Rodéos urbains à Besançon : quels sont les moyens de la police ?

Publié le 01/07/2021 - 18:40
Mis à jour le 01/07/2021 - 17:04

Avec l’arrivée des beaux jours, de nombreux riverains ont été témoins des rodéos urbains sur différents quartiers de la Ville de Besançon (notamment Clairs-Soleils et Planoise). Quels sont les moyens de la police ? Y a-t-il assez de caméras de vidéoprotection ? Nous avons posé à la question à Yves Cellier, patron de la police du Doubs…

 © D Poirier
© D Poirier

Le sujet revient régulièrement sur la table à Besançon et notamment lors des conseils municipaux. Qualifiés de "fléau" par l’opposition, ils sont un problème pris à bras-le-corps par les forces de l’ordre. Le patron de la police du Doubs estime que s’il est toujours possible d’améliorer le dispositif, la couverture de villa le de Besançon en vidéo-protection reste, selon lui, "très satisfaisante"

maCommune.info : L’arrivée de l’été a-t-elle aggravé les rodéos urbains ?

Yves Cellier :  "Avec l’été, il n’y a pas forcément une intensification des rodéos urbains, mais il est vrai que nous avons un plus de réquisitions sur ce sujet. Par contre, il y a une intensification de notre travail. Plusieurs infractions sont visées au titre des rodéos urbains. Il y a l’infraction autonome avec des circonstances plus ou moins aggravantes mais aussi le refus d’obtempérer, la conduite dangereuse et la mis en danger de la vie d’autrui…"

mC : Quel dispositif est mis en place à Besançon ?

Yves Cellier : "Nous avons de motards qui sont déployés sur le territoire. Cela permet d’avoir du renseignement judiciaire et de permettre l’interpellation des auteurs lorsque les conditions de sécurité sont réunies.

La prise en flagrant délit est compliquée, car il ne faut pas mettre en danger la vie des tiers, des policiers et des personnes impliquées dans l’infraction. Nous avons également une "cellule rodéo" à Besançon. Elle recherche les informations qui permettent ensuite de réunir les éléments de l’infraction et aussi de tenter d’identifier les auteurs. Elle est composée d’un agent dédié à cette mission et de quatre autres personnes pouvant être sollicités en complément.

mC : G. Darmanin a demandé d’identifier les lieux de stockage et de saisir les deux-roues et quads pouvant servir à commettre les rodéos. Cela change quoi ? 

Yves Cellier : "C’est quelques chose que l’on faisait déjà, mais l’idée est de participer à l’intensification de ces recherches. Il s’agit ici d’être autorisé à consacrer davantage de moyens sur ces infractions et donc de reprioriser notre action".

mC : Cette équipe est-elle sollicitée au détriment d’une autre mission ?

Yves Cellier : "La chance que l’on a, c’est de pouvoir retirer une partie de nos effectifs sur la lutte contre l’insécurité routière traditionnelle (contrôle de vitesse sur un axe passant par exemple) pour concentrer nos efforts sur les rodéos urbains".

mC : Des élus du conseil municipal proposent deux solutions : le signalement et plus de caméras de vidéoprotection. Qu’en pensez-vous ?

Yves Cellier : "Oui, les citoyens peuvent nous signaler les rodéos urbains. Concernant la deuxième solution, nous avons déjà un réseau de maillage territorial de vidéoprotection tout à fait convenable. 

En comparaison avec d’autres agglomérations que j’ai pu côtoyer, le réseau déployé à Besançon n'a rien à voir. Il est déjà très satisfaisant. Même si quelques trous mériteraient d’être comblés, on ne part pas de zéro. Même s’il peut toujours être amélioré, l’outil correspond aux nécessités de lutte contre la délinquance du quotidien".

mC : Menez-vous des actions avec la police municipale contre ce phénomène ? Peuvent-ils intervenir directement ?

Yves Cellier : "Nous mettons des contrôles routiers en commun avec les effectifs dédiés de la police municipale, nous nous coordonnons notamment sur le quartier de Planoise afin d’améliorer l’efficacité de la couverture des interventions. Si un policier municipal est confronté à un rodéo urbain, il doit agir si les mesures de sécurité sont réunies".

mC : Que risque un mineur qui s’adonne aux rodéos urbains ?

Yves Cellier : "Un an d’emprisonnement et 15.000 € d’amendes avec confiscation du véhicule". 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Canicule : les déchetteries du Sybert adaptent leurs horaires d’ouverture

Les épisodes de fortes chaleurs se multiplient. Pour le confort des usagers et la sécurité de son personnel, le Sybert informe qu'il adaptera les horaires d’ouverture des déchetteries en fonction des alertes Météo France liées aux épisodes caniculaires. Ce sera la cas ce mercredi 3 et jeudi 4 août 2022. 

Don du sang : l’EFS appelle la population à se mobiliser, une « urgence vitale »

L’EFS publie pour la seconde fois de son histoire, et ce à moins de 6 mois d’intervalle, un bulletin d’urgence vitale. Le niveau des réserves de sang de la France est historiquement bas, une situation critique qui pourrait se révéler dangereuse à court terme pour soigner les patients, selon un communiqué fin juin dernier.

Dernière ligne droite du programme « Plantons des haies ! » en Bourgogne Franche-Comté 

"Plantons des haies !", programme du plan France Relance engagé par l’État, entre dans sa dernière ligne droite cet été 2022. Ce programme du gouvernement soutient financièrement et administrativement les plantations en terres agricoles depuis juillet 2021. Les structures d’appui retenues pour faire partie du programme accompagnent techniquement les bénéficiaires dans la plantation des haies et d’arbres en intraparcellaires.

Bouchons sur l’autoroute des vacances : comment occuper les enfants dans la voiture ?

Bison Futé annoncé un samedi 30 juillet « noir » sur les routes en raison du fameux chassé-croisé entre les juilletistes et les aoûtiens. Il va falloir s’armer de patience dans les bouchons, ce qui n’est loin d’être facile… surtout quand on a des enfants à l’arrière impatients. Voici quelques conseils pour les occuper.

Protoxyde d’azote à Besançon : près de 1.500 cartouches retrouvées sur la voie publique en 7 mois 

Le protoxyde d’azote, mieux connu sous les noms de « gaz hilarant », « proto » ou « ballon », est de plus en plus consommé par les jeunes affirme la Ville de Besançon dans un communiqué ce jeudi. Entre janvier et juillet 2022, 1.460 cartouches ont été collectées par les services de nettoyage.

Besançon : souffrant d’un cancer, un artiste intermittent du spectacle se retrouve dans une faille juridique, sans aucun revenu

Stéphane M., un Bisontin de 47 ans, père de famille, artiste musicien au régime de l’intermittence du spectacle, vit depuis le mois d’avril dernier avec 0€ de revenu. En octobre 2021, les médecins lui diagnostiquent un cancer ce qui l’empêche d’exercer sa profession. Suite aux mesures sanitaires contre la Covid-19, une faille juridique ne lui permet plus de bénéficier d’indemnité. Nous l’avons rencontré dans sa chambre d’hôpital à Besançon mardi 26 juillet.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 20.97
légère pluie
le 14/08 à 9h00
Vent
4.92 m/s
Pression
1009 hPa
Humidité
52 %

Sondage