Premier Forum Climat de SNCF Réseau à Besançon : ”Le ferroviaire n’est peut-être pas une solution unique, mais ça peut très fortement contribuer à réduire notre empreinte carbone”

Publié le 13/06/2024 - 18:01
Mis à jour le 14/06/2024 - 10:21

Le premier Forum Climat de France porté par SNCF Réseau s’est tenu jeudi 13 juin 2024 à Besançon en présence de 150 élu(e)s régionaux et locaux, d’industriels, de représentants d’associations et d’experts en climat. Objectif : mobiliser la filière ferroviaire et partager une vision commune dans un monde où le train est une manière d’agir face au dérèglement climatique, tandis que le réseau ferroviaire est déjà impacté par le dérèglement climatique…

Étaient présent(e)s : Anne Vignot, maire de Besançon et présidente de Grand Besançon Métropole, Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, Michel Neugnot, vice-président de la Région Bourgogne Franche-Comté en charge des mobilités, Matthieu Chabanel, président directeur général de SNCF Réseau, Maxime Chatard, directeur territorial SNCF Réseau Bourgogne Franche-Comté et Benjamin Pohl, climatologue et directeur de recherche au CNRS.

Ce Forum Climat est une première en France : il y est à la fois question de la résilience ferroviaire face au dérèglement climatique, mais aussi de la contribution à la transition écologique et énergétique.

L’initiative de SNCF Réseau se base sur un constat évident : l’opposition d’une part entre l’importance du train pour agir face au dérèglement climatique et les effets contraignants de ce dernier sur le réseau d’autre part. En réunissant les acteurs de l’ensemble de la filière ferroviaire, SNCF Réseau veut les mobiliser sur ces nouveaux enjeux et partager une vision commune de l’adaptation de l’infrastructure et ses composants au changement climatique. 

”Nous avons la conviction que SNCF peut être une des solutions aux enjeux climatiques : 30% des émissions de gaz à effet de serre en Bourgogne Franche-Comté sont liés au secteur des transports et c’est le domaine dans lequel le progrès en matière de diminution d’émissions de gaz à effet de serre ont été les plus faibles”, a déclaré Matthieu Chabanel, président directeur général de SNCF Réseau.

Les réseau ferroviaire déjà impacté par le climat… et ce n’est que le début

Le changement climatique conduit à la fois à une dérive des tendances moyennes (élévation des températures par exemple) et à des phénomènes intenses et/ou plus fréquents. Autant d’effets susceptibles d’avoir un impact sur les composants du système ferroviaire. 

Si SNCF Réseau a identifié une quinzaine d’événements climatiques redoutés, l’étude nationale réalisée à sa demande par SETEC et portant sur l’ensemble du réseau ferré a permis de relever cinq aléas majeurs à la fois présents sur une large partie du territoire métropolitain : 

  • Les fortes chaleurs 
  • Les feux de végétation 
  • Les inondations par débordement de cours d’eau 
  • Les inondations par ruissellement 
  • Les retraits et gonflements des argiles (risque lié à la déformation des sols)

Outre ces cinq aléas majeurs, deux risques très impactants ont également été identifiés : 

  • l’élévation du niveau de la mer, qui met en risque les ouvrages en terre. 
  • Les vents et tempêtes, qui affectent la qualité de service.

"Les infrastructures ne seront pas adaptées, certains ponts ne pourront pas tenir, les rails non plus” - Benjamin Pohl, climatologue

Lors de son intervention en début de forum, le climatologue et directeur de recherche au CNRS, Benjamin Pohl, a dressé un constat accablant sur l’évolution des températures et des conséquences du dérèglement climatiques de ces dernières années, y compris en Bourgogne Franche-Comté, mais aussi à projeter l’assemblée dans 25 ans, 100 ans, 500 ans grâce à des modèles ultra complexes. ”L’activité humaine est responsable du changement climatique”, a rappelé l’expert, en précisant que depuis le début de l’ère industriel (début du XIXe siècle, recours aux énergies fossiles), la température sur Terre a augmenté en moyenne de 1,5°C. ”Cette température que l’on voit aujourd’hui, elle ne s’est pas vue depuis 110.000 ans et celle que l’on verra en 2100, si on continue comme ça, on pense qu’on pourra atteindre des températures qu’on aura pas vu depuis 5 millions d’années et en 2300, ce seront des températures qu’on aura pas vu depuis 30 millions d’années, c’est-à-dire à une époque où la vie sur Terre ne correspond pas du tout à celle que l’on connaît aujourd’hui, où les mammifères que nous sommes n’étaient pas les maîtres du monde.”

Même sans se projeter aussi loin dans le temps, en Bourgogne Franche-Comté, le record de température en 2050 est estimé à 55,3°C (au lieu d’une quarantaine de degré aujourd’hui). Or, ”les infrastructures ne sont pas adaptées, certains ponts ne pourront pas tenir, les rails non plus”, a déclaré Benjamin Pohl. Sans oublier de préciser que l’environnement de ces infrastructures les impacteront également, comme ce fut le cas dans la côte de Morre à Besançon le 13 décembre 2023 où un éboulement a perturbé la circulation des voitures et camions, mais aussi celle des trains. Ce genre d’évènement lié à la sécheresse ou aux fortes précipitations sera de plus en plus fréquent partout en France si aucun effort supplémentaire n’est concrétisé ces prochaines années.

De la connaissance à l’action : la démarche stratégique d’adaptation de SNCF Réseau 

Gestionnaire d’un réseau nativement exposé aux saisons et aux intempéries, SNCF Réseau a d’ores et déjà commencé à adapter ses pratiques. Pour autant, face à l’instabilité climatique croissante, ”il convient de passer d’une logique d’adaptation ‘réactive’ à une logique d’anticipation pour conserver un haut niveau de performance et minimiser l’impact des événements météorologiques sur la qualité de service”, selon SNCF Réseau. 

Ainsi, une stratégie d’adaptation du réseau est fondée sur trois axes : 

  • L’adaptation de l’entretien et la surveillance : SNCF Réseau multiplie les actions visant à préparer les installations aux risques climatiques tout en développant des solutions innovantes pour mieux les identifier. Cela se traduit, par exemple, avec la peinture en blanc des éléments de signalisation qui permet de gagner jusqu’à 5°C à l’intérieur du local ou encore par le développement d’outils numériques permettant de cibler au mieux les interventions humaines juste nécessaires pour assurer la sécurité des circulations lors des épisodes de tempêtes. 
  • L’adaptation des actifs : acteur principal du renouvellement du réseau ferroviaire, SNCF Réseau saisit cette occasion pour introduire des composants plus résilients conçus en partenariat avec les fournisseurs industriels. À titre d’exemple, c’est le cas de la C2SR : la Caténaire Simple, Renforcée, Régularisée. Vraisemblablement plus résistante, plus légère et plus résiliente aux fortes températures, elle est aujourd’hui déployée sur un site pilote et envisagée pour des régénérations complètes de caténaires 1500V. 
  • L’adaptation de l’exploitation et des fonctionnalités du réseau : l’exploitation du réseau évolue pour s’adapter à la fois à la demande et aux conditions climatiques. Ces changements impliquent des mesures de gestion de crise (limitation de la vitesse des trains par exemple). 

Le ferroviaire, une solution pour diminuer l’empreinte carbone humaine

Accueilli à bras ouverts par Anne Vignot, ce premier Forum Climat de SNCF Réseau a démontré que le ferroviaire pouvait faire partie des solutions pour l’avenir des transports et la diminution de l’empreinte carbone. ”C’est important que les transports en commun et SNCF accompagnent les territoires dans une alternative à la voiture”, a souligné la maire de Besançon, ”nous avons besoin de la SNCF, nous avons besoin d’un rattrapage et SNCF est notre atout majeur”. Et d’ajouter : ”nous avons besoin d’investissements plus lourds, nous avons besoin d’offrir une alternative à nos habitants, il ne s’agit de leur dire ce qu’il faut faire et qu’il n’ait rien pour le faire.”

En conclusion de son intervention, Benjamin Pohl a affirmé que ”le ferroviaire, qui a une empreinte carbone vraiment très faible, n’est peut-être pas une solution unique, mais d’une manière certaine, ça peut très fortement contribuer à réduire notre empreinte carbone.”

Reste à savoir à quel prix pour les usagers. Si aujourd’hui, le président directeur général de SNCF Réseau affirme que ”les trains sont pleins”, nombreux sont encore les Françaises et les Français à ne pas avoir les moyens d’en profiter.

Premier consommateur d’électricité de France veut devenir producteur d’énergie

Le groupe SNCF est le premier consommateur d’électricité en France. Pour répondre aux enjeux en matière d’énergie et prendre sa part des objectifs de la France en matière de réduction de CO2, la filiale ‘SNCF Renouvelables’ a été créée en juillet 2023, afin de produire sa propre énergie renouvelable.

Le groupe SNCF affirme poursuivre sa ”stratégie en faveur d’une électricité décarbonnée, durable et à coût maîtrisé”. Avec cette filiale, il se prépare à devenir un producteur d’énergie solaire pour couvrir ”15 à 30% de la consommation d’électricité de l’entreprise à horizon 2030 grâce à la construction de centrales solaires sur ses emprises”. Cette initiative ”répond à l’ambition d’accélérer sa trajectoire de décarbonation en réduisant de 30% ses émissions de CO2 d’ici 2030 pour les activités de transport et de 50% pour les activités immobilières (par rapport à 2015) tout en améliorant la maîtrise des coûts en termes d’énergie”, selon le groupe.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

La Biscuiterie Billotte réintègre le centre-ville de Besançon

Autrefois situé place Pasteur, la Biscuiterie Billotte revient cette fois au 56 Grande Rue à Besançon dans l’ancienne boutique d’habillement pour enfant Catimini. Après Valentigney, Montbéliard et Bart, l’enseigne spécialisée dans le biscuit en vrac vient d’ouvrir sa quatrième boutique le 28 juin 2024. 

Saint-Vit : le chef Thibault Etienne du restaurant Le Prélude à Saint-Vit, intronisé Maître cuisinier de France

C’est au sein de son propre restaurant Le Prélude installé à Saint-Vit le 24 juin dernier que Thibaut Etienne a officiellement été intronisé en tant que Maître cuisinier de France (MCF) lors du lancement du Guide des MCF de Bourgogne-Franche-Comté. 

Un accompagnement spécifique pour les projets d’installation agricole en Bourgogne-Franche-Comté

L’AFOCG du Doubs, le CIVAM le Serpolet, Terre de Liens et le collectif InPACT proposent le parcours "de l’idée au projet", en partenariat avec le Grand Besançon Métropole et la région Bourgogne Franche Comté. Celui-ci vise à accompagner "l’émergence de tous types de projets" en lien avec l’installation agricole durant un parcours de 11 jours qui débutera en octobre prochain à Besançon. 

Recette du week-end : le cocktail rhubarbe et fraise des bois du restaurant Épicéa à Besançon

Pour ce week-end des 13 et 14 juillet 2024, comme le soleil semble avoir fait son grand retour, nous vous proposons une recette de l'un des sublimes coktails proposés par Camille et Bastian les chefs du restaurant Épicéa à Besançon. Voici deux versions avec ou sans alcool de leur cocktail du moment à l'eau de rhubarbe, fraise des bois et gin. 

Pour la Fête nationale, un Mirage 2000-5 survolera la ville de Belfort

À l’approche du défilé militaire du 14 juillet prochain à Belfort, Cédric Perrin, sénateur du Territoire de Belfort et président de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées, nous informe du passage d’un Mirage 2000-5 de l’escadron 1/2 cigogne de la Base Aérienne de Luxeuil-les-Bains.

Réserves de sang faibles : l’EFS Bourgogne Franche-Comté appelle à un sursaut de mobilisation !

Alors que les vacances estivales ont démarré, l’Établissement français du sang (EFS) invite les personnes qui peuvent donner leur sang à prendre rendez-vous. L’organisation s’inquiète de la fréquentation sur les collectes futures qui vont être impactées par une actualité notamment sportive très chargée en raison des JO et Tour de France… Un "sursaut de mobilisation" est donc nécessaire d’après l’EFS.

À Besançon, des policiers honorés pour leur engagement envers la nation

Dans le cadre des journées de la police nationale, une cérémonie de commémoration a eu lieu ce mercredi 10 juillet 2024 sur la place du 8 septembre à Besançon. À cette occasion, le préfet du Doubs Rémi Bastille, et Yves Cellier, le directeur interdépartemental de la police du Doubs ont effectué une remise de décorations aux fonctionnaires méritants.  

Domicile-travail : le choix de la proximité pour les actifs en Bourgogne Franche-Comté

Selon une dernière étude de l’Insee en Bourgogne Franche-Comté publiée le 9 juillet 2024, les actifs de la région travaillent habituellement au sein de leur intercommunalité de résidence ou à proximité. Toutefois, ils seraient également nombreux à se déplacer dans des intercommunalités plus distantes…

Fête nationale : le programme et les nouveautés à Besançon

Cette année, au-delà des traditionnels défilé, pique-nique et feux d'artifice, un village des armées sera installé sur le parking de Chamars (au niveau du retournement des bus). L'occasion de montrer que Besançon est aussi "une grande ville de garnison". Une initiative du général Pierre-Yves Rondeau, commandant la 1re division, commandant d'armes de la garnison de Besançon, commandant la base de défense de Besançon et délégué militaire départemental du Doubs.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 10.13
peu nuageux
le 14/07 à 06h00
Vent
0.79 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
89 %