Suspicion d'intoxication alimentaire aux Eurockéennes : le festival et Quick réagissent

Publié le 07/07/2015 - 18:19
Mis à jour le 08/07/2015 - 11:18

Le groupe Quick et l'organisation du festival des Eurockéennes tiennent à réagir via un communiqué. 

 ©
©

Droit de réponse

Dans la nuit de vendredi à samedi, plusieurs personnes au camping ayant mangé au même endroit se sont plaintes de maux de ventre et de troubles digestifs en déclarant avoir mangé au même endroit et à la même heure. Des médecins ont alors suspecté une intoxication alimentaire.

Après contrôle, la préfecture indique que les troubles ont été très limités ne mettant pas en cause un des stands d'alimentation sur le site. "Le nombre de cas, extrêmement faible, indique qu'il ne s'agissait pas d'une intoxication alimentaire"  explique Alexis Bevillard, directeur de cabinet du préfet du Territoire de Belfort. "Sur l'ensemble de la manifestation, seule une dizaine de personnes se sont plaintes de maux de ventre ou d'indispositions gastriques gênants. Une intoxication alimentaire touche des personnes par plusieurs dizaines, voire centaine, ce qui n'a pas été le cas. En raison de la chaleur, nous avons mené des contrôles très stricts. En cas de doute, et pour ne prendre aucun risque, certains lots ont été considérés comme impropres à la consommation et ont été jetés…"

Droit de réponse Eurockéennes : 


"Il n’y a pas eu de cas d’intoxication alimentaire liée aux produits du foodtruck Burger Bar by Quick installé sur le terrain de camping mis à disposition des festivaliers par les organisateurs du festival. Par précaution et d’un commun accord, la direction de Quick et les organisateurs du festival ont décidé de suspendre momentanément l’activité du foodtruck, des personnes s’étant plaintes de différents maux, et de faire un signalement auprès des autorités compétentes. La visite de contrôle a confirmé le parfait respect des règles sanitaires et autorisé une réouverture immédiate du stand."


Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Un caporal du 35e régiment d’infanterie en garde à vue pour détention d’armes et de propagande néonazie

Plus d’une centaine d’armes, des munitions et "des objets avec des croix gammées" ont été découverts le week-end dernier dans l’Eure, au cours d’une perquisition menée par les services douaniers, a indiqué mardi le parquet d’Évreux. Un caporal du 35e régiment d’infanterie est en garde à vue.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.39
légère pluie
le 27/11 à 6h00
Vent
5.4 m/s
Pression
991 hPa
Humidité
92 %

Sondage