Référendum : les Suisses refusent de supprimer la redevance audiovisuelle

Publié le 04/03/2018 - 17:40
Mis à jour le 16/04/2019 - 16:36

Les Suisses ont largement refusé ce dimanche 4 mars 2018, lors d'un référendum, de supprimer la redevance audiovisuelle, selon les premières tendances publiées après la clôture des bureaux de vote à 11H00 GMT.

hand-2773840_1280.jpg
© Holgersfotografie/pixabay

Les Suisses ont aussi voté "oui" au maintien de la TVA et de l'impôt fédéral direct. Selon les premières projections calculées par l'institut de sondage gfs.bern, le texte sur la suppression de la redevance a été rejeté par 71% des votants. La marge d'erreur est de 3%.

Dans le canton de Zurich, le plus peuplé, le "non" dépasse les 70%, tandis qu'à Genève, il est proche des 75%, a indiqué la télévision suisse RTS.

La redevance "n'a plus rien à voir avec leur génération"

L'initiative populaire - un droit donné aux citoyens de faire une proposition de modification de loi - sur la redevance avait été élaborée par le mouvement de jeunesse du parti Libéral radical, pour qui la redevance "n'a plus rien à voir avec leur génération" qui a grandi avec les plateformes de vidéo en ligne et chaînes de télévision sur abonnement.

La redevance en Suisse, l'une des plus chères d'Europe, s'élève actuellement à 451 francs suisses (392 euros).

L'an prochain, son prix sera abaissé à 365 francs. Elle sera en revanche désormais payée par tous, même ceux qui n'ont pas de poste de télévision ou de radio, les autorités ayant fait valoir que la télévision et la radio étaient désormais regardées et écoutées sur internet.

En Suisse, il existe une seule radio-TV nationale, la SSR, qui diffuse dans les quatre langues officielles (allemand, français, italien et romanche). La SSR, qui emploie environ 6.000 personnes, est financée à 75% par la redevance. Vingt-et-une radios et 13 télévisions régionales, remplissant un mandat de service public, en bénéficient aussi.

13.500 emplois mencés en cas de "oui"

Au total, 13.500 emplois directs et indirects étaient menacés en cas de "oui" à la suppression de la redevance, selon les autorités fédérales. Le porte-parole de la SSR, Daniel Steiner, avait averti qu'en cas de victoire du "oui", elle devrait "rapidement cesser son activité".

Les abolitionnistes de la redevance, qui étaient soutenus par un seul parti politique, l'Union démocratique du centre (premier parti de Suisse, droite populiste), avaient expliqué que sa suppression permettrait de libérer un "énorme pouvoir d'achat" susceptible d'être réinvesti dans l'économie.

Selon les premiers résultats, le référendum sur le maintien de la TVA et de l'impôt fédéral direct, qui sont les deux principales sources de revenus de la Confédération, a été accepté à 83%, avec une marge d'erreur de 3%.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Hacking Health 2020 à Besançon : 13 défis, 13 solutions

Malgré le contexte, et grâce au respect d’un protocole sanitaire exigeant, la 4e édition du Hacking Health de Besançon a réuni le week-end dernier un peu plus de 200 participants à l’UFR Santé. Les 13 équipes, rassemblées autour de leurs porteurs de défis, sont toutes parvenues à des solutions. Elles ont su tirer le meilleur des ressources mises à leur disposition : profusion de matière grise, variété des compétences chez les participants comme les coaches, imprimantes 3D et capteurs électroniques du fablab... 

Covid-19 : quelles nouvelles mesures dans le Doubs à partir de ce samedi 24 octobre ?

Au vu de la dégradation du contexte sanitaire et comme suite à la promulgation d’un nouveau décret du Premier ministre, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a pris ce samedi 24 octobre 2020 un nouvel arrêté fixant des mesures complémentaires à celles déjà en vigueur dans le département afin de lutter contre l’épidémie de Covid-19.

Mois sans tabac 2020 en Bourgogne Franche-Comté : pas de stand de sensibilisation, mais une campagne virtuelle

Cette année, le contexte de l'épidémie de Covid-19 ne permet pas à l'association Tab'agir d'installer des stands de sensibilisation au tabac dans le cadre de Mois dans tabac. En revanche, l'opération pourra se dérouler sur internet durant le mois de novembre 2020 en Bourgogne Franche-Comté.

Etat d’urgence sanitaire et couvre-feu dans le Jura : ce qui est autorisé et ce qui est interdit

Lors du conseil de défense et de sécurité nationale du 21 octobre 2020, le président de la République a décidé le passage en état d’urgence renforcé de 38 départements, dont les taux d’incidence du covid-19 sont supérieurs à 150 pour 100 000 habitants. Le Jura figure parmi ces départements, comme le ministre de la santé en a fait l’annonce le lendemain.

Fraude à la carte bancaire et crise sanitaire : les consommateurs font toujours plus les frais de fraudes

Alors que les paiements par carte bancaire "sans contact" et par internet se sont imposés avec la crise sanitaire comme des mesures barrières pour freiner la progression de la Covid-19, l’UFC-Que Choisir rend publique une enquête exclusive qui montre que 30 % des fraudes ne sont pas remboursées par les banques. En conséquence, et devant le risque accru d’escroqueries, l’association saisit les pouvoirs publics pour obtenir enfin le plein respect des droits des consommateurs, apprend-on dans un communiqué du 22 octobre 2020.

Le groupe RN demande à Marie-Guite Dufay de donner le nom de Samuel Paty à l’un des lycées de Bourgogne Franche-Comté

Dans une lettre du 22 octobre 2020, Julien Odoul, président du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté demande à la présidente de région de donner le nom de Samuel Paty à l'un des 129 lycées de la région et l'organisation d'une exposition des caricatures de Charlie Hebdo à Dijon.  

Rassemblements familiaux : « À défaut de les interdire, il est clair qu’il faut les limiter » (Pr Limat, CHU de Besançon)

La deuxième vague de l'épidémie de Covid-19 est prévue dans deux à trois semaines dans le Département du Doubs comme au niveau national. Pendant cette période, les cartes sont entre les mains de la population pour éviter que les hôpitaux soient subermergés. Pour le Professeur Samuel Limat, président de la commission médicale d’établissement au CHU de Besançon, cela passe par une limitation du nombre de personnes qui se rassemblent et particulièrement les personnes fragiles.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.59
nuageux
le 25/10 à 9h00
Vent
5.09 m/s
Pression
1007 hPa
Humidité
61 %

Sondage