Prison Botton : nouveau feu vert du conseil municipal de Saint-Julien-sur-Suran

Publié le 26/05/2012 - 12:36
Mis à jour le 28/05/2012 - 10:13

Le conseil municipal de Saint-Julien-sur-Suran (Jura) s'est à nouveau prononcé vendredi soir pour l'implantation sur ses terres de la prison expérimentale conçue par l'ex-homme d'affaires Pierre Botton, a indiqué samedi la conseillère générale (UMP) Hélène Pélissard.

photo_1314456526630-1-0-2.jpg
©

Après l'annulation de la première délibération du 13 mars 2012, en raison du non-respect de la procédure, le conseil municipal de cette petite commune du massif jurassien devait revoter sur ce projet qui divise le village. Il s'est prononcé en faveur de l'implantation à sept voix contre quatre, comme lors du premier vote.

Dimanche 11 mars, les habitants de Saint-Julien avaient voté à 54% contre ce projet lors d'un référendum consultatif. 251 des 312 habitants du village inscrits sur les listes électorales s'étaient déplacés pour participer au vote. "Nous sommes toujours persuadés que Saint-Julien n'est pas le lieu idéal" pour cette prison, a estimé Janine Keser, secrétaire de l'association "Petite montagne espace de liberté", créée pour lutter contre le projet.

Pour Hélène Pélissard, conseillère générale du canton de Saint-Julien-sur-Suran et artisan du projet, "ce centre de réinsertion est un magnifique projet humain, structurant pour le territoire".

 "Le projet ayant été adopté à la majorité, il peut se poursuivre. Le préfet qui avait été mandaté par le ministère de la Justice pour lancer le processus (emprise foncière et enquête publique), peut donc le poursuivre", s'est félicité Pierre Botton, dans un e-mail adressé à l'AFP.

En décembre 2011, le site de Saint-Julien-sur-Suran a été retenu pour accueillir le projet de l'association "Les Prisons du coeur", fondée par M. Botton. Ex-gendre de l'ancien député-maire de Lyon Michel Noir, il a fait 20 mois de prison dans les années 1990 pour abus de biens sociaux.

L'établissement est destiné à 120 détenus condamnés pour la première fois à des peines n'excédant pas cinq ans, "hors crimes sexuels et crimes de sang". Les détenus auront la clé de leurs cellules, qui seront sans barreaux. Au sein de la prison, il n'y aura ni quartier disciplinaire, ni "grillage ni barbelé", à l'exception de la double paroi grillagée qui entourera le centre.

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Violences policières, article 24, formation des forces de l’ordre… Entretien avec Emmanuelle Cordier, policière à Besançon

Après les attentats de 2015 suite auxquels les Françaises et le Français embrassaient les forces de l'ordre, qu'est-ce qui a changé dans leurs relations ? Y a-t-il des brebis galeuses au sein de la police ? Pour ou contre l'article 24 de la proposition de loi de "sécurité globale" ? Nous avons rencontré Emmanuelle Cordier, déléguée interdépartementale unité SGP Police du Doubs à Besançon pour en parler.

Skier à l’étranger ? Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives »

Y’aura-t-il des mesures contraignantes pour empêcher les Français d’aller skier à l’étranger? “S’il y a des pays qui maintiennent des stations ouvertes, il y aura des contrôles pour dissuader les Français” et pour “ne pas créer une situation de déséquilibre avec des stations en France”, a lancé le président Macron ce mardi 1er décembre lors d’une conférence de presse, en marge d’une visite du Premier ministre belge Alexander de Croo.

Missions et enjeux de la 7e brigade blindée de l’armée de Terre. On en parle avec le général Pierre-Yves Rondeau

Envoyés en mission pour 3 à 6 mois à travers le monde (Mali, Côte d'Ivoire, Liban…), les militaires de la 7e brigade blindée, subordonnée à la 1re division dont l'État-major est à Besançon, rentreront en France début 2021 en permission avant de reprendre une année d'entraînement. Le général de brigade Pierre-Yves Rondeau nous parle des missions de ces militaires et des prochains enjeux.

Sondage – En ce moment, soutenez-vous les forces de l’ordre ?

En plein débat sur l'article 24 de la proposition de loi dite de "sécurité globale", des images d'actes de violences de la part de policiers en service ont été rendues publiques ces dernières semaines (évacuation d'un camp de migrants, affaire Michel Zecler, manifestations...). Si certains critiquent les forces de l'ordre et leur hiérarchie, d'autres les défendent et évoquent un "surmenage". Et vous, soutenez-vous les forces de l'ordre malgré l'actualité ? C'est notre sondage de la semaine.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 7.03
couvert
le 04/12 à 0h00
Vent
7.66 m/s
Pression
991 hPa
Humidité
50 %

Sondage