Régionales : le PCF contraint et forcé de se présenter seul

Publié le 12/01/2010 - 18:13
Mis à jour le 12/01/2010 - 18:13

Il y aura vraisemblablement une liste communiste aux régionales. Le PCF ne veut pas d’un Front de Gauche incluant le NPA de Besançenot.

 ©
©
67% des militants communistes de Franche-Comté ont voté pour la constitution d’un Front de Gauche aux régionales avec, notamment, le Parti de Gauche de Jean-Luc Mélenchon. « Cela se passe bien ailleurs, mais en Franche-Comté le Parti de Gauche a décidé de s’allier au NPA et nous ne souhaitons pas cette alliance », a expliqué ce mardi à Besançon Evelyne Ternant qui se présente déjà comme la tête de liste régionale et du Doubs du PCF entouré de Pascal Jeanmougin pour le Jura, Frédéric Bernabé pour la Haute-Saône et Marie-France Couqueberg pour le Territoire de Belfort.
 
Le refus du PCF d’intégrer le parti d’Olivier Besançenot repose sur le fait que le NPA ne veut pas négocier avec le reste de la gauche entre les deux tours pour constituer une majorité de gestion. Une stratégie rédhibitoire aux yeux des communistes qui, grâce à un accord avec le PS et Europe-Ecologie, escomptent revenir aux affaires régionales pour faire valoir leurs idées.
 
Le PCF laisse encore la porte ouverte, mais sans trop y croire. «On reste ouverts jusqu’au dernier moment et nous exerçons de fortes pressions pour que le Parti de Gauche revienne sur son alliance avec le NPA. Des revirements sont toujours possibles », a insisté Evelyne Ternant tout en annonçant l’ouverture de listes communistes. La tête de liste a également dévoilé une partie de son programme qui tourne autour de la défense du développement industriel et de la reconquête des services publics.
 
Elle a également évoqué la création d’une maison régionale de l’eau, la gratuité des transports pour une partie de la population et la création de 4000 emplois associatifs.
 
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Le Sénat approuve l’inscription de l’IVG dans la Constitution, le Congrès réuni lundi

Les sénateurs ont largement voté mercredi 28 février 2024 en faveur de l’inscription de l’IVG dans la Constitution en des termes identiques à ceux de l’Assemblée, assurant de ce fait une "liberté garantie" aux femmes d’avoir recours à l’avortement. Cette modification de la Constitution doit désormais être soumise au Congrès qui se réunira dès lundi à Versailles.

L’inscription de l’IVG dans la Constitution française sera-t-elle votée par le Sénat ?

Le Sénat se prononcera mercredi 28 février 2024 après-midi sur l'inscription de l'IVG dans la Constitution, un vote rendu très incertain par les réticences de la droite et qui pourrait bouleverser le calendrier parlementaire de la réforme. C'est l'étape la plus périlleuse de la révision constitutionnelle promise par le président de la République, Emmanuel Macron : l'exécutif ne pourra la faire aboutir sans un vote majoritaire des 348 parlementaires du Palais du Luxembourg.

Hommage aux Manouchian à Besançon : une ”instrumentalisation” du Parti communiste selon Besançon maintenant

Une cérémonie en hommage aux résistants du groupe Manouchian s’est tenue place du 8 Septembre à Besançon, organisée par le Parti communiste français et la Ville de Besançon. Pour Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon maintenant au conseil municipal, parle d’une ”instrumentalisation à des fins partisanes”.

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.08
ciel dégagé
le 29/02 à 9h00
Vent
0.93 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
77 %