Une manifestation pour la fin du spécisme prévue devant la Citadelle

Publié le 16/08/2019 - 16:30
Mis à jour le 16/08/2019 - 17:07

Samedi 24 août 2019, les associations Humanimo et Le CABle organisent une manifestation devant la Citadelle, à l'occasion de la journée mondiale contre le spécisme. Elles veulent "dénoncer les oppressions dont sont victimes les animaux".

Citadelle de Besançon
L'entrée de la Citadelle de Besançon ©Alexane Alfaro

Pour rappel, le spécisme est "l'idéologie discriminatoire considérant que la simple appartenance d'un individu à une autre espèce est un argument suffisant pour ne pas prendre en compte ses intérêts. " Plus simplement dit, c'est le fait de considérer l'être humain supérieur aux autres animaux, et de s'accorder le droit de les manger, les enfermer, etc.

L'association Pour l'Egalité Animale a décrété le 24 août prochain comme "journée nationale contre le spécisme". A cette occasion, Humanimo et Le CABle, associations franc-comtoises, organisent une manifestation devant la Citadelle de Besançon, de 15h à 17h30. 

Ils veulent "dénoncer les oppressions dont sont les victimes les animaux, demander une réelle considération des intérêts des animaux, et revendiquer l'abolition de toutes formes d'exploitation."

"Nous, animalistes et antispécistes, considérons qu'il est urgent d'imaginer une société égalitaire qui prendrait en compte les intérêts de tous les êtres sensibles. 

De Rio de Janeiro à Varsovie en passant par Besançon, des militant·es antispécistes porteront quelques revendications qui permettraient que notre société évolue pour inclure les animaux dans notre cercle de considération morale."

La journée se terminera avec un pique-nique végan à la gare d'eau.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Fraude à la carte bancaire et crise sanitaire : les consommateurs font toujours plus les frais de fraudes

Alors que les paiements par carte bancaire "sans contact" et par internet se sont imposés avec la crise sanitaire comme des mesures barrières pour freiner la progression de la Covid-19, l’UFC-Que Choisir rend publique une enquête exclusive qui montre que 30 % des fraudes ne sont pas remboursées par les banques. En conséquence, et devant le risque accru d’escroqueries, l’association saisit les pouvoirs publics pour obtenir enfin le plein respect des droits des consommateurs, apprend-on dans un communiqué du 22 octobre 2020.

Le groupe RN demande à Marie-Guite Dufay de donner le nom de Samuel Paty à l’un des lycées de Bourgogne Franche-Comté

Dans une lettre du 22 octobre 2020, Julien Odoul, président du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté demande à la présidente de région de donner le nom de Samuel Paty à l'un des 129 lycées de la région et l'organisation d'une exposition des caricatures de Charlie Hebdo à Dijon.  

Rassemblements familiaux : « À défaut de les interdire, il est clair qu’il faut les limiter » (Pr Limat, CHU de Besançon)

La deuxième vague de l'épidémie de Covid-19 est prévue dans deux à trois semaines dans le Département du Doubs comme au niveau national. Pendant cette période, les cartes sont entre les mains de la population pour éviter que les hôpitaux soient subermergés. Pour le Professeur Samuel Limat, président de la commission médicale d’établissement au CHU de Besançon, cela passe par une limitation du nombre de personnes qui se rassemblent et particulièrement les personnes fragiles.

Hommage à Samuel Paty : la maire d’Ornans invite les habitants à poser une bougie sur leur fenêtre

Isabelle Guillame a décidé de mettre les drapeaux de la mairie d'Ornans en berne jusqu'à la fin de la semaine. Ce mercredi 21 octobre 2020, jour d'hommage national, les conseillers observeront une minute de silence. La maire d'Ornans invite les habitants "à s’associer à cet hommage et à poser une bougie sur leur fenêtre dès ce soir".
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.4
couvert
le 22/10 à 21h00
Vent
1.39 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
90 %

Sondage