Rodéos urbains à Besançon : quels sont les moyens de la police ?

Publié le 01/07/2021 - 18:40
Mis à jour le 01/07/2021 - 17:04

Avec l’arrivée des beaux jours, de nombreux riverains ont été témoins des rodéos urbains sur différents quartiers de la Ville de Besançon (notamment Clairs-Soleils et Planoise). Quels sont les moyens de la police ? Y a-t-il assez de caméras de vidéoprotection ? Nous avons posé à la question à Yves Cellier, patron de la police du Doubs…

© D. Poirier ©
© D. Poirier ©

Le sujet revient régulièrement sur la table à Besançon et notamment lors des conseils municipaux. Qualifiés de "fléau" par l’opposition, ils sont un problème pris à bras-le-corps par les forces de l’ordre. Le patron de la police du Doubs estime que s’il est toujours possible d’améliorer le dispositif, la couverture de villa le de Besançon en vidéo-protection reste, selon lui, "très satisfaisante"

maCommune.info : L’arrivée de l’été a-t-elle aggravé les rodéos urbains ?

Yves Cellier :  "Avec l’été, il n’y a pas forcément une intensification des rodéos urbains, mais il est vrai que nous avons un plus de réquisitions sur ce sujet. Par contre, il y a une intensification de notre travail. Plusieurs infractions sont visées au titre des rodéos urbains. Il y a l’infraction autonome avec des circonstances plus ou moins aggravantes mais aussi le refus d’obtempérer, la conduite dangereuse et la mis en danger de la vie d’autrui…"

mC : Quel dispositif est mis en place à Besançon ?

Yves Cellier : "Nous avons de motards qui sont déployés sur le territoire. Cela permet d’avoir du renseignement judiciaire et de permettre l’interpellation des auteurs lorsque les conditions de sécurité sont réunies.

La prise en flagrant délit est compliquée, car il ne faut pas mettre en danger la vie des tiers, des policiers et des personnes impliquées dans l’infraction. Nous avons également une "cellule rodéo" à Besançon. Elle recherche les informations qui permettent ensuite de réunir les éléments de l’infraction et aussi de tenter d’identifier les auteurs. Elle est composée d’un agent dédié à cette mission et de quatre autres personnes pouvant être sollicités en complément.

mC : G. Darmanin a demandé d’identifier les lieux de stockage et de saisir les deux-roues et quads pouvant servir à commettre les rodéos. Cela change quoi ? 

Yves Cellier : "C’est quelques chose que l’on faisait déjà, mais l’idée est de participer à l’intensification de ces recherches. Il s’agit ici d’être autorisé à consacrer davantage de moyens sur ces infractions et donc de reprioriser notre action".

mC : Cette équipe est-elle sollicitée au détriment d’une autre mission ?

Yves Cellier : "La chance que l’on a, c’est de pouvoir retirer une partie de nos effectifs sur la lutte contre l’insécurité routière traditionnelle (contrôle de vitesse sur un axe passant par exemple) pour concentrer nos efforts sur les rodéos urbains".

mC : Des élus du conseil municipal proposent deux solutions : le signalement et plus de caméras de vidéoprotection. Qu’en pensez-vous ?

Yves Cellier : "Oui, les citoyens peuvent nous signaler les rodéos urbains. Concernant la deuxième solution, nous avons déjà un réseau de maillage territorial de vidéoprotection tout à fait convenable. 

En comparaison avec d’autres agglomérations que j’ai pu côtoyer, le réseau déployé à Besançon n'a rien à voir. Il est déjà très satisfaisant. Même si quelques trous mériteraient d’être comblés, on ne part pas de zéro. Même s’il peut toujours être amélioré, l’outil correspond aux nécessités de lutte contre la délinquance du quotidien".

mC : Menez-vous des actions avec la police municipale contre ce phénomène ? Peuvent-ils intervenir directement ?

Yves Cellier : "Nous mettons des contrôles routiers en commun avec les effectifs dédiés de la police municipale, nous nous coordonnons notamment sur le quartier de Planoise afin d’améliorer l’efficacité de la couverture des interventions. Si un policier municipal est confronté à un rodéo urbain, il doit agir si les mesures de sécurité sont réunies".

mC : Que risque un mineur qui s’adonne aux rodéos urbains ?

Yves Cellier : "Un an d’emprisonnement et 15.000 € d’amendes avec confiscation du véhicule". 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Réduire ses déchets : et si on passait à l’action en Bourgogne Franche-Comté ?

PUBLI-INFO • La Bourgogne Franche-Comté regorge d’initiatives citoyennes inspirantes... C’est ce que révèle une web-série portée et conçue conjointement par sept structures locales* dont le SYBERT qui œuvrent pour la gestion des déchets. L’objectif de cette démarche est d’amener le public à se questionner sur ses pratiques et de proposer des solutions concrètes pour adopter des comportements plus vertueux.

Découvrez le nouveau projet des Vaites de la Ville de Besançon

La maire EELV de Besançon a présenté le nouveau projet des Vaites qui sera soumis au vote du conseil municipal le 30 septembre. Alors que le dossier suit son cours sur le plan judiciaire, la nouvelle version de l'écoquartier a été revue à la baisse avec près de 600 logements au lieu des 1.150 prévus, soit une emprise de 11,5 ha urbanisés contre 16,4 ha à l'origine du projet.

Agressions de soignants qui vaccinent : des maires de Bourgogne Franche-Comté signent une tribune dans Le Monde

Depuis l'ouverture de la vaccination au grand public en France, des agressions ont été signalées à l'encontre de médecins, pharmaciens et soignants dans plusieurs villes de l'Hexagone. Face à ces attaques, 466 maires, directeurs d'hôpitaux et professeurs de médecine, dont de Bourgogne Franche-Comté, ont signé une tribune parue dans Le Monde le 13 septembre dernier, appelant à "un sursaut républicain".

Un chercheur franc-comtois reçoit un financement du MIT pour savoir comment reconstruire une nouvelle ville durable

VIDEO • Né à Devecey, historien de profession et directeur de recherche au CNRS à l'université de Franche-Comté au laboratoire Chrono-environnement depuis 2018, Emmanuel Garnier a reçu un financement en juin 2021 de 30.000€ du Harvard - MIT pour son projet sur le climat de demain intitulé "Paris facing the climatic crises of the little ice age 15th-19th centuries". Objectif : savoir comment reconstruire une nouvelle ville durable…

Promotion des saucisses de Morteau et de Montbéliard : une nouvelle directrice et un nouveau président pour l’association A2M

L'Association représentative de la filière saucisse de Morteau IGP et saucisse de Montbéliard IGP négocie une transition en douceur, avec l'arrivée à sa tête de Jean-François Nicolet, recevant son siège de président des mains de Michel Delacroix, qui l'occupait depuis plus de vingt ans. Dans le même temps la direction de l'association est elle aussi en mouvement ; Claire Le Grand succède à Romaric Cussenot, en partance pour la Chambre interdépartementale d'agriculture, apprend-on ce lundi 13 septembre.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 18.8
peu nuageux
le 21/09 à 12h00
Vent
4.26 m/s
Pression
1025 hPa
Humidité
100 %

Sondage