Alerte Témoin

Rebsamen de retour à Dijon : "un échec de plus pour le gouvernement" selon Sauvadet

Publié le 11/08/2015 - 08:15
Mis à jour le 11/08/2015 - 08:15

Le candidat aux Régionales François Sauvadet (UDI) tacle le retour du PS François Rebsamen dans son siège de maire de Dijon. Pour lui, la démission  du ministre du travail est un "échec flagrant", une sorte "d'abandon de poste".

Dans un communiqué, François Sauvadet s'en prend au bilan du ministre du travail.

"Entre sa prise de fonction et son départ probable, Pôle emploi aura vu affluer plus de 200 000 chômeurs supplémentaires, soit plus que le nombre d'habitants à Dijon. Ce qui prévaut c'est un échec flagrant, une forme d'abandon de poste, alors même qu'il annonçait encore récemment attendre une inversion de la courbe du chômage avant la fin de l'année" déclare  François Sauvadet.

"Incompréhensible pour les Français. Incompréhensible pour les Dijonnais"

Puis il revient sur la polémique lié au départ du ministre qui présentera sa démission le 19 août au gouvernement. "François Rebsamen comptait pouvoir rester encore quelques mois ministre après son élection en tant que maire de Dijon. Le Président de la République et le Premier Ministre lui ont apporté un désaveu cinglant dès l'annonce de sa candidature. C'est incompréhensible pour les Français. C'est incompréhensible aussi pour les Dijonnais car il donne le sentiment qu'il n'y avait personne dans son équipe pour assurer la suite d'Alain Millot". Et de poursuivre. "S'il considérait que le mandat de maire est le plus beau, comme il le dit aujourd'hui, pourquoi l'a-t-il quitté à l'époque en acceptant d'être Ministre du Gouvernement de la France ? C'est son choix et, en tant que tel, il doit être respecté. Mais il n'empêche que cela restera un échec de plus pour le Gouvernement socialiste que de voir un Ministre quitter ses fonctions en préférant l'exercice de son mandat local !"

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Agressions au couteau : « Nous refusons que Besançon devienne une ville coupe-gorge

Suite à trois agressions au couteau dans la nuit de samedi à dimanche au centre-ville de Besançon, les élus Les Républicains au conseil municipale de Besançon ont publié un communiqué dans lequel ils appellent la maire Anne Vignot et son équipe à "sortir de sa léthargie, soutenir plus activement notre police municipale et, surtout, enfin garantir la sécurité à Besançon."

Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez en visite dans le Jura le 22 septembre

A l’occasion de la réunion décentralisée du Bureau Confédéral de la CGT en Bourgogne Franche-Comté, Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT et Catherine Perret, membre du Bureau confédéral, viendront à la rencontre de salarié-es des entreprises jurassiennes Jacob Delafon et SKF mardi 22 septembre 2020.

Vivez en direct le conseil municipal de Besançon du 14 septembre 2020

Le conseil municipal de Besançon de rentrée se tient ce lundi 14 septembre.  Il s'agira pour les 55 conseillers municipaux de Besançon de faire un point sur cette rentrée sous le signe de la Covid et de désigner les  représentants du conseil municipal qui siégeront dans les différentes structures partenaires (syndicats, SEM, associations, etc.)

Publiée par Jean Castex sur Vendredi 11 septembre 2020

Coronavirus : les annonces de Jean Castex à l’issue du conseil de défense

Dernier avertissement • À l'issue du Conseil de défense, le Premier ministre dévoile les nouvelles mesures de lutte contre le coronavirus  afin de "donner de la visibilité sur les prochaines semaines" comme le souhaite le président de la République  Emmanuel Macron au moment où les indicateurs de l'épidémie sont en hausse.

OP Véolia – Suez : le sénateur Longeot s’oppose à la fusion

Le sénateur du Doubs attire l'attention du Ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance sur l'annonce d'une offre publique d'achat (OPA) de Veolia sur la totalité du capital de Suez. Jean-François Longeot met l’accent sur "la principale crainte qui reste bien le haut risque de casse sociale avec un plan social massif qui menacerait les 30 000 salariés du groupe en France".

General Electric : 89 emplois vont être supprimés à Belfort, le maire interpelle le président de la République

Mise à jour le 10 septembre • Le groupe General Electric va annoncer ce mercredi 9 septembre la suppression de plusieurs centaines d'emplois en France. À Belfort, la filière hydro (turbines et alternateurs pour les barrages hydroélectriques) verra 89 emplois supprimés. Le maire de la ville se dit "consterné" par des décisions "inadmissibles".

Livres Dans la Boucle 2020

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     16.1
    couvert
    le 21/09 à 9h00
    Vent
    2.07 m/s
    Pression
    1015 hPa
    Humidité
    89 %

    Sondage