Tri des déchets : plus aucun retour en arrière n’est possible dans le territoire du Sybert…

Publié le 27/10/2023 - 07:59
Mis à jour le 27/10/2023 - 11:04

Après 45 ans de service, la cheminée de l’Unité de valorisation énergétique du Sybert à Besançon va complètement disparaître du paysage planoisien d’ici vendredi 27 octobre 2023. Un symbole qui s’en va pour entrer dans une nouvelle ère de la valorisation des déchets du territoire…

”C’est un engagement définitif dans une nouvelle ère de cette usine et ça nous oblige à rester le meilleur territoire de France”, a déclaré Cyril Devesa, président du Sybert jeudi 26 octobre en conférence de presse. Haute de 40 mètres, la cheminée blanche de l’usine d’incinération des ordures ménagères résiduelles (à ne pas confondre avec la cheminée marron qui appartient à la chaufferie), tire sa révérence. Construite en 1975, mise en service en 1976 puis arrêtée en 2021, elle était raccordée au four de 1976 et assurait l’évacuation des fumées traitées.

Pour démanteler une aussi grande dame, une pelle à grande bras de 43 mètres de haut est en ce moment-même à l’oeuvre pour la grignoter de haut en bas. 

Démantèlement de la cheminée de l'Unité de valorisation énergétique du Sybert à Besançon. © Alexane Alfaro

Un nouveau chapitre pour le Sybert

Construite en 1969, l’Unité de valorisation énergétique (UVE) traite les ordures ménagères résiduelles, c’est-à-dire celles collectées dans les bacs gris, produites sur tout le territoire du Sybert (Grand Besançon Métropole, la communauté de communes Loue Lison, la communauté de communes du Val Marnaysien). 

Depuis juillet 2023, elle change progressivement de visage avec les démantèlement de ses trois lignes d’incinération historiques : les deux plus anciennes datant de 1971 ont été arrêtées en 2002 pour être remplacées par une ligne plus moderne et efficiente ; la troisième datant de 1976 a été fermée en 2021 et non remplacée.

La déconstruction de la cheminée marque l’aboutissement d’une décision prise en 2016 par les élus du Sybert. 

Aucun retour en arrière possible

Le territoire du Sybert est considéré comme l'un des meilleurs de France en matière de tri des déchets. Pour rester au top, les habitants doivent encore faire des efforts au quotidien puisqu’à partir du 27 octobre, plus aucun retour en arrière, plus aucune régression en matière de tri des déchets ne pourra être supportée. D’ailleurs, une nouvelle échéance devrait permettre de pouvoir trier encore plus : le compostage obligatoire à partir du 1er janvier 2024. ”Il y aura un accompagnement notamment sur le gaspillage alimentaire, les produits emballés, les produits frais, on a déjà fait un travail avec les restaurants scolaires du territoire, il y a également un travail auprès de la population”, explique le président du Sybert. Et d’ajouter : ”tout le monde est concerné par le prix de la poubelle !”

Didier Aubry, 6e vice-président du Sybert, Cyril Devesa, président du Sybert, Jean-Marc Bousset, 1er vice-président du Sybert. © Alexane Alfaro

En 2010, les habitants du Sybert jetaient 204 kg de déchets dans le bac gris par an et par personne, contre 133 kg aujourd’hui (205 kg au niveau national). ”D'après les résultats du Modecom*, l'objectif idéal serait d'atteindre 51 kg par an et par personne dans quelques années”, précise Cyril Devesa. Avant d’atteindre ce but, ”on estime qu’en 2025, on sera à 123 kg par an et par personne en 2025 puis 100 kg en 2031”, ajoute Loys Monllor, directeur général du Sybert.

Une réhabilitation du site

Des travaux de restructuration sur le site de l’UVE suivront avec notamment la modification des voiries de circulation motorisées, de sécurisation des entrées et sorties du site et de réhabilitation des façades nord et est. Ces travaux seront uniquement visibles des rues Belin et Einstein.

Projet de réhabilitation de l'UVE. © Alexane Alfaro

  • Modecom : acronyme pour "MéthOde DE Caractérisation des Ordures Ménagères".
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Un nouveau magazine sur la Haute-Saône débarque en kiosque

À travers son nouveau magazine "Haute-Saône authentique", Eric Lejeune rend hommage à la Haute-Saône. Disponible depuis vendredi 24 mai 2024 et jusqu’au mois de septembre chez les marchands de journaux du Doubs et de toute la Bourgogne – Franche-Comté, ce magazine de 100 pages décrit les différents aspects de ce département voisin.

“Le Tube à Essais” : qu’y a-t-il derrière ce nouveau projet du Hacking Health Besançon ?

En septembre 2024, Hacking Health Besançon lancera sa société coopérative d’intérêt collectif (SCIC), baptisée "Le Tube à Essais". C’est dans le bâtiment Bioinnovation de Temis Santé que ce projet prendra vie, déjà soutenu par de nombreux partenaires, du domaine public comme la Région Bourgogne – Franche-Comté ou du privé.

Flamme olympique dans le Doubs : un très lourd dispositif de sécurité prévu le 25 juin

À l’occasion du troisième comité de pilotage relatif à la sécurité du passage de la flamme olympique dans le Doubs le 25 juin 2024, l’équipe préfectorale a tenu une conférence de presse lundi 27 mai, en présence des représentants des forces de l’ordre, afin de présenter les mesures de sécurité mises en place sur les différents sites du parcours.

Une cérémonie pour “donner du sens à l’héritage de la Résistance” à la Citadelle

À l’occasion de la journée nationale de la Résistance, une cérémonie commémorative a eu lieu lundi 27 mai 2024 à la Citadelle de Besançon aux poteaux des fusillés de l’Esplanade Denise Lorach en présence de la sous-préfete, de la maire de Besançon, de la rectrice d’académie et de nombreux élus et membres de l’autorité. 

3e Coupe du monde des jeunes bergers : la Bourgogne – Franche-Comté, hôte de la compétition

Du 25 mai au 1er juin 2024, c’est en France que se dérouleront les épreuves de la troisième Coupe du monde des jeunes bergers. Vingt-neuf candidats issus de 17 pays du monde entier joueront le prix de champion sur plusieurs épreuves. Ces épreuves sont réparties sur des étapes itinérantes, dont une à Charolles, en Bourgogne - Franche-Comté.

Sondage – Pensez-vous que les Jeux olympiques et paralympiques de Paris sont une bonne chose pour la capitale et la France ?

Cet évènement international qui se tiendra pendant du 26 juillet au 11 août et du 28 août au 8 septembre 2024 à Paris est le sujet de nombreuses critiques et inquiétudes, comme c’était le cas avant les JOP de Londres, de Rio ou de Tokyo : transports en commun, eau potable, sécurité, prix des billets et des logements, pollution, impact sur la population parisienne, budget, gentrification, conditions des bénévoles, etc. Et vous, pensez-vous que les JOP à Paris sont une bonne chose pour la France ? C’est notre sondage de la semaine.

Journée internationale d’action pour la santé des femmes : quels services existent-ils au CHU de Besançon ?

Cinq mois avant l’ouverture de son hôpital de jour santé de la femme, le CHU de Besançon veut démontrer à nouveau son engagement en la matière. Célébrée depuis 1987, la journée internationale d'action pour la santé des femmes le 28 mai 2024 donne l’occasion d’un tour d’horizon des outils et dispositifs qui existent pour les accompagner, quel que soit leur parcours de vie, à Besançon.

Journée du bien-être animal à Besançon : les associations invitées à se faire connaître…

La Ville de Besançon organisera une journée dédiée au bien-être animal le samedi 5 octobre 2024 entre 10h00 et 17h00 à l’Hôtel de Ville. Dans ce cadre, la collectivité met à disposition des associations qui luttent en faveur de la cause animale un espace d’échanges afin qu’elles puissent présenter leurs actions au public présent.
 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 10.7
couvert
le 29/05 à 3h00
Vent
1.28 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
89 %