Un congés de 3 mois indemnisé pour les proches aidants dès le 1er octobre 2020

Publié le 01/10/2020 - 10:30
Mis à jour le 01/10/2020 - 10:30

A partir de ce jeudi 1er octobre, une personne salariée aidant un proche peut prendre un congé de 3 mois et être indemnisé.

Rencontre intergénérationnelle entre les écoliers d'Arènes et les résidents du CLS Bellevaux  ©
Rencontre intergénérationnelle entre les écoliers d'Arènes et les résidents du CLS Bellevaux ©

Le congé de proche aidant remplace le congé de soutien familial depuis 2017. Il permet de cesser temporairement son activité professionnelle pour s'occuper d'une personne handicapée ou faisant l'objet d'une perte d'autonomie d'une particulière gravité.

Les conditions

Le congé de proche aidant est ouvert à tout salarié.

La personne accompagnée par le salarié, qui présente un handicap ou une perte d'autonomie d'une particulière gravité, peut être uen des suivantes :

La personne avec qui le salarié vit en couple

Son ascendant, son descendant, l'enfant dont elle assume la charge (au sens des prestations familiales) ou son collatéral jusqu'au 4e degré (frère, sœur, tante, oncle, cousin(e) germain(e), neveu, nièce...)

L'ascendant, le descendant ou le collatéral jusqu'au 4e degré de la personne avec laquelle le salarié vit en couple

Une personne âgée ou handicapée avec laquelle il réside ou avec laquelle il entretient des liens étroits et stables, à qui il vient en aide de manière régulière et fréquente. Le salarié intervient à titre non professionnel pour accomplir tout ou partie des actes ou des activités de la vie quotidienne.

La personne aidée doit résider en France de façon stable et régulière.

La durée

Le congé de proche aidant ne peut pas dépasser une durée maximale, fixée :

  • soit par convention ou accord de branche ou, sinon, par convention ou accord collectif d'entreprise
  • soit, en l'absence de dispositions conventionnelles, à 3 mois.

Toutefois, le congé peut être renouvelé, sans pouvoir dépasser 1 an sur l'ensemble de la carrière du salarié.

Les démarches

Le congé est pris à l'initiative du salarié. Il informe l'employeur en respectant les conditions et délais déterminés par convention ou accord collectif d'entreprise (ou, sinon, par convention ou accord de branche), s'il existe.

En l'absence de dispositions conventionnelles, le salarié adresse sa demande à l'employeur par tout moyen permettant de justifier de la date de la demande (lettre ou courrier électronique recommandé, par exemple).

La demande précise les éléments suivants :

  • Volonté du salarié de suspendre son contrat de travail pour bénéficier du congé de proche aidant
  • Date du départ en congé
  • Volonté de fractionner le congé (ou de le transformer en temps partiel), si le salarié le souhaite.

La demande est adressée au moins 1 mois avant la date de départ en congé envisagée. Toutefois, le congé débute sans délai s'il est justifié par une des situations suivantes :

  • Urgence liée notamment à une dégradation soudaine de l'état de santé de la personne aidée (attestée par certificat médical)
  • Situation de crise nécessitant une action urgente du salarié
  • Cessation brutale de l'hébergement en établissement dont bénéficiait la personne aidée (attestée par le responsable de l'établissement)

Réponse de l'employeur

L'employeur ne peut pas refuser le congé, sauf si le salarié ne remplit pas les conditions (ancienneté insuffisante, demande de départ en congé dans un délai trop court...). Le salarié peut contester le refus de l'employeur par la saisine du conseil de prud'hommes (CPH).

La situation du salarié pendant le congé

Activité professionnelle

Le salarié ne peut exercer aucune autre activité professionnelle pendant la durée du congé. Toutefois, il peut être employé par la personne aidée lorsque celle-ci perçoit l'allocation personnalisée d'autonomie (Apa) ou la prestation de compensation du handicap (PCH).

L'indemnisation

Le congé de proche aidant n'est pas rémunéré par l'employeur (sauf dispositions conventionnelles ou collectives le prévoyant).

Toutefois, le salarié peut percevoir une allocation journalière du proche aidant (AJPA).

L'AJPA vise à compenser une partie de la perte de salaire, dans la limite de 66 jours au cours du parcours professionnel du salarié.

Son montant journalier est :

  • 43,83 € pour une personne vivant en couple
  • et 52,08 € pour une personne seule.

Le salarié a droit à un maximum de 22 jours d'AJPA par mois.

Les avantages

La durée du congé de proche aidant est prise en compte pour le calcul des avantages liés à l'ancienneté.

Le salarié conserve le bénéfice de tous les avantages qu'il avait acquis avant le début du congé.

Le salarié qui bénéficie du congé de proche aidant a droit à l'assurance vieillesse du parent au foyer (AVPF).

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Social

Éducation : pas de rassemblement prévu dans le Doubs ce jeudi

Plusieurs syndicats ont lancé un appel à la grève pour la journée ce jeudi 20 janvier 2022 dans les écoles, collèges et lycées après le mouvement d'ampleur de jeudi dernier, pour demander "des réponses fortes" face au "chaos" engendré par la crise sanitaire, et des investissements massifs dans l’éducation. Aucun rassemblement n’est organisé dans l’Académie excepté à Belfort où une manifestation est prévue à 17h00 Place Corbis.

Des accueils périscolaires et cantines fermés dans les écoles à Besançon

Grève du 13 janvier • En préparation à la journée de grève nationale des enseignants du premier degré contre le protocole Covid-19 mis en œuvre dans les établissements scolaires, voici les accueils périscolaires qui resteront ouverts et ceux qui seront fermés à Besançon jeudi 13 janvier 2022.

Ras-le-bol de la valse des protocoles : la grève des profs s'annonce très suivie

Grève du 13 janvier •

Le SNUipp-FSU, premier syndicat du primaire, a prévu mardi que 75 % des enseignants du premier degré seraient grévistes et que la moitié des écoles seraient fermées jeudi, dans le cadre d’une mobilisation nationale contre le protocole Covid-19 mis en œuvre dans les établissements scolaires.

Manifestation à Besançon : 1.400 personnes mobilisées contre le pass vaccinal

Un regain de mobilisation a été relevé partout en France ce samedi 8 janvier 2022 afin de protester contre l’instauration du pass vaccinal. À Besançon, les manifestants étaient au nombre de 1.400 (105.000 au niveau national). En cause ? L’examen prochain du pass vaccinal par le sénat et les derniers propos du chef de l’Etat…
Offre d'emploi

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 0.89
ciel dégagé
le 24/01 à 18h00
Vent
0.84 m/s
Pression
1031 hPa
Humidité
96 %

Sondage