Alerte Témoin

Tensions à Dijon : Marine Le Pen brandit le spectre du Liban

Publié le 17/06/2020 - 08:18
Mis à jour le 17/06/2020 - 08:18

La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen a dressé ce mardi 16 juin 2020 un parallèle entre les incidents survenus depuis quatre jours à Dijon et "le Liban qui s'enfonça dans une terrible guerre" civile.

Marine Le Pen
©Capture interview de Marine Le Pen sur CNews

Les violences urbaines qui ont suivi lundi trois expéditions punitives de Tchétchènes voulant, au cours du week-end, venger un des leurs agressé à Dijon, sonnent comme "un avertissement", a estimé Mme Le Pen, qui s'est rendue dans la capitale bourguignonne.

"Que ceux qui refusent l'amnésie se remémorent la descente aux enfers du doux et placide Liban qui s'enfonça dans une terrible guerre que des factions étrangères avaient importées", a ajouté Mme Le Pen lors d'une conférence de presse tenue près de la gare. "Il ne s'agit pas seulement de s'interposer entre deux communautés mais de mettre fin sans faiblesse à cette sinistre séquence", a martelé la cheffe du RN.

"Le communautarisme n'hésite plus à s'affirmer - on le voit à Dijon et à Nice -  par des défilés de groupes armés agissant au vu et au su de tout le monde. Nous avons franchi là un palier de trop", a-t-elle jugé. "Il n'est pas de pire destin pour un pays que la guerre civile", a-t-elle lancé.

Mme Le Pen a condamné la stratégie de non-intervention de la police qui, entre vendredi et dimanche soir, n'a effectué "aucune interpellation" alors que des dizaines voire des centaines de Tchétchènes lourdement armés avaient investi certaines zones de la ville.

Cette non-intervention est une "stratégie permanente", a-t-elle accusé. C'est elle qui est "en train de mettre Paris à feu et à sang", a-t-elle affirmé en référence aux débordements qui ont suivi la manifestation de soignants dans la capitale. Mme Le Pen ne s'est pas rendue quartier sensible des Grésilles où les tensions sont survenues, en invoquant le manque de temps.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Ludovic Fagaut appelle l’adjoint à la sécurité à « endosser le costume »

"L’insécurité ne doit pas devenir la norme..."  Suite aux récentes violences et incivilités dans le secteur de la Cité des Arts, le leader de l'opposition au conseil municipal de Besançon, le LR Ludovic Fagaut, appelle dans un communiqué Benoit Cyprinani à endosser le costume d'adjoint à la sécurité.

Acte de violence commis par un policier : Anne Vignot salue la décision immédiate du préfet de saisir l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN. Une décision que salue la maire de Besançon Anne Vignot dans un communiqué.

Macron débloque 10 millions d’euros pour les policiers travaillant la nuit

Au cours d'une visite surprise dans un commissariat parisien dans la soirée du lundi 27 juillet 2020, Emmanuel Macron a annoncé le versement d'une "indemnité spécifique" pour les policiers travaillant de nuit, pour un montant total de 10 millions d'euros. Il s'agit d'une des revendications exprimées par les syndicats de police lors de leur rencontre avec le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, le 20 juillet.

Climat : des mesures concrètes au menu du Conseil de défense écologique

La Convention citoyenne pour le climat trouve un début de traduction concrète : avant les lois prévues pour 2021, le gouvernement a annoncé lundi 27 juillet 202 de premières mesures "réglementaires" inspirées des propositions des 150 citoyens à l'issue du Conseil de défense écologique présidé par Emmanuel Macron, mais jugées timorées par les écologistes et des ONG.

« Concerts debouts » : plus de 1.500 structures signent une lettre ouverte au gouvernement

Depuis le 17 mars dernier, les festivals, les salles de concerts et de spectacles sont toujours fermés au public. Aujourd'hui, personne ne sait quand ils pourront rouvrir, le gouvernement reste vague sur ce sujet. Plusieurs dizaines de milliers d'emplois sont menacés. 1.500 structures et artistes ont signé une lettre ouverte au gouvernement pour demander "des perspectives claires et cohérentes en vue de la réouverture des salles de concerts".
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     25.02
    peu nuageux
    le 06/08 à 18h00
    Vent
    2.46 m/s
    Pression
    1017 hPa
    Humidité
    48 %

    Sondage