Alerte Témoin

Régionales en Franche-Comté : le même nombre de listes qu'en 2004

Publié le 14/03/2010 - 19:26
Mis à jour le 14/03/2010 - 19:26

Dix listes ont été enregistrées en préfecture pour le scrutin des régionales. État des lieux. Petit rappel : seules les listes qui obtiennent au moins 10 % des suffrages peuvent se maintenir pour le second tour et seules les listes ayant obtenu plus de 5% des voix peuvent fusionner.

1266244200.jpg
©carvy
Le même nombre de listes, mais pas la même configuration politique surtout à gauche. En 2004, les socialistes et les écologistes avaient fait cause commune dès le premier tour. Ils sont désormais séparés, alors que, paradoxalement, ils ont dirigé la Région ensemble pendant six ans. Depuis leur bon score aux européennes, les Verts se sentent pousser des ailes et ils ont tenu à se compter.
 
A l’extrême gauche, la situation est également plus confuse qu’en 2004. Trois listes sont sur le départ (le NPA de Besancenot qui a succédé à la LCR, le Front de Gauche qui regroupe PCF et Parti de Gauche de Mélenchon et Lutte Ouvrière) contre une seule il y a six ans composée de la LCR et de LO. En 2004, le PCF s’était allié au MRC de Jean-Pierre Chevènement et aux Radicaux de gauche.
 
Au centre de l’échiquier, les choses ont également évolué. Jacques Lançon écologiste indépendant a rallié le Modem de Christophe Grudler pour ne faire qu’une seule liste en lieu et place de celle de l’UDF conduite en 2004 par Gérard Faivre désormais en rupture de ban avec la nouvelle équipe mise en place par François Bayrou.
 
A droite, la situation s’est éclaircie pour l’UMP Alain Joyandet. Le secrétaire d’Etat à la Coopération et à la Francophonie est le seul candidat positionné entre le Modem et l’extrême droite.
 
D’autres avaient annoncé leur candidature. Jean-François Humbert a longtemps entretenu le suspense en donnant des sueurs froides au maire de Vesoul avec sa posture d’homme « libre et indépendant », tout en restant sénateur UMP… C’était une grosse épine dans le pied de la droite. Il a déchanté au dernier moment comme Jean-Philippe Allenbach, président du Mouvement Franche-Comté qui avait concouru en 2004. Les Objecteurs de croissance, également annoncés un moment donné, n’ont pas donné suite.
 
A l’extrême droite, il y aura deux listes comme en 2004. Le Front national et La Ligue comtoise avec son unique slogan « non aux minarets ». Cette dernière organisation regroupe plusieurs mouvements extrêmes dont le MNR qui s’était présenté seul il y a six ans.
 
Retrouvez tous les noms présents sur les listes dans les quatres département ici 
 
 
  1. Liste «Ecologie Solidaire en Franche-Comté» - Claude Buchot
 
  1. Liste «La ligue comtoise, non aux minarets !» - Christophe Devillers
 
  1. Liste «Rassembler la Franche-Comté avec Christophe Grudler, liste soutenue par François Bayrou» - Christophe Grudler.
 
  1. Liste «Majorité présidentielle UMP - Nouveau Centre - Parti radical - Gauche Moderne - MPF - CPNT» - Alain Joyandet.
 
  1. Liste «Ensemble pour une région à gauche, solidaire, écologique et citoyenne présentée par le Front de gauche» - Evelyne Ternant
 
  1. Liste «Une Franche-Comté d’avance, juste, écologique et innovante – PS – MRC – PRG -DVG» - Marie-Guite Dufay
 
  1. Liste «Pour une gauche anticapitaliste et écologiste. Liste présentée par le NPA et soutenue par Olivier Besancenot» - Laurence Lyonnais
 
  1. Liste «Front national pour la Franche-Comté, les Français d’abord !» - Sophie Montel
 
  1. «Liste Lutte Ouvrière soutenue par Arlette Laguiller» - Michel Treppo
 
  1. Liste «Europe Ecologie Franche-Comté» - Alain Fousseret
 
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Agressions au couteau : « Nous refusons que Besançon devienne une ville coupe-gorge

Suite à trois agressions au couteau dans la nuit de samedi à dimanche au centre-ville de Besançon, les élus Les Républicains au conseil municipale de Besançon ont publié un communiqué dans lequel ils appellent la maire Anne Vignot et son équipe à "sortir de sa léthargie, soutenir plus activement notre police municipale et, surtout, enfin garantir la sécurité à Besançon."

Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez en visite dans le Jura le 22 septembre

A l’occasion de la réunion décentralisée du Bureau Confédéral de la CGT en Bourgogne Franche-Comté, Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT et Catherine Perret, membre du Bureau confédéral, viendront à la rencontre de salarié-es des entreprises jurassiennes Jacob Delafon et SKF mardi 22 septembre 2020.

Vivez en direct le conseil municipal de Besançon du 14 septembre 2020

Le conseil municipal de Besançon de rentrée se tient ce lundi 14 septembre.  Il s'agira pour les 55 conseillers municipaux de Besançon de faire un point sur cette rentrée sous le signe de la Covid et de désigner les  représentants du conseil municipal qui siégeront dans les différentes structures partenaires (syndicats, SEM, associations, etc.)

Publiée par Jean Castex sur Vendredi 11 septembre 2020

Coronavirus : les annonces de Jean Castex à l’issue du conseil de défense

Dernier avertissement • À l'issue du Conseil de défense, le Premier ministre dévoile les nouvelles mesures de lutte contre le coronavirus  afin de "donner de la visibilité sur les prochaines semaines" comme le souhaite le président de la République  Emmanuel Macron au moment où les indicateurs de l'épidémie sont en hausse.

OP Véolia – Suez : le sénateur Longeot s’oppose à la fusion

Le sénateur du Doubs attire l'attention du Ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance sur l'annonce d'une offre publique d'achat (OPA) de Veolia sur la totalité du capital de Suez. Jean-François Longeot met l’accent sur "la principale crainte qui reste bien le haut risque de casse sociale avec un plan social massif qui menacerait les 30 000 salariés du groupe en France".

General Electric : 89 emplois vont être supprimés à Belfort, le maire interpelle le président de la République

Mise à jour le 10 septembre • Le groupe General Electric va annoncer ce mercredi 9 septembre la suppression de plusieurs centaines d'emplois en France. À Belfort, la filière hydro (turbines et alternateurs pour les barrages hydroélectriques) verra 89 emplois supprimés. Le maire de la ville se dit "consterné" par des décisions "inadmissibles".

Livres Dans la Boucle 2020

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     16.1
    couvert
    le 21/09 à 9h00
    Vent
    2.07 m/s
    Pression
    1015 hPa
    Humidité
    89 %

    Sondage