Un député bourguignon vice-président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale

Publié le 09/07/2013 - 17:07
Mis à jour le 09/07/2013 - 17:07

La nomination au gouvernement du député du Gers Philippe Martin, en remplacement de Delphine Batho, a entraîné un jeu de chaises musicales parmi les vice-présidents du groupe socialiste à l’Assemblée nationale. Le député de Saône-et-Loire Thomas Thévenoud s’est ainsi vu promu à cette fonction.

chaises musicales

 La remise en jeu annuelle des responsabilités au sein du groupe socialiste a débouché sur le renouvellement de Bruno Le Roux comme président ainsi que de Thierry Mandon et Annick Lepetit comme porte-parole mais a donné lieu à des changements pour les vice-présidents, un poste étant libéré par le départ de Philippe Martin.

"Il y a eu un glissement au sein du groupe avec le départ de Philippe Martin, que je remercie pour le travail à mes côtés et qui a été appelé à d'autres responsabilités qui lui vont très bien et qu'il attendait, sans impatience. Il a été remplacé par Seybah Dagoma, qui passe de deuxième vice-présidente à première vice-présidente du groupe, Olivier Faure devenant deuxième vice-président, Nathalie Chabanne la troisième et Thomas Thévenoud le quatrième vice-président", a détaillé M. Le Roux lors d'une conférence de presse.

A l'instar de Philippe Martin, Thomas Thévenoud, élu député en juin 2012, fait partie des parlementaires proches de Laurent Fabius.

Au côté de Bruno Le Roux, Thomas Thévenoud et Nathalie Chabanne, députée des Pyrénées-Atlantiques, organiseront le "Parlement du changement" mis en place à compter de l'automne par le groupe socialiste pour établir "un lien particulier avec la société civile et les corps intermédiaires", a précisé le chef de file des députés PS.

"A compter de la prochaine session parlementaire ordinaire, d'octobre 2013 à juin 2014, nous mettrons en place lors des six semaines de contrôle de l'action du gouvernement, le Parlement du changement, où se dérouleront chacun des jours de ces semaines des rendez-vous avec les corps intermédiaires et où 20 ou 30 Français, tirés au sort, seront invités à venir participer aux travaux du groupe PS pour donner leur avis", a rappelé M. Le Roux.

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

IVG dans la Constitution : qu’ont voté les élu(e)s en Franche-Comté ?

Sénatrices, sénateurs et député(e)s de France se sont réunis lundi 4 mars 2024 en Congrès au château de Versailles pour débattre et soumettre au vote l'inscription de l'Interruption volontaire de grossesse (IVG) dans la Constitution. Voici ce qu'ont voté les élu(e)s du Doubs, du Jura, de la Haute-Saône et du Territoire de Belfort.

Historique : la France, premier pays au monde à inscrire l’IVG dans sa Constitution

Suite au vote des sénateurs, sénatrices et député(e)s réunis en Congrès à Versailles ce lundi 4 mars dont une grande majorité a voté pour l’inscription de l’IVG dans la Constitution, une cérémonie de scellement se tiendra vendredi 8 mars à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes.

Le Sénat approuve l’inscription de l’IVG dans la Constitution, le Congrès réuni lundi

Les sénateurs ont largement voté mercredi 28 février 2024 en faveur de l’inscription de l’IVG dans la Constitution en des termes identiques à ceux de l’Assemblée, assurant de ce fait une "liberté garantie" aux femmes d’avoir recours à l’avortement. Cette modification de la Constitution doit désormais être soumise au Congrès qui se réunira dès lundi à Versailles.

L’inscription de l’IVG dans la Constitution française sera-t-elle votée par le Sénat ?

Le Sénat se prononcera mercredi 28 février 2024 après-midi sur l'inscription de l'IVG dans la Constitution, un vote rendu très incertain par les réticences de la droite et qui pourrait bouleverser le calendrier parlementaire de la réforme. C'est l'étape la plus périlleuse de la révision constitutionnelle promise par le président de la République, Emmanuel Macron : l'exécutif ne pourra la faire aboutir sans un vote majoritaire des 348 parlementaires du Palais du Luxembourg.

Hommage aux Manouchian à Besançon : une ”instrumentalisation” du Parti communiste selon Besançon maintenant

Une cérémonie en hommage aux résistants du groupe Manouchian s’est tenue place du 8 Septembre à Besançon, organisée par le Parti communiste français et la Ville de Besançon. Pour Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon maintenant au conseil municipal, parle d’une ”instrumentalisation à des fins partisanes”.

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.82
légère pluie
le 05/03 à 6h00
Vent
3.65 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
91 %