Alerte Témoin

Réforme du collège : "la gauche supprime tout ce qui marchait bien" selon Annie Genevard

Publié le 19/05/2016 - 10:52
Mis à jour le 19/05/2016 - 10:53

Annie Genevard, député du Doubs Les Républicains, fait le bilan un an après le décret de la réforme du collège qui devrait être mis en application à la rentrée 2016. Malgré quatre grèves contre cette réforme, la députée observe que "la Gauche supprime tout ce qui marchait bien" et souhaite son abrogation.

4008-100.jpg
Annie Genevard à l'Assemblée nationale. © dr

"Fuyant le débat, ignorant la contestation et sans consultation préalable, il y a un an, le 19 mai 2015, la Ministre de l’Education publiait en catimini par décret la réforme tant décriée du collège. Alors qu’elle s’était déclarée « ouverte à la discussion », elle infligeait par là-même un véritable camouflet au monde enseignant qui avait manifesté la veille contre ce projet.

Force est de constater qu’un an et quatre grèves plus tard, cette réforme mal née ne convainc toujours personne. Pire même, la Ministre perd le précieux soutien de la FCPE  qui vient d’adopter une motion critiquant cette réforme. Elle dénonce à son tour des nouvelles pratiques pédagogiques peu définies, un manque de concertation préalable et de moyens alloués à cette réforme. 

Les retours de terrain sur les journées de formation sont mauvais. Professeurs, proviseurs et parents d’élèves appréhendent déjà la rentrée de septembre 2016 lorsque la réforme entrera en vigueur, en même temps que les manuels des nouveaux programmes, objets de nombreuses critiques.

Dans un climat particulièrement tendu socialement, le rejet de cette réforme frappe par sa persistance. Au nom d’une conception dévoyée de l’égalité, la Gauche supprime tout ce qui marchait bien, comme les classes européennes et bilangues ou encore les langues anciennes, alors qu’au contraire le bon sens commande de multiplier ce qui marche et qui a fait ses preuves et non de le supprimer.  Elle propose des dispositifs bien peu convaincants comme les désormais tristement célèbres « enseignements pratiques interdisciplinaires ». C’est pourquoi, les Républicains souhaitent l’abrogation de cette réforme."

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Ludovic Fagaut appelle l’adjoint à la sécurité à « endosser le costume »

"L’insécurité ne doit pas devenir la norme..."  Suite aux récentes violences et incivilités dans le secteur de la Cité des Arts, le leader de l'opposition au conseil municipal de Besançon, le LR Ludovic Fagaut, appelle dans un communiqué Benoit Cyprinani à endosser le costume d'adjoint à la sécurité.

Acte de violence commis par un policier : Anne Vignot salue la décision immédiate du préfet de saisir l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN. Une décision que salue la maire de Besançon Anne Vignot dans un communiqué.

Macron débloque 10 millions d’euros pour les policiers travaillant la nuit

Au cours d'une visite surprise dans un commissariat parisien dans la soirée du lundi 27 juillet 2020, Emmanuel Macron a annoncé le versement d'une "indemnité spécifique" pour les policiers travaillant de nuit, pour un montant total de 10 millions d'euros. Il s'agit d'une des revendications exprimées par les syndicats de police lors de leur rencontre avec le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, le 20 juillet.

Climat : des mesures concrètes au menu du Conseil de défense écologique

La Convention citoyenne pour le climat trouve un début de traduction concrète : avant les lois prévues pour 2021, le gouvernement a annoncé lundi 27 juillet 202 de premières mesures "réglementaires" inspirées des propositions des 150 citoyens à l'issue du Conseil de défense écologique présidé par Emmanuel Macron, mais jugées timorées par les écologistes et des ONG.

« Concerts debouts » : plus de 1.500 structures signent une lettre ouverte au gouvernement

Depuis le 17 mars dernier, les festivals, les salles de concerts et de spectacles sont toujours fermés au public. Aujourd'hui, personne ne sait quand ils pourront rouvrir, le gouvernement reste vague sur ce sujet. Plusieurs dizaines de milliers d'emplois sont menacés. 1.500 structures et artistes ont signé une lettre ouverte au gouvernement pour demander "des perspectives claires et cohérentes en vue de la réouverture des salles de concerts".
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     19.48
    légère pluie
    le 13/08 à 6h00
    Vent
    1.41 m/s
    Pression
    1018 hPa
    Humidité
    64 %

    Sondage