Les chiffres et les nouveautés de la rentrée 2017

Publié le 04/09/2017 - 07:16
Mis à jour le 04/09/2017 - 11:40

Dédoublement des classes de CP en Rep +, retour de la semaine de quatre jours pour plus d'un quart des écoliers du Doubs, la mise en place du dispositif "devoir faits" après les vacances de la Toussaint… Voici le tableau de cette rentrée 2017 pour 1.359 enseignants, mais surtout pour 216.869 écoliers, collégiens et lycéens en Franche-Comté.

PUBLICITÉ
  • C’est reparti pour plus de 12 millions d’élèves qui font ce lundi 4 septembre 2017 leur rentrée après deux mois de congés.

 Jean-François Chanet, le recteur académique a présenté les mesures phares de cette rentrée 2017 sous le signe de la « confiance », notamment auprès des enseignants. « Quatre nouvelles mesures sont mises en œuvre : le dédoublement des classes de CP en REP+, l’adaptation des rythmes scolaires, l’aménagement de la réforme du collège et, au collège aussi, l’instauration des « devoirs faits. L’accent sera mis sur les élèves les plus fragiles, qui doivent faire l’objet d’une attention constante et ont besoin d’être valorisés » indique-t-il. Selon lui, l’éducation nationale doit accompagner « avec bienveillance » vers l’excellence qui est propre à chaque élève.

Les deux principaux changements concrets sont une forte réduction du nombre d’élèves (à une douzaine) dans les CP des quartiers très défavorisés (REP+) et un retour à la semaine de quatre jours pour un tiers des écoles dans les communes où établissements scolaires et mairies le souhaitaient. Autre mesure: des évaluations nationales en français et en maths dès la rentrée pour les CP et en novembre pour les 6e.

Quant à la prime annuelle de 3.000 euros promise aux instits en REP+, elle sera « bien sûr » mise en oeuvre, a assuré le ministre, sans toutefois donner de calendrier.

En Chiffres

Le recteur a donné les chiffres alors même que les effectifs sont en baisse d’environ 1.200 élèves. :

  • 35 postes supplémentaires (ETP : équivalent temps plein) pour le 1er degré afin, notamment pour les besoins du dédoublement des classes de CP en Rep +
  • 42 postes de plus pour le second degré 

Les effectifs :  216 869 écoliers, collégiens et lycéens (– 0,49 %)

116 228 dans le premier degré -1,2 %?

100 641 dans le second degré (+ 0,4 %) dont : 

 57 789 collégiens (+ 0,8 %)?

42 852 lycéens (– 0,2 %) dont : 11 862 lycéens professionnels – 3,7 %

Dédoublement des classes de CP en Rep +

Il sera effectif dans 86 % des classes en France. Pour les 14 % restantes, il y aura deux maîtres dans la salle de cours. Dans le Doubs, cette mesure nécessite la mise à disposition de 19 classes de Cp supplémentaire. 

  • Pour le REP+ Diderot à Besançon, cinq écoles sont concernées : les écoles Bourgogne, Dürer, Champagne, Île-de-France et Fourier.
  • Trois pour le REP+ Lou Blazer à Montbéliard : les écoles Côteau-Jouvent, Petit- Chênois et André Boulloche.
  • Une pour le REP+ Anatole France à Bethoncourt : l’école Nelson Mandela.
  • Dans le Territoire de Belfort : une seule école est concernée, l’école Louis Pergaud (14 classes + 1 ULIS).

Le dédoublement des classes de CP et CE1 en REP et REP+ s’étalera sur trois ans, jusqu’en 2019, soit un an de plus que prévu.

Pour mettre en oeuvre la mesure, le gouvernement puisera dans le vivier des enseignants du dispositif « Plus de maîtres que de classes », qui consiste à affecter un enseignant supplémentaire dans une école (avoir un professeur en plus dans une école).: un tiers de ces effectifs ont été redéployés.

Mais le premier syndicat des enseignants en école primaire, le SNUipp-FSU, s’étonne de la réduction de ce dispositif, qui « allait être évalué en 2019 ». Le syndicat a d’ailleurs lancé lundi « un avertissement » au ministre, estimant que « la confiance » a déjà été « entachée ». Toutefois, de nombreux enseignants pensent que le nouveau dispositif leur permettra d’appliquer une pédagogie adaptée aux besoins de chacun. 

Rythmes scolaires : 4 jours ou 4,5 jours ?

La nouveauté de la rentrée, c’est aussi, pour un tiers des écoles primaires, un retour à la semaine de quatre jours, revenant ainsi sur les quatre jours et demi instaurés sous François Hollande. Il ne s’agit pas d’un « retour en arrière, mais d’une nouvelle étape », a assuré Jean-Michel Blanquer. Une concertation pour revoir plus largement le rythme journalier, le calendrier scolaire et la durée des vacances sera bientôt ouverte. 

La situation est très contrastée en Franche-Comté

  • Dans le Doubs : 27,6 % des écoles (soit 126), représentant 26,3 % des élèves, sont autorisées à passer aux 4 jours pour la rentrée 2017.
  • Dans le Jura : 5,15 % des communes, pour l’essentiel des petites et moyennes communes, représentant 4,63 % des élèves, sont autorisées à passer aux 4 jours pour la rentrée 2017. 94,85 % des communes conservent une organisation à 4,5 jours. 
  • En Haute-Saône : 46,88 % des écoles, pour l’essentiel rurales, représentant 43,75 % des élèves, sont autorisées à fonctionner sur la base de quatre jours.
  • Dans le Territoire de Belfort : dix-sept écoles dans quatorze communes, représentant 7,4 % des élèves, sont autorisées à fonctionner sur la base de 4 jours. 83,5 % des communes conservent une organisation à 4,5 jours.

La liste des communes du Doubs, du Jura, de la Haute-Saône et du Territoire de Belfort ayant obtenu l’organisation de la semaine scolaire sur quatre jours à la rentrée 2017 peut être consultée sur le site académique

 « Les libertés qui ont été données aux communes ont engendré de la désorganisation », assure Liliana Moyano, la présidente de la FCPE, première fédération de parents d’élèves, qui regrette « un manque de concertations ». « Dans de nombreux cas, les parents ont été mis devant le fait accompli », regrette Mme Moyano, qui redoute que des familles découvrent à la rentrée seulement les difficultés que pourraient engendrer ces nouveaux changements. 

« Priorité » budgétaire

Alors que les ministères sont appelés à réduire leurs dépenses, il se félicite que l’éducation soit, avec la défense, une « priorité » budgétaire. Le prochain budget de l’Éducation nationale devrait « dépasser les 70 milliards d’euros » contre un peu moins de 69 milliards en 2017, versement des retraites compris.

Parmi les sujets qui fâchent: la baisse des emplois aidés auxquels l’Éducation nationale a largement recours. Le ministre de l’Éducation a confirmé que les 50.000 emplois conservés seront consacrés à l’accompagnement des élèves en situation de handicap. Les 23.000 supprimés étaient dédiés notamment à l’assistance des directeurs d’école.

Collège  : Les options bilangues- « Devoirs faits »

Au niveau du collège, les établissements peuvent rétablir les options de langues anciennes.  

Le dispositif « devoirs faits », qui permettra aux collégiens de faire leurs devoirs dans le cadre de l’établissement, sera mis en place après les vacances de la Toussaint.

Voie professionnelle

La voie professionnelle (CAP, bacs pro) est une priorité. Une réforme des CAP et une meilleure articulation avec l’apprentissage sont envisagés.

En Franche-Comté, 33.4% des élèves de terminale sont en Bac Pro contre 28,8% pour la moyenne nationale.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

« La boussole des jeunes » : un site internet pour les 16 à 30 ans…

« La boussole des jeunes » : un site internet pour les 16 à 30 ans…

Plus de 80 offres centrées sur l'emploi et l'insertion du bassin Grand Besançon sont disponibles depuis le 15 octobre 2019 sur le site internet de la Boussole des jeunes :    https://boussole.jeunes.gouv.fr/. 18 partenaires participent à cette action (Région, Département, CAF, Rectorat, CIRFA, MFR…)

Voile : Édouard Philippe ne souhaite pas de loi sur les accompagnants scolaires

Voile : Édouard Philippe ne souhaite pas de loi sur les accompagnants scolaires

En prenant à partie une mère voilée accompagnatrice d'une sortie solaire, le conseiller régional RN Julien Odoul a relancé vendredi dernier à Dijon la polémique sur le voile islamique lors d'une séance du conseil régional Bourgogne Franche-Comté. Après les réactions au plus haut niveau de l'État, notamment du ministre de l'Éducation nationale, le Premier ministre Edouard Philippe a semblé vouloir clore le débat en déclarant ne pas vouloir de nouvelle loi sur les accompagnants scolaires.

Visite de Jean-Michel Blanquer dans le Doubs

Visite de Jean-Michel Blanquer dans le Doubs

Le ministre de l'Éducation nationale est en visite dans le Doubs lundi 7 octobre 2019. Il s'est rendu à l'école primaire Bourgogne dans le quartier Planoise de Besançon à 9h30. Après un accueil en musique, il devrait échanger autour d'une table ronde avec les enseignants sur le dédoublement des classes de CP et CE1 et l’école inclusive.

Un rassemblement en hommage à Christine Renon, la directrice d’école qui a mis fin à ses jours en septembre dernier

Un rassemblement en hommage à Christine Renon, la directrice d’école qui a mis fin à ses jours en septembre dernier

Les SNUipp-FSu du Doubs rejoint par le SE-UNSA et Sud éducation appellent les enseignant.es du premier degré à la grève et à se rassembler jeudi 3 octobre 2019 à Besançon, Montbéliard et Pontarlier pour rendre hommage à Christine Renon, une directrice d'école à Pantin (Seine-Saint-Denis) qui a mis fin à ses jours le 21 septembre dernier.

Besançon, 19e au classement des villes étudiantes

Besançon, 19e au classement des villes étudiantes

Cadre de vie, offre de formations, coût du logement, transport, accueil des étudiants : le Magazine l'Étudiant vient de dévoiler son classement 2019-2020 de 44 villes étudiantes en France sur la base de 16 indicateurs regroupés en cinq critères :  attractivité, formation, vie étudiante, cadre de vie et emploi. En 19e position, Besançon grimpe de deux places au classement.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.3
légère pluie
le 18/10 à 6h00
Vent
3.84 m/s
Pression
1013.04 hPa
Humidité
95 %

Sondage