Réforme du bac : Annie Genevard souhaite "moins d’épreuves, mais plus d’exigence"

Publié le 30/01/2018 - 16:28
Mis à jour le 07/02/2018 - 09:41

La secrétaire générale des Républicains et vice-présidente de l’Assemblée nationale estime qu’une réforme de l’examen du baccalauréat est nécessaire à condition qu’elle soit guidée par un recentrage des épreuves sur les matières fondamentales et le retour de l'exigence.

an_189791.jpg
Annie Genevard © DR
PUBLICITÉ

Annie Genevard se dit très attentive aux arbitrages rendus dans les prochains mois après la remise du rapport de l’universitaire originaire de Franche-Comté Pierre Mathiot. « Le bac est un diplôme auquel les Français sont, à juste titre, très attachés. Il convient de lui redonner tout son sens et sa valeur » explique la députée du Doubs. « Comme l’a indiqué notre Président Laurent Wauquiez hier soir dans L’Émission politique sur France 2, nous refuserions, par exemple, que le projet de réforme écourte encore l’année de Terminale, en organisant les épreuves dès le retour des vacances de printemps pour s’adapter à la nouvelle plateforme Parcoursup« 

La secrétaire générale des Républicains qu’au contraire, les examens devraient être organisés en juillet pour redonner le mois de juin aux élèves afin de finir les programmes et d’approfondir les apprentissages.

Pour Annie Genevard, la réforme doit tenir compte de deux objectifs. 

Premier objectif

« Le bac doit être le gage de l’acquisition des fondamentaux, nécessaire pour la réussite de l’élève dans la poursuite de son parcours scolaire. Il faut donc recentrer les épreuves sur les matières fondamentales de chaque section par des coefficients significatifs. Le bac sous sa forme actuelle est non seulement coûteux, mais il ne joue pas son rôle de 1er grade universitaire« . 

Deuxième objectif :

« L’exigence doit enfin remplacer l’indulgence pour cette épreuve dont la valeur s’est considérablement dépréciée ces dernières années. Il faut en finir avec les consignes d’indulgence données aux correcteurs chaque année et limiter la compensation des moyennes afin d’assurer un taux maximal de réussite.

Si le bac ne garantit plus une réelle validation des acquis, alors nous retrouverons des jeunes dénués des compétences indispensables aux études supérieures, ce qui ne fera qu’accroître la sélection par l’échec à l’université qui sévit dans des proportions inacceptables : 60 % des étudiants échouent dès la 1re année de licence ! »

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

« Vin Mille arômes » : une application bisontine distinguée au championnat national des mini-entreprises

« Vin Mille arômes » : une application bisontine distinguée au championnat national des mini-entreprises

Cinq mini-entreprises de Bourgogne Franche-Comté ont participé du 3 au 5 juillet 2019 à Lille au championnat national des mini-entreprises organisé par l'association "entreprendre pour apprendre". "Vin Mille Arômes", mini-entreprise de l’ECM de Besançon qui a créé une application d'accord mets-vins, a remporté le prix "champion national du numérique"

Ipad 21 : Notre-Dame Saint-Jean, l’enseignement du XXIe siècle

Ipad 21 : Notre-Dame Saint-Jean, l’enseignement du XXIe siècle

Quand des élèves forment leurs profs • Les derniers résultats des examens sont tombés, les vacances scolaires ont démarré. Pour cette fin d'année scolaire, 170 enseignants, formateurs et personnels pédagogiques de l'institution Notre-Dame Saint-Jean de Besançon ont participé en milieu de semaine dernière au forum "pédagogie active et dynamique". 80 ateliers pratiques ont été proposés autour des thématiques liées à la posture de l'enseignant vis-à-vis des élèves, des aménagements et des outils, notamment numériques.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.67
couvert
le 19/07 à 0h00
Vent
2.43 m/s
Pression
1016.74 hPa
Humidité
91 %

Sondage