Thibaut Bize revient sur les cérémonies du 70e anniversaire des bombardements nucléaires d'Hiroshima

Publié le 07/08/2015 - 10:04
Mis à jour le 08/08/2015 - 18:24

Le conseiller municipal de Besançon et secrétaire départemental du PCF du Doubs est au Japon depuis le début de la semaine. Avec une délégation française de son parti emmené par le secrétaire national Pierre Laurent, il a assisté aux cérémonies de commémoration du 70e anniversaire du bombardement nucléaire d'Hiroshima.

Témoignage

Ce 6 août 2015, des représentants venus de plus de 100 pays ont assisté en présence du  Premier ministre japonais, Shinzo Abe, aux cérémonies du 70e anniversaire du premier bombardement nucléaire de l'Histoire, qui a fait 140 000 morts. Une cérémonie à l'endroit exact et à l'heure exacte où la bombe "little boy" a explosé créant une gigantesque boule de feu d'un kilomètre de diamètre et de plus de 4.000°C.

Thibaut Bize a assisté à cette cérémonie. "Des milliers de personnes sont réunis dans ce parc de la paix, l'émotion est à son comble lorsque les cloches s'arrêtent de sonner  à 8h16 (1h16 en France) à l'heure de l'explosion de la bombe" explique le conseiller municipal PCF de Besançon.  "L'émotion est palpable, le genre d'émotion qui transcende les langues et les cultures, un ressenti universel dont nul ne peut rester indifférent".

Après les allocutions officielles du maire d'Hiroshima, du Gouverneur, et d'un représentant des Nations-Unies, "dans un silence absolu", le 1er ministre japonais a pris la parole. "En tant que seul pays frappé par l'arme atomique [...] nous avons pour mission de créer un monde sans arme nucléaire, a déclaré Shinzo Abe. "Nous avons la responsabilité de faire comprendre l'inhumanité des armes nucléaires, à travers les générations et les frontières." Le Premier ministre a précisé que son pays présenterait une nouvelle résolution destinée à abolir l'arme nucléaire à l'Assemblée générale de l'ONU cette année.

Selon Thibaut Bize, le premer ministre a été hué par une partie de la foule. "Beaucoup ne comprennent pas que le 1er ministre puisse supprimer l'article 9 de la constitution, un article pacifiste considérant l'abandon du recours à la guerre comme un devoir fondamental de la nation. Pour certains Japonais c'est une culture pacifiste de près de 70 ans que Shinzo ABE veut détruire. Mais après son discours, l'émotion collective a repris le dessus avec des enfants et un  lâcher de colombe…"

"On croit reconnaitre l'enfer.."

Invitée par l'association des maires du Japon, la délégation du PCF a assisté au le témoignage d'une "hibakusha",  une survivante. "À sa description des événements, l'on croit reconnaître l'enfer, mais l'on ressent davantage dans sa voix l'incompréhension d'un tel acte de barbarie. A 89 ans Yokkio Hama continue à raconter pour ne pas que l'on oublie, pour ne pas que cela se reproduise et pour convaincre de la nécessité du genre humain de se débarrasser de l'arme atomique avant d'y perdre son âme". 

Direction ensuite le Gensuko, le forum mondial contre les bombes A et H, avec  2000 participants  qui ont applaudi le discours du Président du parti communiste japonais Kazuo SHII.

Cette journée de commémoration s'est terminée pour Thibaut Bize par la cérémonie des lanternes déposées la nuit tombée sur la rivière Motoyasugawa en l'honneur de ceux qui, brûlant de feu et de soif, se jetèrent dans la rivière. "L'abominable devient alors une transfiguration tandis que les lumières dansent sur les flots sous les yeux des Japonais qui se tournent vers l'avenir..." conclut-il

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Aucun pass sanitaire ne sera demandé lors des meetings politiques…

C’est une nouvelle qui va en faire grincer des dents plus d’un… Le Conseil constitutionnel (saisi par 60 députés de la France Insoumise) a validé ce vendredi 21 janvier 2022 le projet de loi concernant le pass vaccinal. Les sages ont toutefois refusé la possibilité pour les organisateurs de meetings politiques de demander un pass sanitaire aux participants.

Quatre députés du Doubs signent une tribune en faveur d’une « fin de vie libre »

Les Jeunes avec Macron (JAM) de Bourgogne-Franche-Comté ont rédigé ce mois de janvier 2022 une tribune afin de ramener dans le débat national la question du choix de la fin de vie. Fannette Charvier, Eric Alauzet, Denis Sommer et Frédéric Barbier, députés du Doubs, ont co-signé cette dernière.

A Besançon, le portrait d’Emmanuel Macron goudronné pour ses bilans climatique et social

Pendant que Emmanuel Macron inaugurait la présidence française de l’Union européenne ce mercredi 19 janvier, des activistes d’Action non-violente COP21 ont souillé des portraits officiels du président pour dénoncer son bilan climatique et social. Ils pointent "le sabotage climatique" du quinquennat d'Emmanuel Macron et appellent à la mobilisation.

Fermeture du pont de la République aux voitures : une idée « absurde » pour les élus de Besançon maintenant

La maire de Besançon Anne Vignot a annoncé le 7 janvier dernier la fermeture du pont de la République à la circulation des voitures au printemps-été 2022. Une décision qualifiée d'"absurde" dans une lettre ouverte du 19 janvier écrite par Claude Varet, conseillère municipale de Besançon maintenant, qui appelle la maire à y renoncer en l'invitant à lancer "un grand chantier visant l’étude de toutes les mobilités."
Offre d'emploi

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 0.85
peu nuageux
le 21/01 à 18h00
Vent
3.14 m/s
Pression
1035 hPa
Humidité
41 %

Sondage