Un fromager suisse s'essaie à l'affinage musical de son emmental

Publié le 02/11/2018 - 13:47
Mis à jour le 02/11/2018 - 13:47

La musique, dit-on, adoucit les mœurs mais adoucit-elle le fromage ? C'est la question que s'est posée un producteur d'emmental suisse qui, aidé par la Haute école des arts de Berne, a décidé, pour le savoir, d'affiner ses fromages en musique.  

© Pexels via Pixabay ©
© Pexels via Pixabay ©

Quand le visiteur entre dans la cave de Burgdorf, petite ville également connue sous le nom de Berthoud dans ce canton bilingue de Berne, le parfum du fromage en pleine maturation titille le nez.

Dans un coin de cet ensemble voûté datant de 1853, neuf caisses en bois ouvertes sont installées avec à l'intérieur de chacune une meule d'emmental d'environ 40 cm de diamètre.

Un dispositif de sonorisation

Jusqu'ici rien d'anormal, mais l'oreille capte vite des sons emmêlés et lorsqu'on s'approche de plus près des fromages, on aperçoit un petit dispositif de sonorisation placé en dessous des emmentals.

Depuis septembre, un projet étonnant est ici en cours. Nom de code: "Sonoriser le fromage, expérience entre son et gastronomie".

L'instigateur de cette initiative s'appelle Beat Wampfler, vétérinaire et fromager passionné qui s'est un jour demandé si les sons, la musique ne pouvaient pas modifier le goût de ses meules.

"Les bactéries sont responsables de la formation du goût du fromage, avec les enzymes qui influencent la maturation, et je suis convaincu que l'humidité, la température ou les nutriments ne sont pas les seuls éléments à avoir une influence sur le goût mais que les sons, les ultrasons ou la musique peuvent aussi avoir des effets physiques", explique M. Wampfler à l'AFP, ajoutant: "Après, est-ce que le fromage aura un meilleur goût, c'est difficile de le dire".

Led Zeppelin ou Mozart

Le fromager curieux a proposé à la Haute école des arts de Berne (HKB) de l'aider à mener l'enquête.

"Nous avons examiné la question", raconte Michael Harenberg, directeur de la filière musique de la HKB. "Au départ, nous étions plutôt sceptiques et puis nous avons découvert qu'il existait un domaine que l'on appelle la sonochimie et qui s'intéresse aux influences des ondes sonores, à l'effet des résonances sur des corps solides".

Des étudiants ont donc mis en place un protocole expérimental. Chaque boîte a son style: un emmental est bercé par "La Flûte enchantée" de Mozart, un autre est nourri à la techno, tandis que ses voisins vieillissent au son de "Stairway to Heaven" de Led Zeppelin ou d'un morceau de hip-hop du groupe new-yorkais "A tribe called quest". Et bien sûr, un fromage référence n'est pas sonorisé.

Avec ce dispositif, "nous pouvons étudier la chose de manière large", estime M. Harenberg, ajoutant: "nous essayons d'opérer dans différentes directions afin de tenter de répondre à la question: y a-t-il quelque chose à la fin de mesurable ? Ou quelque chose qui a un effet sur le goût ?"

Le projet s'intègre en fait dans un programme lancé l'an passé par la Haute école de la capitale suisse, "HKB touche terre", et dont l'idée est de faire se rencontrer les différents mondes qui constituent ce canton à la fois urbain et agricole.

"Un peu effrayés"

Son directeur, Christian Pauli, aujourd'hui rigole: "Nous n'aurions jamais pensé nous retrouver un jour dans la cave d'affinage de Burgdorf à nous préoccuper de fromages". Quand il a été question de travailler avec M. Wampfler sur ce projet, "au début, on était un peu effrayés", se souvient M. Pauli.

"On s'est dit: du fromage avec de l'art, vraiment ? Nous, associés à une expérience sur le fromage ? On a pensé que les gens allaient vite se dire: +ah oui, la Suisse avec son fromage+..."

Il a fini par dire oui, convaincu par le fromager, son enthousiasme, mais aussi par le fait que finalement, oui, le fromage faisait partie de la réalité suisse et qu'un rapprochement entre l'art et l'agriculture pouvait être "passionnant".

Les emmentals vont désormais vieillir en musique pendant plusieurs mois et le 14 mars, au terme de l'affinage, ils seront dégustés par un jury d'experts.

Beat Wampfler a déjà sa préférence: "J'espère que le fromage hip-hop sera le meilleur, cela me plairait car ainsi on aurait une possibilité d'entrer en contact avec les jeunes". "Et peut-être des gens qui aujourd'hui ne s'intéressent pas au fromage pourraient ainsi prendre du plaisir et en acheter".

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Raid Amazones 2022 : un coup de pouce pour deux Bisontines engagées avec l’association « SOS Préma »

Audrey Stoerkel et Orianne Muscillo, auxiliaires de puériculture en salle de naissance au CHRU de Besançon, ont décidé de participer à l’aventure et de participer au Raid Amazones en novembre 2022. Elles parrainent l'association "SOS Préma » qui aide à la prise en charge des bébés prématurés ainsi que de leurs parents.

20 % des habitants de Bourgogne-Franche-Comté en difficulté pour utiliser internet

Selon un récent rapport de l’Insee, 440.000 habitants de 15 ans et plus  n'ont pas utilisé internet au cours de l'année 2019. L’ouest de la Bourgogne Franche-Comté est encore plus concerné par cette "illettrisme numérique"  caractérisé par l'inaptitude à utilisé les outils numériques au quotidien.

Plus de 700 personnes présentes pour la marche militante contre l’homophobie et la transphobie à Besançon

Les agressions liées à l’orientation sexuelle sont en hausse depuis plusieurs années en France comme partout dans le monde. Face à cette recrudescence des agressions lgbtqiaphobes, des associations bisontines ont décidé de se rendre visibles à l’occasion du mois des fiertés lors d’une marche militante qui s'est déroulée ce samedi 21 mai 2022 à 14h00 au parc Micaud à Besançon.

Solidarité : un couple d’artistes bisontins vend des oeuvres pour aider l’Ukraine

L’actualité française a quelque peu pris le dessus sur l’actualité en Ukraine et pourtant, la guerre continue, des familles continuent de fuir le pays pendant que des femmes et des hommes luttent contre l’envahisseur russe. En solidarité, Marianne Blanchard, dessinatrice, et son compagnon Antony Maraux, artiste peintre, tous les deux originaires de Besançon, ont décidé de proposer quelques unes de leurs oeuvres dont une grande partie des bénéfices sera reversée à la Croix Rouge de Besançon.

Chantal Carroger, la directrice du CHU de Besançon, part en retraite

Après sept années passées à la direction générale du CHU de Besançon, Chantal Carroger quittera ses fonctions le 23 mai 2022 pour partir en retraite. L’intérim sera assuré par Emmanuel Luigi, actuel directeur général adjoint, jusqu’à la nomination d’un nouveau directeur général dont la prise de fonction débutera au 1er janvier 2023.
Offre d'emploi

Foire Comtoise 2022

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.45
ciel dégagé
le 27/05 à 0h00
Vent
0.93 m/s
Pression
1026 hPa
Humidité
100 %

Sondage