Alerte Témoin

Sécu des frontaliers : nouvelle opération "escargot" dans le Jura, sur la route des Rousses

Publié le 22/02/2014 - 17:53
Mis à jour le 22/02/2014 - 17:55

A bord d’une cinquantaine de véhicules, une centaine de personnes, selon la gendarmerie, ont mené ce samedi 22 février 2014 dans le Haut-Jura une nouvelle "opération escargot", pour réclamer le maintien du droit des frontaliers travaillant en Suisse à choisir une assurance privée pour leur couverture maladie. Celle-ci s’est déroulé pendant deux heures sur la route reliant Saint-Laurent-en-Grandvaux à la station des Rousses, tout près de la frontière helvétique.

« pas vache à lait »

L'un des véhicules arborait une banderole proclamant "Frontalier, pas vache à lait", a dit Raphaël Borne, du groupe "Frontaliers et Citoyens, soyons Solidaires", qui organisait la manifestation avec l'Amicale des frontaliers.
 
Une opération escargot similaire avait eu lieu le 25 janvier près de la frontière suisse à Pontarlier et Morteau (Doubs). Le 1er février, 11.000 personnes avaient manifesté pour les mêmes raisons à la frontière franco-suisse à Saint-Louis (Haut-Rhin), soit un peu plus d'un tiers des 30.000 salariés alsaciens en Suisse.
 
Les frontaliers en colère, résidant en France et travaillant en Suisse, réclament le maintien de leur "droit d'option"  pour couvrir leur frais de santé: depuis plus d'un demi-siècle, ils peuvent choisir entre le système suisse, l'assurance maladie française et une assurance privée. A partir du 1er juin 2014, ceux qui auront choisi d'être assurés en France ne pourront le faire qu'à travers la Sécurité sociale. En effet, les  salariés frontaliers devront s'affilier à la Sécurité sociale à l'échéance de leur contrat d'assurance privée, au plus tard le 1er juin 2015, selon un taux de 6 % prélevé sur leur revenu fiscal. Ce taux sera ensuite porté à 8% en 2016. Les nouveaux frontaliers ne pourront plus souscrire d'assurance privée. Ils auront toutefois le choix entre les assurances-maladie française et suisse.
 
Sur les quelque 169.000 personnes résidant en France et travaillant en Suisse, 90 % d'entre eux optent pour une assurance privée, plus sélective mais souvent moins onéreuse.
 
(source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Social

Visiter les musées de Besançon ... par téléphone

Les musées du Centre à Besançon tentent, depuis début avril 2020, d'adoucir le quotidien des personnes les plus fragiles et en situation d'isolement dans le cadre du confinement. Comment ? En proposant à ces publics un nouveau type de médiation culturelle : des visites par téléphone. Explications.

Des aides alimentaires et distributions de masques pour les plus vulnérables

Dans le cadre du plan d'urgence pour l'aide alimentaire, Joël Mathurin, préfet du Doubs, s'est rendu ce 20 mai 2020 au Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS) Le Roseau, géré par l’ADDSEA, dans le cadre de la mise en œuvre de l’aide alimentaire et de la distribution de masques aux  personnes en situation de précarité.

Action « casserolade » des Blouses Blanches à Besançon

Dans le cadre des actions nationales des “Jeudis de la colère“ les différents collectifs de Blouses Blanches du secteur (CIU, CIH, collectif Blues Blanches, Printemps de la Psy), soutenus par SUD Santé, organisent ce jeudi 28 mai 2020 à 14 heures sur le parvis du CHRU Jean Minjoz, une action “Casserolade“ intitulée “Je#dis ma colère“.

Les Gilets Jaunes de retour à Besançon

Ils sont toujours là et ils l'ont à nouveau chanté. Moins d'une semaine après le déconfinement, les Gilets Jaunes ont décidé de poursuivre leur mobilisation ce matin à Chalezeule et en début d'après-midi eu centre-ville de Besançon en soutien aux "premiers de corvée"
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.66
légère pluie
le 07/06 à 9h00
Vent
3.18 m/s
Pression
1008 hPa
Humidité
90 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune