Un festival pour fêter les 11 ans du label Hands in the dark à Besançon

Publié le 30/11/2021 - 12:01
Mis à jour le 01/12/2021 - 09:25

Le label musical bisontin Hands in the dark s'offre un festival pour son 11e anniversaire du 2 au 5 décembre 2021 à Besançon - le 10e ayant été annulé l'année dernière à cause de la crise sanitaire. 11 ans d'activisme, d'accompagnement d'artistes, de musiques expérimentales, de passion… Les fondateurs de ce label devenu international, Onito et Morgan, nous en parlent.

Rappelez-nous comment est né le label Hands in the dark il y a 11 ans…

Onito : "Le label a vu le jour à l'initiative de Morgan, qui souhaitait partager ses audacieux coups de coeur musicaux. J'avais déjà à l'époque une petite expérience dans la production discographique et il m'a demandé si ça me bottait de l'accompagner dans son projet, car on partageait une affinité particulière pour certains groupes qui proposaient des musiques originales, pas ou peu représentées dans le paysage culturel en France."

Morgan : "L'idée initiale était de faire 2/3 sorties...je ne pensais certainement pas qu'on serait toujours là après 11 années d'activité."

Les musiques, les groupes soutenus par votre label sont du domaine de l'expérimental, Pourquoi ce choix ? Qu'est-ce qui vous intéresse dans ce style ? Ce choix a-t-il évolué en 11 ans ?

Onito : "Je pense que c'est plus une évolution naturelle de nos goûts au fil des années qui nous a tourné vers les musiques expérimentales. Nous avons toujours eu cette volonté de défricher, de nous ouvrir vers des musiques qui nous font ressentir des choses fortes et nouvelles lorsque nous les écoutons. Notre catalogue reflète d'ailleurs, je pense, assez bien cette trajectoire. Si vous écoutez les disques que nous avons sortis, vous trouverez beaucoup de musique ambiante électronique, mais également de la dream pop, du rock psychédélique ainsi que de la musique acoustique. Les formes que prennent ces musiques sont riches et variées, mais ont en commun une vision résolument avant-gardiste dans la manière dont les instruments sont utilisés et dans leur sonorité."

Morgan : "L'étiquette 'musique expérimentale' est très vaste et pas toujours pertinente tant elle rassemble une multitude de sous-genres. Entre Tomaga et Ben Shemie par exemple, il y a assez peu de sonorités communes. Je crois que ce qui caractérise tous les artistes présents dans notre catalogue, c'est sans doute leur liberté et leur goût pour l'expérimentation. Un dénominateur commun réside aussi cette prise de risque artistique permanente et cette volonté de s'extraire des cases dans lesquelles on cherche à placer les musiciens habituellement. C'est aussi ça Hands in The Dark selon moi. Aller où bon nous semble quitte à parfois décevoir."

Pour les plus néophytes, quand on parle de musique expérimentale, on pense à des bruits, plutôt que de la musique… vous en pensez quoi ? Comment casser cette idée reçue ?

Onito : "C'est un très vaste sujet tant la musique expérimentale a des facettes différentes! Elle ne suit pas les codes imposés par les standards commerciaux en termes de structure, de durée et dans les émotions qu'elle procure aux auditeurs, c'est ce qui peut rendre de prime abord son accès un peu moins facile alors que ce n'est pas forcément le cas! Si sa diffusion largement est confidentielle pour les non-initiés, nous essayons néanmoins d'ouvrir un public toujours plus large à ces musiques assez personnelles et des langages artistiques singuliers à chaque artiste. L'analogie qui serait facile à comprendre serait la vision d'un peintre comme Picasso qui déciderait de briser la manière dont on représente une personne, un objet ou un visage. C'est la même chose que font nos musiciens avec la musique et nos productions sont accessibles à tous sur toutes les plateformes de streaming ou encore gratuitement sur handsinthedarkrecords.bandcamp.com"

Morgan : "Je crois qu'il est également important de casser cette image élitiste de la musique expérimentale. Cela demande effectivement souvent de l'attention et une écoute active, mais elle n'est pas exclusivement réservée à un public d'initiés. C'est selon moi à l'image d'autres disciplines, un apprentissage. Plus on se plonge dedans, plus on a envie d'aller loin..."

À ce jour, combien d'EP, albums… avez-vous accompagnés et combien d'artistes nationaux et internationaux ?

Onito : "Nous comptons 58 références discographiques, principalement des albums sortis en vinyle. Nous avons eu le plaisir de travailler avec une quarantaine de groupes et artistes solo depuis notre création. Ces musiciens viennent principalement de France, des États-Unis et d'Angleterre, mais aussi de Pologne, d'Italie, d'Allemagne, de Belgique, du Canada, de Norvège ou encore de Suède."

© Morgan Cuinet

Vous organisez aussi des concerts, combien par an ?

Onito : "Les concerts que nous organisons, à Besançon, Paris ou même Londres sont des évènements plutôt ponctuels, qui servent promouvoir certaines sorties ou artistes, ou en réponse à des organisateurs qui souhaitent mettre en avant le label. Il nous est aussi arrivé de monter des tournées européennes ou des dates en France pour certains de nos groupes qui viennent des États-Unis."

Morgan : "Pour être honnête, le coeur de notre projet s'incarne vraiment dans la production de disques et dans la mise en lumière d'artistes nouveaux par ce biais. Néanmoins, on est vraiment flatté d'avoir été invité en un peu plus de 10 ans à la Route du Rock, au Festival Invisible, au Festival Stéréolithe, au prestigieux Café Oto à Londres ou encore plus récemment à la Sye Electric."

Vous deviez fêter les 10 ans du label l'année dernière, mais pour les raisons que l'on connaît vous fêtez finalement les 11 ans cette année : la programmation a tout simplement été reportée ou a-t-elle dû être modifiée ?

Onito : "Nous avions initialement travaillé sur un programme un peu plus étoffé, avec notamment plus d'artistes étrangers, mais la situation sanitaire étant encore compliquée cet été, nous avons considéré qu'il serait plus sage de faire simple. L'essentiel pour nous est avant tout de réunir les gens autour d'un état esprit et d'une vision artistique ouverte, d'attiser la curiosité à un moment où ce n'est pas forcément facile, mais néanmoins nécessaire culturellement, mais aussi socialement."

Pour ce festival, les concerts se dérouleront dans des lieux très différents (PDZ, Frac, Citadelle, FJT Les oiseaux, les Bains Douches…). La musique expérimentale doit-elle être écoutée et regardée un peu en dehors des salles de concert habituelles selon vous ? Parle-t-on d'expériences plutôt que de concerts ?

Onito : "Tout à fait ! On considère ces évènements comme des performances et des expériences, qui peuvent s'avérer physiques dans certains cas.

Il nous tenait à coeur de mettre en avant des lieux intimistes auxquels le public n'est pas forcément familier, mais qui se prêtent tout aussi bien aux différents artistes et projets proposés. Certains de ses lieux nous soutiennent depuis longtemps et partagent notre démarche et ouverture d'esprit. Cette diversité et cet état d'esprit sont très importants à nos yeux, surtout à l'heure actuelle."

Parlez-nous des artistes programmés : ce sont uniquement des artistes que vous accompagnez avec le label ? Qui sont-ils ?

Onito : "Tous les artistes et DJs présents pour le festival ont collaboré directement avec le label à un moment ou à un autre. Pour ce festival, nous avons la chance de pouvoir compter sur de talentueux musiciens amateurs et professionnels venant des quatre coins de la France, mais aussi du Canada (Ben Shemie), de Pologne (Piotr Kurek) ou encore de Belgique (Razen)."

Morgan : "Et pour la plupart d'entre eux, ce sera aussi l'occasion de découvrir Besançon !"

Quels sont les projets de Hands in the dark pour ces trois prochaines années, si ce n'est les 10 prochaines ?

Onito : De continuer à découvrir des artistes fascinants, de prendre autant de plaisir à partager leurs musiques innovantes et originales. Nous allons continuer à essayer de proposer 4 à 5 albums par an malgré la difficulté actuelle à presser les vinyles pour cause de pénurie de matières premières, de conditions sanitaires imprévisibles et d'augmentation de la demande de la part des majors. On espère avoir la chance d'organiser un autre festival en 2030 !"

Morgan : "Rester actif et pertinent."

Le programme du festival Hands in the dark du 2 au 5 décembre 2021

Jeudi 2 décembre

  • Matthias Puech (Paris) + Hands In The Dark & friends (DJ) + Vernissage de la rétrospective des pochettes du catalogue du label
  • FJT Les Oiseaux, Les Cras
  • 20h30-23h00 // Gratuit
  • Event : www.facebook.com/events/398615681159379

Vendredi 3 décembre

Samedi 4 décembre

  • Ben Shemie (Montréal, Canada) + Cankun (Clermont-Ferrand)
  • DJs Mathilde Machin & Chevreuil (Lausanne, Suisse)
  • Les Passagers du Zinc, Battant
  • 20h00-02h00 // 7 euros
  • Event : www.facebook.com/events/535022391198718/

Dimanche 5 décembre

©

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Culture

Coup de projecteur sur les 15 ans de NG Productions à Besançon et les prochains évènements

À l'occasion des 15 ans de NG Productions, nous avons rencontré le fondateur de cette société de productions de spectacles à Besançon, Hamid Asseila. Il nous raconte ses temps de forts notamment avec Elton John, son projet de festival sur quatre jours en 2023, sa vision sur l'épidémie de Covid-19 et les prochaines dates à ne pas manquer...

L’Orchestre universitaire de Besançon Franche-Comté donnera un concert sur un Dragon Boat !

L’Orchestre symphonique universitaire Besançon Franche-Comté a décidé de se lancer un nouveau défi en se produisant le 9 avril 2022 à bord d’un Dragon Boat (ou bateau-dragon) le long des berges de Port-sur-Saône… Cet événement sera suivi d’un concert dans le cadre de la lutte contre le cancer du sein.

Concerts debouts vs meetings politiques : « S’il y a des mesures, soit elles sont valables pour tout le monde, soit pour personne »

Concerts debout interdits, jauge limitée à 2000 personnes pour les grands rassemblements à l'exception des meetings politiques, interdiction de boire debout dans les bars… Le monde de la culture est dans l'incompréhension et redoute ces prochains mois. Le directeur de la smac La Rodia à Besançon nous en parle.

Sabine Weiss, la dernière photographe « humaniste » est décédée

Sabine Weiss aimait capturer les "morveux", les "mendiants" et les "petits narquois" croisés dans la rue : cette photographe, espiègle et rigoureuse, connue également pour ses photos de mode parues dans Vogue était la dernière disciple de l'école française humaniste. Comme Doisneau, Boubat, Willy Ronis ou encore Izis, Sabine Weiss, décédée mardi à 97 ans, a immortalisé la vie simple des gens, sans toutefois revendiquer une quelconque influence.
Offre d'emploi

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 0.1
nuageux
le 20/01 à 21h00
Vent
1.62 m/s
Pression
1031 hPa
Humidité
99 %

Sondage