Alerte Témoin

Quand des étudiants en Droit de Franche-Comté et de Neuchâtel se perfectionnent ensemble...

Publié le 12/12/2017 - 15:35
Mis à jour le 12/12/2017 - 15:43

Lundi 11 et mardi 12 décembre 2017, s'est déroulé un séminaire d'échange à destination d'une cinquantaine d'étudiants en Droit de l'Université de Franche-Comté et de l'Université de Neuchâtel à Besançon. 

20171211_152323_1.jpg
Séminaire de droit pénal franco-suisse à Besançon. ©DR
PUBLICITÉ

Plus précisément, ce séminaire réunit des étudiant.e.s du Master 2 "Contentieux" de Besançon (UFR SJEPG) et du Master général en droit de Neuchâtel (Faculté de droit) et des doctorants des chaires de droit pénal, de procédure pénale et de criminologie de Neuchâtel et de droit pénal du CRJFC (Centre de recherches juridiques de Franche-Comté) de l'Université de Franche-Comté. 

Ce séminaire de mise en parallèle des droit pénaux suisse et français a été organisé par André Kuhn (Professeur ordinaire à l'Université de Neuchâtel) et Béatrice Lapérou-Scheneider (Maître de conférences à l'UFC, CRJFC) avec le soutien de la Communauté du Savoir (CdS) et compte parmi ses participants plusieurs membres de la Région de gendarmerie de Franche-Comté (participants et stagiaires en formation continue).

"Aiguiser la curiosité d'étudiants en fin de formation" 

Selon Béatrice Lapérou-Scheneider, maitre de conférence en droit privé et sciences criminelles, directrice du Centre de recherches juridiques de l'Université de Franche-Comté et responsable du Master 2 Droit contentieux, "l'objectif de ce séminaire est triple :

  • Apprendre aux étudiants à présenter à un public étranger de manière simple des règles de droit parfois complexes, leurs enjeux juridiques et être capables d'argumenter et de justifier des solutions qui peuvent parfois être très différentes de celles retenues chez nos voisins.
  • Aiguiser la curiosité d'étudiants en fin de formation et les amener à s'ouvrir à d'autres approches que celles acquises tout au long de leur cursus.

Cette rencontre a également pour objet de faire découvrir à nos jeunes juristes des droits étrangers pour éventuellement ouvrir leurs horizons professionnels".

Pourquoi réunir des étudiants de Franche-Comté et de Neuchâtel ? 

"La proximité géographique de la Suisse et de la Franche-Comté un atout certain", souligne Béatrice Lapérou-Scheneider. "L'UFC et l'Université de Neuchâtel souhaitent développer leurs liens et échanges. Cette manifestation répond parfaitement à ces objectifs pédagogiques et scientifiques."

"En outre, et surtout, ayant déjà eu le plaisir de travailler à un ouvrage commun ("Droit pénal français et droit pénal suisses, une mise en parallèle", paru en 2017 aux éditions L'Harmattan) avec André Kuhn et Yvan Jeannerey tous deux professeurs de droit pénal à l'Université de Neuchâtel (Yvan Jeanneret est désormais Professeur à l'université de Genève), ce séminaire est apparu comme la possibilité de faire profiter nos étudiants des fruits de cette recherche", indique la directrice du Centre de recherches juridiques de l'Université de Franche-Comté.

Infos + 

Ce type de séminaire est une première expérience. Béatrice Lapérou-Scheneider "espère" qu'elle sera amenée à se réitérer.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Harcèlement au collège Xavier-Marmier : « nous demandons au rectorat de revenir sur sa décision » (collectif AED)

Après la "journée blanche" de jeudi pour protester contre la modification par le rectorat de Besançon d'une sanction contre deux élèves après un cas de harcèlement scolaire, le collectif AED Besançon (assistant d'éducation) a souhaité réagir ce vendredi 21 février 2020 suite "aux propos tenus par les représentants du rectorat".

« Journée blanche » dans un lycée de Pontarlier après un cas de harcèlement scolaire

Mise à jour ce 21 février 2020 • Les enseignants d'un lycée de Pontarlier (Doubs) ont organisé ce jeudi 20 février 2020 une "journée blanche" pour protester contre la modification par le rectorat de Besançon d'une sanction contre deux élèves après un cas de harcèlement scolaire, a-t-on appris auprès des enseignants.

Collège Diderot : le recteur maintiendra « en partie » les moyens alloués aux enseignants référents

Après une opération "collège mort" lundi, puis une journée de grève ce mardi, au collège Diderot à Besançon, le recteur de l'académie a convoqué la presse mardi 18 février pour y répondre et annoncer le maintien "en partie" des moyens dans cet établissement du réseau d'éducation prioritaire (REP+).

Planoise : « Collège Mort » à Diderot

Les parents n'ont pas envoyé leurs enfants au collège Diderot lundi 17 février 2020 à Besançon pour protester contre la perte des postes d'enseignants référents en éducation prioritaire renforcée (Rep+) de Planoise. Mardi, ce sont les enseignants qui seront en grève avant une marche dans les rues du quartier en fin de journée. Dans le Doubs, la baisse des moyens dans les secteurs sensibles provoque également la grogne à l'école Mandela de Bethoncourt et au Collège Lou Blazer de Montbéliard.

Baisse des dotations horaires au collège Diderot : Anne Vignot apporte son soutien au personnel

Comme nous le dénonçait le Snes FSU dans un article en date du 6 février dernier, les moyens vont baisser pour la rentrée 2020 dans les collèges et lycée. Ce 16 février 2020, Anne Vignot, candidate à l'élection municipale de Besançon, souhaite apporter son soutien aux personnels du collège Diderot.

Orientation : programme 2020 des portes ouvertes des collèges, lycées et universités en Franche-Comté…

Futurs collégiens, lycéens et étudiants doivent penser à leur avenir notamment en visitant des établissements et choisir celui qu'ils considèreront comme le meilleur… Voici le calendrier 2020 des portes ouvertes en Franche-Comté. De nombreux rendez-vous sont au programme ce samedi 15 février 2020.

« Mise à pied » d’un professeur à Dole : une mobilisation prévue mardi 18 février

Le syndicat CGT du lycée Duhamel de Dole a tenu alerter l'opinion publique le 12 février 2020  dans le cadre de la "mise à pied" d'un professeur suite à sa "participation à la contestation des épreuves d'E3C". Les organisations syndicales, SNES-FSU, Snuep-FSU, CGT Educ’Action, SUD Education, Unsa Education et SNFOLC se mobiliseront le mardi 18 février à partir de 11h45 Avenue Charles Laurent Thouverey à Dole. Pour rappel,  Une pétition a été mise en ligne.

Station de Métabief

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 7.14
nuageux
le 24/02 à 6h00
Vent
2.14 m/s
Pression
1027 hPa
Humidité
95 %

Sondage