 mois 

Le protoxyde d’azote, mieux connu sous les noms de « gaz hilarant », « proto » ou « ballon », est de plus en plus consommé par les jeunes affirme la Ville de Besançon dans un communiqué ce jeudi. Entre janvier et juillet 2022, 1.460 cartouches ont été collectées par les services de nettoyage.

Besançon : souffrant d’un cancer, un artiste intermittent du spectacle se retrouve dans une faille juridique, sans aucun revenu

Stéphane M., un Bisontin de 47 ans, père de famille, artiste musicien au régime de l’intermittence du spectacle, vit depuis le mois d’avril dernier avec 0€ de revenu. En octobre 2021, les médecins lui diagnostiquent un cancer ce qui l’empêche d’exercer sa profession. Suite aux mesures sanitaires contre la Covid-19, une faille juridique ne lui permet plus de bénéficier d’indemnité. Nous l’avons rencontré dans sa chambre d’hôpital à Besançon mardi 26 juillet.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 29.66
ciel dégagé
le 13/08 à 18h00
Vent
2.8 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
28 %

Sondage