Retraites : l’Union syndicale Solidaires appelle à multiplier les grèves, blocages et manifestations

Publié le 24/03/2023 - 17:04
Mis à jour le 24/03/2023 - 17:11

Dans un communiqué, l’Union syndicale Solidaires ne s’avoue pas vaincue et appelle à « démultiplier les actions » et rejoindre les cortèges lors de la prochaine mobilisation du 23 mars. 

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

"Tout va bien, Macron valide et renforce sa méthode et son programme comme si de rien n’était : “on va continuer d’avancer à marche forcée”. En ressortant les arguments de janvier et nous faisant à nouveau le coup de la “nécessité” d’une réforme retraite, à laquelle personne ne croit, le président montre qu’il vit dans une bulle de mépris. Du retrait de la loi retraite brutale, injuste et injustifiée, il n’est pas question.

Au contraire, il met son pied sur l’accélérateur sur sa politique ultra-libérale, et entend notamment avec la réforme sur le RSA (soumis à pressions et condition) puis nous a fait une liste à rallonge pour noyer le poisson. Nous le voyons, le pouvoir est fébrile : la mobilisation l’oblige à parler salaires et travail. Mais agiter un hochet devant le mouvement social ne nous fera pas perdre de vue que nous n’aurons rien sans mobilisation.

Il a eu le toupet de dire que les syndicats refusent toute réforme et qu’il y a une volonté de s’abstraire de la réalité. Puisqu’il le faut, voici la réalité :

  • une grande majorité de la population et une ultra majorité des travailleuses et des travailleurs rejettent la loi retraite, l’exécutif est minoritaire partout,
  • une énorme mobilisation sociale depuis des mois avec des millions de participant.es sous l’impulsion d’une intersyndicale unie et soudée.
  • la multiplication, et encore plus depuis le 49.3, des débrayages, des grèves, des actions de blocage de l’économie, avec un soutien massif de la population,
  • une répression policière d’une violence inouïe qui rappelle les violences policières subies dans les quartiers populaires, contre les syndicalistes depuis la loi travail ou contre les gilets jaunes.

Le président Macron prend une grave responsabilité : non seulement il abîme notre démocratie, non seulement il fait le choix de la violence contre le mouvement social mais en plus, en refusant de voir la réalité sociale, il ouvre les portes à l’extrême droite.

L’Union syndicale Solidaires condamne cette fuite en avant. Nous appelons - avec l’intersyndicale - l’ensemble des travailleuses et travailleurs, y compris en formation, privé.es d’emploi ou retraité.es, à rejoindre les cortèges du 23 mars. Nous condamnons les réquisitions qui sont des attaques au droit de grève.

Nous appelons à démultiplier les actions de blocage et renforcer les grèves.

Toutes et tous ensemble, nous allons gagner pour nos retraites et imposer un autre partage des richesses pour répondre aux urgences sociales et écologiques".

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Retraites 2023

Retraites : 3.000 manifestants (CGT) pour la 14e journée de mobilisation à Besançon

Sursaut de mobilisation ou épilogue de la contestation ? Les syndicats ont appelé ce mardi 6 juin 2023 à une quatorzième journée d'action contre la réforme des retraites, deux jours avant l'examen au Parlement d'une proposition de loi visant à abroger la réforme. À Besançon, le coup d’envoi de la mobilisation a été donné sur le parking Battant dès 14h pour une déambulation dans les rues de Besançon.

Retraites : pourquoi l’intersyndicale prévoit une journée de grève le 6 juin ?

Depuis le 1er mai dernier, les manifestations et journées de grève contre la réforme des retraites sont inexistantes laissant la place à d’autres mobilisations, notamment à Besançon. Alors pourquoi l’intersyndicale a-t-elle choisi le 6 juin pour sa 14e journée de mobilisation contre la réforme des retraites ?

1er mai : le programme des manifestations en Bourgogne Franche-Comté

Sur fond de grogne sociale dû à la réforme des retraites et l’inflation actuelle, la mobilisation de ce lundi 1er mai 2023 devrait atteindre des records. L’intersyndicale a appelé "l’ensemble des travailleuses et travailleurs, des jeunes et retraités à faire du 1er mai 2023 une journée de mobilisation exceptionnelle et populaire contre la réforme des retraites et pour la justice sociale". Voici le programme en Bourgogne Franche-Comté.

Social

Musée d’Arts et du Temps : “Nous sommes inquiets pour la santé des agents” (intersyndicale)

Emmanuelle Monnin pour le syndicat Sud CT 25, accompagnée de Sophie Caron, pour Force ouvrière a indiqué "être inquiète" pour les agents, notamment suite à des problèmes de management de la part de Laurence Madeline, la directrice des musées d’arts et du Temps. L’intersyndicale lance également un appel à la maire de Besançon…

Mineurs isolés étrangers : Sol Mi Ré alerte sur la non-scolarisation de plus d’une soixantaine de jeunes à Besançon

Lors d’une conférence de presse le 10 avril 2024 devant l’inspection académique du Doubs à Besançon, le Collectif Solmiré a alerté sur la situation ”de plusieurs dizaines de jeunes non-pris en charge comme mineurs et non-scolarisés à ce jour” par l'Académie de Besançon.

Une manifestation contre la répression des free party à Besançon

Suite à une initiative nationale lancée par le compte Instagram ”Tekno anti-répression”, le collectif Franche-Comtek appelle à manifester dans les rues de Besançon samedi 13 avril 2024. Objectif : protester contre ”la politique répressive que mène l’Etat à l’encontre des free party depuis plus de 30 ans et plus particulièrement ces cinq dernières années.”

Problèmes de management au musée des Beaux-arts ? Les syndicats en grève le 12 avril

Mise à jour • Les syndicats Sud-Solidaires et FO organisent une manifestation vendredi 12 avril 2024 à 10h00 devant le musée des Beaux-Arts de Besançon afin de dénoncer des "dysfonctionnements liés au management" de la nouvelle directrice des Musées d’arts et du temps. Pour rappel, Laurence Madeline est en poste depuis un an.

Besançon : les professionnels du secteur social et médico-social dans la rue

Les personnels du DAHIS (dispositif d'accueil, d'hébergement et d’insertion sociale) de l'AHS FC (association d’hygiène sociale), qui regroupe les CADA (centre d'accueil des demandeurs d’asile) mais aussi les dispositifs mineurs non accompagnés, se sont réunies à 13h00 au 16 rue Gambetta à Besançon devant le siège du DAHIS. Ils ont ensuite rejoint la mobilisation intersyndicale à l’esplanade des droits de l’homme. Le cortège s’est rendu devant la préfecture afin de transmettre une pétition aux autorités. Cette dernière a recueilli 900 signatures, nous indique la CGT.

“Stop à la maltraitance sociale !” : l’intersyndicale appelle à la mobilisation jeudi à Besançon 

Dans le cadre d’un appel national à la grève jeudi 4 avril 2024, l’intersyndicale (CGT, FO et SUD) sera mobilisée à partir de 13h00 rue Gambetta à Besançon aux côtés du centre d'accueil demandeurs d’asile. Le cortège retrouvera à 14h00 les autres manifestants à l’esplanade des droits de l’Homme.

Réforme du “choc des savoirs” : le Snes-FSU dénonce un “tri social” des élèves

Les syndicats Snes-Fsu et Sud Éducation, accompagnés de quelques enseignants, se sont mobilisés mardi 2 avril 2024 devant le rectorat de Besançon afin de s’opposer à la réforme du "choc des savoirs" annoncée par Gabriel Attal lorsqu’il était ministre de l’Éducation nationale.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 9.32
légère pluie
le 18/04 à 15h00
Vent
2.79 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
68 %