Présidentielle: «Travailleuses, travailleurs…», le retour

Publié le 11/02/2012 - 18:12
Mis à jour le 11/02/2012 - 23:26

Nathalie Arthaud, la candidate de Lutte Ouvrière à la présidentielle, a décidé de conserver la phrase mythique d’Arlette Laguiller pour entamer ses discours. A Besançon comme ailleurs. 

PUBLICITÉ

« Travailleuses, travailleurs…». Devant quelque 150 militants, Nathalie Arthaud a commencé son intervention cet après-midi à Besançon comme Arlette Laguiller l’a fait des centaines de fois, notamment pendant ses six campagnes présidentielles.

« Ce n’est pas seulement un slogan. Nous sommes convaincus que les travailleurs peuvent changer la société jusqu’à contester le pouvoir du capital et œuvrer pour construire une autre société sur une base communiste », a précisé Nathalie Arthaud lors d’une conférence de presse.

Lors du meeting de Lutte Ouvrière dans la capitale comtoise, la candidate, désormais en « congé électoral » de son poste de professeurs d’économie et de gestion, a décliné son « programme de lutte » en insistant particulièrement sur l’interdiction des licenciements et l’augmentation des salaires.

« Les actionnaires qui ne font rien de leurs dix doigts ne coûtent jamais trop cher aux patrons et aucun gouvernement n’a jamais empêché les patrons de faire ce qu’ils voulaient », a-t-elle souligné en digne héritière d’Arlette Laguiller.

Se présentant comme la seule « candidate communiste », une manière de rappeler que le PCF s’est rangé derrière Jean-Luc Mélenchon, Nathalie Arthaud a toutefois estimé que « tous les courants doivent se faire entendre y compris dans les luttes ». « Pour moi, le seul vote utile c’est de dire ce que l’on pense au premier tour, sachant que ce ne sont pas les élections qui changent les choses mais les luttes », a poursuivi la candidate en stigmatisant « les trahisons des gouvernements socialistes soutenus par les communistes », mais aussi « le mépris social de Sarkozy ».

« On ne sait pas quand la révolte éclatera. Il faut des années pour passer du désespoir à l’espoir, mais il faut se préparer à se défendre et renouer avec les luttes. Les travailleurs ont la force en eux », a lancé Nathalie Arthaud qui, contrairement à d’autres « petits » candidats, a reconnu être « près du but » en ce qui concerne la collecte des parrainages. « Grâce à une forte mobilisation militante, nous sommes capables de passer cet obstacle pas très démocratique ». 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Département du Doubs : 80 millions d’euros d’investissements pour 2020

Département du Doubs : 80 millions d’euros d’investissements pour 2020

Christine Bouquin, présidente du Conseil Départemental du Doubs, a présenté ce 21 octobre 2019 les grandes orientations budgétaires pour l’année 2020. Et selon elle, «on continue de monter en puissance » avec 80 millions d'euros d'investissements prévus pour l'an prochain…

Port du voile par les accompagnatrices scolaires : un projet de loi soutenu par Alain Joyandet sera examiné au Sénat

Port du voile par les accompagnatrices scolaires : un projet de loi soutenu par Alain Joyandet sera examiné au Sénat

Le Palais du Luxembourg examinera le mardi 29 octobre 2019 une proposition de loi à l'initiative du groupe Les Républicains, qui sera défendue par Jacqueline Eustache-Brinio avec le plein soutien d'Alain Joyandet. L'objet est de fixer dans le droit l'obligation pour toutes les personnes qui concourent au service public de l'éducation nationale "de faire preuve d'une totale neutralité religieuse".

Municipale 2020 : les grandes propositions pour le transport et la mobilité d’Eric Alauzet

Municipale 2020 : les grandes propositions pour le transport et la mobilité d’Eric Alauzet

Eric Alauzet, député du Doubs et candidat LREM à l'élection municipale à Besançon en 2020, annonce ce samedi 19 octobre 2019 ses premières "grandes propositions" dans le domaine des transports et de la mobilité. Il souhaite notamment réaliser un projet sur l'axe ferroviaire nord-sud de Mamirolle aux Auxons avec un transport inspiré du tramway. Il souhaite également rendre gratuit le stationnement entre midi et 14 heures au centre-ville...

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Entretien • Officiellement candidat depuis le 31 janvier 2019 et investi fin mars par le parti socialiste, Nicolas Bodin rejoint finalement "l'Équipe" qui rassemble déjà EELV, le parti communiste, Génération(s) et À Gauche citoyen avec Anne Vignot en tête de liste...

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

MUNICIPALE 2020 • Dans un communiqué de jeudi 17 octobre 2019, Eric Alauzet, candidat En Marche à l'élection municipale de Besançon réagit suite à la décision du Parti socialiste de se rallier à l'Equipe, unissant les gauches, menée par Anne Vignot. Selon le candidat, "le choix effectué par la section socialiste de Besançon signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon." Notons que 86% des militants du PS de Besançon ont voté "pour" se rallier à l'Equipe.

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Le président du groupe RN au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté Julien Odoul, qui avait demandé vendredi 11 octobre 2019 à ce qu'une femme dans le public retire son voile, a dénoncé jeudi une "opération de victimisation" après que cette dernière a annoncé porter plainte.

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Contactée ce jeudi 16 octobre 2019 par téléphone, nous avons fait le point avec Alexandra Cordier, référente départementale En Marche et éventuelle candidate à l'élection municipale à Besançon en 2020. Si une rupture s'est créée entre elle et Eric Alauzet, candidat officiel d'En Marche, Alexandra Cordier n'a pas pour autant l'objectif de se rallier à Ludovic Fagaut, candidat pour Les Républicains. Entretien.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.99
nuageux
le 22/10 à 9h00
Vent
1.66 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
91 %

Sondage