Un maire de Bourgogne prend un arrêté pro-pesticides

Publié le 07/10/2019 - 17:05
Mis à jour le 07/10/2019 - 16:17

A contre-courant de l'opposition aux produits phytosanitaires, le maire d'une petite commune de l'Yonne a pris un arrêté en faveur des pesticides, dans lequel il énumère les substances plus dangereuses, selon lui, que celles mises en oeuvre dans "les pratiques agricoles modernes".

pesticide
©DDS
PUBLICITÉ

« J’autorise l’utilisation des produits phytosanitaires de synthèse et naturels sur l’ensemble du territoire communal de Fouronnes » (165 habitants), affirme Luc Jacquet, lui-même agriculteur, dans cet arrêté volontairement provocateur et humoristique.

« Il (serait) nécessaire de retourner aux usages antérieurs au XVIIIe siècle »

« Avant d’appliquer toute nouvelle réglementation pénalisant exclusivement l’agriculture », la mairie devrait d’abord interdire cigarettes mais aussi « viandes grillées, boissons chaudes et autre malbouffe » ou encore « tous véhicules à moteur », explique-t-il, en faisant référence à des études épidémiologiques.

« Pour prémunir les habitants de toutes nuisances, il (serait) nécessaire de retourner aux usages antérieurs au XVIIIe siècle », peut-on encore lire dans cet arrêté transmis lundi à l’AFP.

Les pesticides de synthèse ne sont « pas plus dangereux que les pesticides biologiques »

« Je veux simplement remettre les pendules à l’heure », a expliqué Luc Jacquet, qui dit lui même « chercher à diminuer l’usage » des pesticides dans son métier de cultivateur mais assure qu’il n’y a parfois « pas le choix » et dénonce « la pression » mise aujourd’hui sur les agriculteurs.

Les pesticides de synthèse ne sont « pas plus dangereux que les pesticides biologiques », a-t-il ajouté, estimant que leur interdiction obligerait la France à importer des marchandises produites ailleurs de façon moins vertueuse.

En « autorisant tout le monde » à utiliser des pesticides, « je vais contre la loi », reconnaît l’élu, qui s’attend à ce que cet arrêté, pris le 23 septembre et repéré initialement par le magazine Le Point, soit annulé par la préfecture.

Infos +

En octobre 2017, le tribunal administratif de Dijon avait annulé, à l’inverse, un arrêté du maire de Saint-Julien-du-Sault, une autre commune de l’Yonne, l’un des premiers à interdire l’usage des produits phytosanitaires à moins de 50 mètres des habitations.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

La Licra soutient la mère voilée au conseil régional

La Licra soutient la mère voilée au conseil régional

Les "Licra" (ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme) de Besançon et Dijon ont annoncé qu’elles accompagneraient la mère voilée dans ses démarches en estimant qu’elle ne méritait pas le bruit et la fureur alors qu’« elle accomplissait un paisible devoir civique » en accompagnant la classe de son fils au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté. 

Annie Genevard sur l’incident du voile : « la méthode était détestable, mais sur le fond… »

Annie Genevard sur l’incident du voile : « la méthode était détestable, mais sur le fond… »

La députée du Doubs Annie Genevard (LR), invitée du « petit déjeuner politique » de Sud Radio ce lundi 15 octobre 2019, a réagi à « l’incident du voile » du conseil régional de Bourgogne Franche-Comté. Et a globalement suivi la ligne directrice des Républicains, avec son président Christian Jacob demandant l’interdiction du voile durant les sorties scolaires…

Fatima, la maman voilée s’exprime…

Fatima, la maman voilée s’exprime…

La mère voilée originaire de Belfort qui a déclenché malgré elle la sortie du RN  Julien Odoul au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté s'exprime dans un entretien au site islamophobie.net du collectif contre l'islamophobie en France. Elle souhaite que son fils "passe à autre chose" mais semble garder un goût amer de cette expérience... 

Femme voilée au conseil régional : 90 personnalités demandent à Macron de condamner une « agression »

Femme voilée au conseil régional : 90 personnalités demandent à Macron de condamner une « agression »

Ce mardi 15 octobre 2019, un collectif de 90 personnalités, dont l'acteur Omar Sy, demande "urgemment" à Emmanuel Macron de condamner "l'agression" dont a été victime la femme voilée prise à partie par un élu RN alors qu'elle accompagnait une sortie scolaire au conseil régional de Bourgogne-Franche Comté.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.96
couvert
le 17/10 à 9h00
Vent
2.938 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
71 %

Sondage