Alerte Témoin

Un Bisontin, major de promotion du Master "Aménagement et Promotion immobilière" à Paris

Publié le 29/11/2019 - 17:00
Mis à jour le 30/11/2019 - 08:50

Le groupe Espi (école supérieure des professions immobilières) organisait mardi 26 novembre 2019 au Théâtre Mogador à Paris sa soirée de remise de diplômes. Parmi les 500 nouveaux diplômés du Campus de Paris, un Bisontin, Louis Jeannot, a été reçu major de sa promotion en Master (Bac + 5) "Aménagement et Promotion Immobilière".

PUBLICITÉ

Enseignants, familles, jeunes diplômés. 1 400 personnes étaient présentes mardi soir dans le décor du théâtre Mogador pour cette cérémonie des diplômes pour 220 étudiants en Bachelor et plus de 220 en Master et quelques VAE (validation des acquis par l'expérience) en présence de la marraine de la soirée en Joëlle Chauvin, directeur général d'Ofi Pierre.

Les formations de l'Espi sont les seules référencées par la fédération des promoteurs immobiliers. Alexis Rouque, était présent mardi soir et a chaudement félicité la promotion 2019 du Master Aménagement et Promotion immobilière.

"Vous avez choisi le plus beau des métiers de l'immobilier..." a déclaré délégué général de la FPI aux jeunes diplômés présents sur scène en les invitant à rester former tout au long de leur vie professionnelle. "Tout ce que vous avez appris est déjà un peu obsolète surtout dans le secteur de la promotion et de l'aménagement. Pensez à la formation continue et à vous former, car le digital, le "bas carbone" va complètement transformer notre métier, non pas dans les deux ans qui viennent, mais dès demain...

L'immobilier, un métier...

Et l'immobilier a besoin de bras... et de têtes. Le taux d'embauche à la sortie de l'Espi est de 97%. "Avant même la fin de leurs études, 60% des étudiants ont déjà même trouvé un emploi et sont prêts à signer un contrat" nous confie Sophie Bollack, directrice marketing et communication à l'Espi. "Dans ces métiers, les débouchés sont nombreux. On ne diplôme d'ailleurs pas suffisamment pour répondre aux besoins de la profession."

Les futurs bâtisseurs et aménageurs du territoire et de la ville de demain ont donc tous trouvé un emploi à l'issue de leur formation. C'est le cas de Louis Jeannot. Originaire de Besançon, ce jeune diplômé de 25 ans, a terminé major de sa promotion sur 168 étudiants. C'est d'ailleurs le seul homme-major de promotion en Master dans une profession qui se féminise de plus en plus. Il nous livre sa vision au lendemain de sa remise de diplôme.

Quel est votre parcours ?

Après ma licence de droit à Besançon, j'ai intégré un Master 1 en droit privé, puis toujours à Besançon un Master 2 en droit des affaires. À l'issue de ma formation, j'ai réalisé mon stage de fin d'études de trois mois au sein de Sedia (anciennement Sedd, société d'équipement du département du Doubs). Et en d'octobre 2018, j'ai rejoint ce Master 2 Aménagement et promotion immobilière de l'Espi, avec six mois d'école et six mois de stage à partir du mois d'avril.

Quel retour d'expérience pouvez-vous donner ?

Pour ma part, venant du droit, j'ai beaucoup apprécié les cours de techniques de construction. Je découvrais totalement. L'architecte ingénieur qui enseignait était très intéressant. Et puis, intellectuellement, j'ai beaucoup aimé également les cours de montages financiers d'une opération immobilière, plus techniques et juridiques, et qui rejoignaient ma formation initiale en droit des sociétés, mais avec une vision plus pragmatique.

Au-delà des savoirs dispensés, l'Espi a aussi l'avantage du réseau, entre les professeurs, les intervenants, les conférences, mais aussi avec les élèves et anciens élèves. À Paris, tous les promoteurs immobiliers français sont présents et permettent des ouvertures intéressantes. L'école est reconnue dans la profession et entretient de bonnes relations avec des entreprises, qui par exemple, se déplacent pour chercher des étudiants en alternance ou en stage. Personnellement, j'ai trouvé le mien au SIMI (salon de l'immobilier d'entreprise) au Crédit Agricole Immobilier à Montrouge. Aujourd'hui j'y travaille toujours...

Justement, sur quelles opérations avez-vous travaillé ?

J'ai travaillé en Seine-et-Marne et notamment dans l’écoquartier du Sycomore, à Bussy-Saint-George sur une opération de logement en construction bois, une de premières livrées en France et qui a reçu la visite du ministre du Logement, Julien de Normandie, le 16 avril dernier. J'ai pu avec ce projet, voir ce qu'était la construction bois avec les avantages et les problématiques qui en découlent. Très enrichissant.

Et aujourd'hui, vous terminez major de votre promotion sur 168 élèves...

Sincèrement, je pense que ma formation en droit à Besançon a joué un rôle prépondérant dans cette réussite. Je pense que mes acquis en Master 2 en droit des affaires m'ont été utiles pour ce deuxième Master. La conjugaison des enseignements en droit et en immobilier m'a permis de terminer major. C'est une fierté, car cela récompense un travail, une certaine logique et une certaine réflexion. 

Ici, lorsqu'un jeune a les diplômes adaptés, il trouve du travail facilement et avec des responsabilités.... 

Info +

  • À Besançon, des formations dans les métiers de l'immobilier sont également dispensées à l'Estm
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Cités éducatives : 1 860 000€ alloués à Besançon, Montbéliard et Bethoncourt

Selon un communiqué de la préfecture du Doubs samedi 22 février 2020, l'Etat accompagnera avec près de 1 860 000€ les cités éducatives mises en place dans les quartiers prioritaires du Doubs pour la période 2020-2022. Objectif : "faciliter la réussite des enfants et des jeunes des quartiers."

Harcèlement au collège Xavier-Marmier : « nous demandons au rectorat de revenir sur sa décision » (collectif AED)

Après la "journée blanche" de jeudi pour protester contre la modification par le rectorat de Besançon d'une sanction contre deux élèves après un cas de harcèlement scolaire, le collectif AED Besançon (assistant d'éducation) a souhaité réagir ce vendredi 21 février 2020 suite "aux propos tenus par les représentants du rectorat".

« Journée blanche » dans un lycée de Pontarlier après un cas de harcèlement scolaire

Mise à jour ce 21 février 2020 • Les enseignants d'un lycée de Pontarlier (Doubs) ont organisé ce jeudi 20 février 2020 une "journée blanche" pour protester contre la modification par le rectorat de Besançon d'une sanction contre deux élèves après un cas de harcèlement scolaire, a-t-on appris auprès des enseignants.

Collège Diderot : le recteur maintiendra « en partie » les moyens alloués aux enseignants référents

Après une opération "collège mort" lundi, puis une journée de grève ce mardi, au collège Diderot à Besançon, le recteur de l'académie a convoqué la presse mardi 18 février pour y répondre et annoncer le maintien "en partie" des moyens dans cet établissement du réseau d'éducation prioritaire (REP+).

Planoise : « Collège Mort » à Diderot

Les parents n'ont pas envoyé leurs enfants au collège Diderot lundi 17 février 2020 à Besançon pour protester contre la perte des postes d'enseignants référents en éducation prioritaire renforcée (Rep+) de Planoise. Mardi, ce sont les enseignants qui seront en grève avant une marche dans les rues du quartier en fin de journée. Dans le Doubs, la baisse des moyens dans les secteurs sensibles provoque également la grogne à l'école Mandela de Bethoncourt et au Collège Lou Blazer de Montbéliard.

Baisse des dotations horaires au collège Diderot : Anne Vignot apporte son soutien au personnel

Comme nous le dénonçait le Snes FSU dans un article en date du 6 février dernier, les moyens vont baisser pour la rentrée 2020 dans les collèges et lycée. Ce 16 février 2020, Anne Vignot, candidate à l'élection municipale de Besançon, souhaite apporter son soutien aux personnels du collège Diderot.

Orientation : programme 2020 des portes ouvertes des collèges, lycées et universités en Franche-Comté…

Futurs collégiens, lycéens et étudiants doivent penser à leur avenir notamment en visitant des établissements et choisir celui qu'ils considèreront comme le meilleur… Voici le calendrier 2020 des portes ouvertes en Franche-Comté. De nombreux rendez-vous sont au programme ce samedi 15 février 2020.

« Mise à pied » d’un professeur à Dole : une mobilisation prévue mardi 18 février

Le syndicat CGT du lycée Duhamel de Dole a tenu alerter l'opinion publique le 12 février 2020  dans le cadre de la "mise à pied" d'un professeur suite à sa "participation à la contestation des épreuves d'E3C". Les organisations syndicales, SNES-FSU, Snuep-FSU, CGT Educ’Action, SUD Education, Unsa Education et SNFOLC se mobiliseront le mardi 18 février à partir de 11h45 Avenue Charles Laurent Thouverey à Dole. Pour rappel,  Une pétition a été mise en ligne.

Station de Métabief

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 6.67
légère pluie
le 29/02 à 3h00
Vent
2.61 m/s
Pression
1010 hPa
Humidité
85 %

Sondage