Sexe in the City : Besançon capitale du plaisir ?

Publié le 13/03/2009 - 09:40
Mis à jour le 13/03/2009 - 09:40

Alors que le plus grand salon érotique du Grand Est s’apprête à ouvrir ses portes dans la capitale comtoise, nous avons voulu savoir si l’engouement pour le sexe à Besançon était réel ou pas.

Alors Besançon capitale du plaisir, mythe ou réalité ? Éléments de réponse avec ces quelques témoignages.




« A l’heure actuelle, les gens se serrent la ceinture sur beaucoup de dépenses. Or, nous avons remarqué que beaucoup d’entres eux continuaient à privilégier la culture, les loisirs. Ce que nous proposons avec notre salon, c’est une alternative de divertissement. »  C’est  selon Jean Luc Clergue, l’un des organisateurs du salon de l’érotisme, l’une des raisons qui explique le succès croissant de ce salon à Besançon. Salon qui est d'ailleurs présenté, avec celui de Mulhouse, comme le plus grand de France.

L’autre clé de ce succès, n’est pas à chercher du côté des mœurs bisontins qui seraient plus libérés que ceux des autres villes. De l’aveu même de l’organisateur la raison est plus simple : « Nous éditons un magazine libertin « club est », diffusé à près de 40 000 exemplaires dans le Grand Est, ce qui nous permet de toucher une large population. D’ailleurs, 40% des visiteurs ne proviennent pas du Doubs… »

Faut-il en conclure pour autant que nous serions plus « coincés » sur le sexe que nos voisins ? 

Ce n’est pas tout à fait l’avis de Julie, une « ambassadrice du plaisir » comme elle aime qu’on la définisse. Son métier ? Vendre des sexe-toys en réunions, comme on vend des boites en plastique...
« J’ai l’impression que les gens se libèrent tout doucement, ils commencent à voir la sexualité d’un autre œil, tout simplement car la sexualité fait partie de la vie ». Le panier moyen des clientes de Julie est de 45 €. Un chiffre qui ne cesse d’augmenter. Faut-il y voir encore ici le signe d’une sexualité décomplexée?

C’est en tout cas le sentiment de Greg, vendeur « Au Doubs Plaisir », le plus vieux sex-shop de Besançon. Ouvert depuis déjà 30 ans, la boutique est presque « une institution » pour les Bisontins.

«Depuis 2 ans, nous avons vu notre clientèle augmenter de façon significative. L’émergence d’internet est l’un des facteurs qui explique l’évolution des mentalités. Vous remarquerez qu’il y a certaines publicités qui passent à la TV qu’il aurait été impossible de voir il y a encore quelques années ».

A la question trouvez vous que les Bisontins sont «open», Greg répond par l’affirmative : « Les gens ici sont plutôt ouverts par rapport à d’autres régions où j’ai pu travailler. On ne prétend pas pouvoir rivaliser avec les régions du sud où l’on parle de sexe sans tabou, mais on est satisfaits ».

Et il est vrai qu’avec ses 4 sex-shops et ses quelques clubs libertins, le Grand Besançon semble plutôt bien équipé pour assouvir les fantasmes de ses 180 000 habitants…

Une chose est sûre, avec près de 20 000 visiteurs en 2008, qu’il soit réellement ou pas le plus grand salon érotique de France, Microplis devrait une fois de plus faire le plein de fréquentation ce week-end… dans une ambiance chaude....à 28 ° !

Salon de l'érotisme à Micropolis
Les 13, 14 et 15 mars
Entrée 25€

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Hacking Health 2020 à Besançon : 13 défis, 13 solutions

Malgré le contexte, et grâce au respect d’un protocole sanitaire exigeant, la 4e édition du Hacking Health de Besançon a réuni le week-end dernier un peu plus de 200 participants à l’UFR Santé. Les 13 équipes, rassemblées autour de leurs porteurs de défis, sont toutes parvenues à des solutions. Elles ont su tirer le meilleur des ressources mises à leur disposition : profusion de matière grise, variété des compétences chez les participants comme les coaches, imprimantes 3D et capteurs électroniques du fablab... 

Covid-19 : quelles nouvelles mesures dans le Doubs à partir de ce samedi 24 octobre ?

Au vu de la dégradation du contexte sanitaire et comme suite à la promulgation d’un nouveau décret du Premier ministre, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a pris ce samedi 24 octobre 2020 un nouvel arrêté fixant des mesures complémentaires à celles déjà en vigueur dans le département afin de lutter contre l’épidémie de Covid-19.

Mois sans tabac 2020 en Bourgogne Franche-Comté : pas de stand de sensibilisation, mais une campagne virtuelle

Cette année, le contexte de l'épidémie de Covid-19 ne permet pas à l'association Tab'agir d'installer des stands de sensibilisation au tabac dans le cadre de Mois dans tabac. En revanche, l'opération pourra se dérouler sur internet durant le mois de novembre 2020 en Bourgogne Franche-Comté.

Etat d’urgence sanitaire et couvre-feu dans le Jura : ce qui est autorisé et ce qui est interdit

Lors du conseil de défense et de sécurité nationale du 21 octobre 2020, le président de la République a décidé le passage en état d’urgence renforcé de 38 départements, dont les taux d’incidence du covid-19 sont supérieurs à 150 pour 100 000 habitants. Le Jura figure parmi ces départements, comme le ministre de la santé en a fait l’annonce le lendemain.

Fraude à la carte bancaire et crise sanitaire : les consommateurs font toujours plus les frais de fraudes

Alors que les paiements par carte bancaire "sans contact" et par internet se sont imposés avec la crise sanitaire comme des mesures barrières pour freiner la progression de la Covid-19, l’UFC-Que Choisir rend publique une enquête exclusive qui montre que 30 % des fraudes ne sont pas remboursées par les banques. En conséquence, et devant le risque accru d’escroqueries, l’association saisit les pouvoirs publics pour obtenir enfin le plein respect des droits des consommateurs, apprend-on dans un communiqué du 22 octobre 2020.

Le groupe RN demande à Marie-Guite Dufay de donner le nom de Samuel Paty à l’un des lycées de Bourgogne Franche-Comté

Dans une lettre du 22 octobre 2020, Julien Odoul, président du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté demande à la présidente de région de donner le nom de Samuel Paty à l'un des 129 lycées de la région et l'organisation d'une exposition des caricatures de Charlie Hebdo à Dijon.  

Rassemblements familiaux : « À défaut de les interdire, il est clair qu’il faut les limiter » (Pr Limat, CHU de Besançon)

La deuxième vague de l'épidémie de Covid-19 est prévue dans deux à trois semaines dans le Département du Doubs comme au niveau national. Pendant cette période, les cartes sont entre les mains de la population pour éviter que les hôpitaux soient subermergés. Pour le Professeur Samuel Limat, président de la commission médicale d’établissement au CHU de Besançon, cela passe par une limitation du nombre de personnes qui se rassemblent et particulièrement les personnes fragiles.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.55
pluie modérée
le 25/10 à 21h00
Vent
2.69 m/s
Pression
1007 hPa
Humidité
98 %

Sondage